Accueil Blogues APFC Milieu universitaire : un catalyseur créatif pour l’innovation dans le secteur forestier

Milieu universitaire : un catalyseur créatif pour l’innovation dans le secteur forestier

Envoyer Imprimer PDF

La récente conférence du réseau FIBRE qui a eu lieu à Montréal sur l'avenir de la recherche universitaire dans le domaine des produits forestiers était une bonne occasion de réfléchir aux réussites obtenues jusqu'ici. Il est clair que le fait de profiter de la capacité créative des universités et collèges du pays est un élément vital de la transformation de l'industrie canadienne des produits forestiers. Ces dernières années, ces établissements ont été des partenaires essentiels pour réaliser le potentiel innovateur de la fibre de bois à l'échelle des nanoparticules, des emballages intelligents, de la génomique dans l'amélioration des arbres, des appareils électroniques à base de cellulose, des édifices en bois de grande hauteur et j'en passe.

C'est pourquoi j'ai été enchantée de voir que le récent budget fédéral reconnaissait la précieuse contribution du milieu universitaire lorsqu'il a prévu que le Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG) poursuive sa collaboration avec les chercheurs du monde de l'enseignement dans le domaine forestier.

C'est une étape importante qui s'appuiera sur une base de réalisations. Elle a commencé en 2008, par les efforts de collaboration de Ressources naturelles Canada, de FPInnovations, de l'APFC et du CRSNG, qui ont établi l'Initiative de R-D dans le secteur forestier. En 2011, les réseaux stratégiques du CRSNG lançaient FIBRE (Forest Innovation By Research and Education), un organisme-cadre pour divers réseaux et diverses collaborations du milieu de l'enseignement.

Depuis, les chercheurs de FIBRE ont participé à la transformation du secteur forestier en formant des scientifiques et des ingénieurs hautement qualifiés, en accentuant les connaissances et la compréhension de domaines critiques, en mettant au point de nouvelles méthodologies de gestion de la chaîne d'approvisionnement et en générant une série de nouveaux produits potentiels. La réussite découle aussi de partenariats et du désir de convertir la recherche en nouvelles entreprises, en nouveaux emplois et en richesse par la commercialisation.

Par exemple, des universitaires canadiens des réseaux de FIBRE ont travaillé avec FPInnovations à la mise au point de produits innovateurs : cellulose nanocristalline, lignine et filaments de cellulose, tous des produits qui sont passés d'usines de démonstration à des entreprises commerciales. Les ingénieurs de FIBRE ont aussi contribué considérablement au programme de R-D de FPInnovations sur les édifices en bois de grande hauteur en participant au développement de solides arguments scientifiques et d'ingénierie. Ces résultats ont contribué à des changements apportés aux codes du bâtiment, qui permettront la construction d'édifices en bois de hauteur moyenne dans plusieurs provinces et ultimement, dans tout le Canada.

Les professeurs du réseau FIBRE ont aussi travaillé directement avec l'industrie forestière canadienne et avec des fournisseurs et clients internationaux. Voici quelques exemples de cette collaboration : travail avec Cascades à des papiers antibactériens, avec SC Johnson à des hydrogels fonctionnels pour applications domestiques, avec Lignol à un modèle de bioraffinage et avec Weyerhaeuser aux fibres de carbone à base de lignine. Des chercheurs de l'UNB ont aidé Tembec à mettre au point une pâte à haut rendement de grande qualité et des chercheurs de FIBRE de l'Université de la Colombie-Britannique ont collaboré avec Fortress pour utiliser des enzymes et des sondes anticorps pour le développement de pâtes kraft dissolvantes. Ces exemples et bien d'autres partout au Canada sont essentiels, car les partenaires de l'industrie fournissent une voie directe vers la commercialisation.

Et ce n'est pas tout. Avec des fonds de Génome Canada, des chercheurs universitaires ont utilisé la capacité de séquençage du génome pour trouver des façons de détecter les menaces des ravageurs et des maladies des forêts. On a aussi travaillé à des papiers antibactériens pour l'industrie alimentaire, à la technologie du papier conducteur, aux emballages intelligents qui intègrent des capteurs électroniques sans fil à radiofréquence et aux appareils et affichages électroniques basés sur la cellulose imprimée.

Dans un monde hautement compétitif, toute cette contribution du monde universitaire aide le Canada à se positionner comme un chef de file de l'innovation dans le secteur forestier. Nous pouvons certainement nous attendre à encore plus. La conférence de FIBRE visait particulièrement à tracer « la voie à suivre » pour la nouvelle génération d'initiatives de recherche qui appuient la transformation du secteur des produits forestiers. Comme l'engagement prévu par le budget assure un financement continu de la recherche innovatrice par le CRSNG, la voie à suivre est prometteuse.

Source : Le blogue du Président / Association des produits forestiers du Canada

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
buckman banner
paper & beyond
fpinnovations banner
cristini banner
le maitre papetier