Accueil Blogues Sören Back L'Allemagne, un acteur important dans le secteur du papier et du carton

L'Allemagne, un acteur important dans le secteur du papier et du carton

Envoyer Imprimer PDF

J'écris régulièrement des articles pour le magazine suédois de pâtes et papiers, Svensk Papperstidning, et je rédige également des séries d'articles décrivant l'industrie des pâtes et papiers dans un pays donné. Les plus récents articles couvraient l'industrie allemande des pâtes et papiers et cela m'a vraiment ouvert les yeux. Il est devenu évident que j'avais beaucoup à apprendre sur l'Allemagne. Je savais à l'époque où je travaillais pour MoDo et M-real que l'Allemagne représentait un marché important pour les produits de nos usines, mais pas qu'ils étaient le plus grand producteur de papier et de carton d'Europe, le plus grand exportateur mondial mais aussi importateur de produits en papier et en carton. Voici le résumé de ce que j'ai appris sur l'industrie allemande des pâtes et papiers d'aujourd'hui.

Le Canada, la Finlande et la Suède sont des pays producteurs reconnus de papier et de pâte. On sait peut-être moins que l'Allemagne, en tant que pays producteur de papier, dépasse ces pays en produisant chaque année plus de papier et de carton que par exemple le Canada et la Suède réunis. L'Allemagne, avec une production de 22,7 millions de tonnes de papier et de carton en 2018, est en fait au quatrième rang mondial après la Chine, les États-Unis et le Japon. Le pays est également le plus grand exportateur et importateur mondial de produits en papier et en carton. Le chiffre d'affaires total en 2018 s'élevait à 15,5 milliards d'euros et le nombre de salariés dans l'industrie allemande du papier et du carton était de 40 550.


Production allemande de papier en 2018. Source: Verband Deutscher Papierfabriken.


Fabrication du papier depuis 1390

La première papetière allemande a été fondée en 1390 près de Nuremberg. Deux cent ans plus tard, il existait 190 papetières, toutes utilisant du chiffon, ce qui est devenu progressivement un facteur limitant, notamment suite à l'invention de l'imprimerie par Gutenberg. En 1845, le brevet de l'invention de Friedrich Gottlob Keller sur la fabrication de pâte mécanique à partir du bois fut approuvé, ouvrant ainsi une nouvelle et beaucoup plus importante source de matières premières pour l'industrie. En 1884, le chimiste allemand Carl F. Dahl inventa le procédé au sulfate, mais curieusement la première usine allemande de pâte au sulfate, Mercer Rosenthal, entra en production seulement en 1999. En 2004, une deuxième usine NBSK, appartenant également à Mercer, fut mise en service. La capacité totale de ces usines dépasse le million de tonnes.

Quoi qu'il en soit, l'industrie papetière allemande a continué à se développer et dès 1900, le pays comptait 1 300 usines de papier et de carton. Il existe aujourd'hui 157 usines, allant de petites usines très spécialisées comme Gmund à UPM Nordland, qui produisent plus de 1,3 million de tonnes de papiers graphiques couchés et non couchés.


À Rosenthal, 360 000 tonnes de pâte NBSK sont produites. Photo: Mercer Rosenthal.


Le papier recyclé est la matière première dominante

Contrairement aux usines de papier et de carton suédoises et finlandaises, la matière première largement dominante est le papier et les emballages recyclés. En 2017, l'industrie allemande du papier et du carton a utilisé environ 17,1 millions de tonnes de papier recyclé, dont 15,2 millions ont été collectées dans le pays. Cela correspond à environ 75% des besoins en fibres des usines allemandes. La production nationale de pâtes vierges est limitée à deux usines de pâte au sulfate non intégrées, à quatre usines de pâte au bisulfite intégrées et à six usines de pâte mécanique intégrées. La consommation totale de bois en 2017 pour ces usines de pâte à papier était de 9,7 millions de m3 de solide sous écorce. Pour répondre aux besoins totaux en pâtes chimiques, environ 3,5 millions de tonnes de pâtes essentiellement au sulfate sont donc importées.

Comme dans d'autres pays, la production de papiers graphiques est en baisse et l'année dernière, elle était tombée à 7,73 millions de tonnes. La plus récente fermeture fut celle d'une machine à papier produisant 155 000 tonnes de papier mécanique couché à l'usine UPM Plattling dans le sud de l'Allemagne. La production de papiers d'emballage est en revanche en augmentation et a atteint 12 millions de tonnes l'an dernier, représentant 53% de la production de papier en Allemagne. La majeure partie de la production allemande de papiers d'emballage est constituée de doublures et de cannelures à base de fibres recyclées pour le carton ondulé. Les deux groupes de produits restants sont les papiers hygiéniques à 1,51 million de tonnes et les papiers spécialisés à 1,41 million de tonnes.

Des familles propriétaires toujours présentes dans l'industrie

De grands propriétaires d'usines allemandes tels que UPM, Smurfit Kappa, Stora Enso, Essity, Metsä Tissue et Hamburger Rieger ne sont pas d'origine allemande. Le plus important groupe est UPM avec une production totale légèrement inférieure à quatre millions de tonnes de papiers graphiques en Allemagne. Cependant, par rapport aux entreprises suédoises et finlandaises de pâtes et papiers, une part importante des usines allemandes est une entreprise familiale. Des familles comme Palm, Krengel, Koehler, Schoeller, Jass, Heusmann, Autenrieb, Meyer, Benz et Kohler sont actives et engagées. À en juger par d'importants investissements récents, tels que la machine à onduler de 500 millions d'euros de Palm, la nouvelle machine pour la production de testliner blanc de Leipa, l'investissement de 300 millions d'euros de Koehler dans une nouvelle machine à papier pour les papiers thermiques et les emballages souples, force est de constater que la propriété familiale peut être très forte en vue d'une expansion future.


31 mars 2018, la machine reconstruite à Schwedt pour la production de revêtement de test à tête blanche a été mise en service. Photo: LEIPA


D'importants investissements dans le carton ondulé

Comme dans d'autres pays, certaines machines à papier journal ont été converties pour la production de papier ondulé alors que d'autres ont été fermées. En 2016, Leipa a racheté l'usine UPM à Schwedt et a converti une machine à papier pour papier graphique en une production de testliner blanc non couché et couché. Cette usine a maintenant une capacité de 700 000 tonnes de testliner blanc non couché et couché sur deux machines à papier. Palm Papier a entamé une transformation importante de son usine de Neukochen. Entre 2019 et 2022, 500 millions d'euros seront investis dans une machine pour carton ondulé d'une capacité de 750 000 tonnes pour remplacer trois anciennes machines, dont une machine à papier journal de 90 000 tonnes.


Hamburger Rieger investit 370 millions d'euros dans une machine à papier pour une production de 500 000 tonnes de testliner blanc et marron à Spremberg. Photo: Hamburger Rieger.

Hamburger Rieger a dépensé 370 millions d'euros à Spremberg dans une machine à papier de 500 000 tonnes destinée au testliner blanc et brun qui sera prête en 2020. Ainsi, dans quelques années, la production allemande de doublures et de cannelures à base de fibres recyclées augmentera d'au moins 1,7 million de tonnes, voire davantage si d'autres usines augmentent également leurs capacités.

Somme toute, la position de quatrième producteur mondial de papier et de carton demeurera et ne sera pas sérieusement menacée pendant de nombreuses années.

Remarque: toutes les données pour cet article proviennent de "Papier 2018", du rapport annuel de Verband Deutscher Papierfabriken et des sites Web des entreprises.


 

 

inscription-infolettre

acces-infolettres
innofibre
fpinnovations
woodrise
kytola
axchem canada
sdt ultrasound solutions
groupe vld
Spi-Bio
cristini banner
valmet
domtar
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier