Accueil Blogues APFC Politique et l'industrie Canadienne des produits forestiers

Politique et l'industrie Canadienne des produits forestiers

Envoyer Imprimer PDF

À titre de vice-présidente du Forum des politiques publiques du Canada, j'ai eu le privilège de travailler avec les plus grands leaders d'opinion et d'apprendre d'eux. Mon travail avec le Forum porte souvent sur les questions autochtones et les ressources naturelles canadiennes.

Le Canada est fier de sa tradition de protection de ses ressources forestières. Depuis la fin des années 1800, le Canada a établi un précédent par sa politique forestière, qui influence considérablement la gouvernance de toutes les ressources naturelles canadiennes. À partir de 1887, lorsque le Canada a modifié la loi sur les terres, le pays a officiellement reconnu le territoire comme ayant plus de valeur que la seule valeur du bois qui le couvre. Dans le cadre de cette modification, le gouvernement a introduit un droit sur l'exploitation forestière sur les terres de la Couronne. Si l'on revient à aujourd'hui, le programme Investissements dans la transformation de l'industrie forestière (ITIF) a été renouvelé pour une autre période de quatre ans. Il est clair que la politique canadienne favorise depuis longtemps la durabilité et la compétitivité du secteur forestier, mais la population canadienne a aussi une riche tradition de défense de la beauté, de la majesté et de l'histoire de ses forêts.

Il est maintenant rare qu'un gouvernement établisse une politique en vase clos. Souvent, un groupe diversifié d'intervenants travaille à décider comment utiliser au mieux les ressources du Canada, y compris les forêts. L'Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC), signée en 2010, a été la première du genre où des groupes environnementaux et l'industrie se sont associés officiellement dans un partenariat. Depuis sa création, l'EFBC a mis la priorité sur l'intégration des Premières nations, des Métis et des Inuits aux processus et à la planification. On considère maintenant généralement la consultation et l'adaptation comme des aspects fondamentaux et précieux du processus de prise de décisions. Au Forum des politiques publiques, notre expertise repose aussi sur le regroupement de diverses parties intéressées pour discuter de questions de politiques importantes pour les Canadiens. La conviction que des perspectives divergentes peuvent créer des solutions plus solides aux défis auxquels nous faisons face est au cœur de ce travail.

Lors d'une récente discussion du Forum, nous avons eu la chance d'entendre Anne Giardini, ancienne présidente de Weyerhaeuser Canada et actuellement chancelière de l'Université Simon Fraser. Elle a insisté sur le fait que les partenariats inhabituels offrent souvent les meilleurs résultats. Selon elle, le problème réel n'est généralement pas celui qui est apparent; un défi beaucoup plus grand est l'incapacité des organisations à résoudre des problèmes lorsque les solutions nécessitent une collaboration avec d'autres parties qui voient le monde différemment. J'aimerais croire que le Forum des politiques publiques et l'industrie forestière envisagent ces défis comme des possibilités qui améliorent notre travail et nos résultats.

Source: Le blogue du Président / Association des produits forestiers du Canada

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier