Accueil Blogues Guillaume Roy La biomasse prend du gallon

La biomasse prend du gallon

Envoyer Imprimer PDF

Le nouveau Fonds Biomasse Énergie financé à la hauteur de 20,2 M$ par Fondaction, Investissement Québec et la Fédération des coopératives forestières du Québec permet de faire un pas vers l'atteinte des objectifs ambitieux de la Vision Biomasse Québec lancée l'an dernier. Mais pour créer 12 500 emplois et produire 4000 GWh d'énergie renouvelable à partir de la biomasse forestière résiduelle d'ici 2025, Québec devra relancer son programme biomasse et inclure le chauffage à la biomasse dans son plan de lutte au changement climatique.

L'annonce du nouveau fonds de 20,2 M$ est une excellente nouvelle pour les organisations qui souhaitent prendre le virage de l'énergie verte. Ces fonds seront disponibles pour financer des projets de conversion à la biomasse ou de conditionnement de la biomasse forestière, explique Eugène Gagné, directeur adjoint de la FQCF. Le Fonds Biomasse Énergie est doté d'une capitalisation de 20,2 millions de dollars provenant d'Investissement Québec et de Fondaction CSN, à la hauteur de 10 millions chacun et de 200 000 $ de la Fédération québécoise des coopératives forestières.

Pour qu'un projet soit éligible, une coopérative forestière devra toutefois être un des partenaires du projet. « En plus d'atténuer les coûts de financement d'un projet, ça permettra aux coopératives d'être des acteurs plus dynamiques dans le marché. Ça aidera à structurer la filière en développant une masse critique de projets autour d'un centre de transformation et de conditionnement de la biomasse », soutient M. Gagné.

Le travail pour lancer ce fonds a démarré en 2012, alors que la FQCF a travaillé sur une étude avec la firme Écoressources pour réaliser une étude sur la filière de la biomasse au Québec. Les conclusions de cette étude ont permis de chiffrer le potentiel de remplacement des carburants fossiles à partir de la biomasse forestière résiduelle.

Malgré les conclusions intéressantes, les banquiers demeuraient frileux et des partenaires se questionnaient sur l'acceptabilité sociale du chauffage à la biomasse. Pour mettre en valeur la filière de la biomasse forestière, la FQCF est allée chercher un partenaire environnemental majeur, Biomasse Québec, pour lancer un message clair : la biomasse fait partie de la solution pour lutter contre les changements climatiques et créer plus de richesse dans les régions du Québec.

« La biomasse fait partie du portefeuille des énergies renouvelables au Québec. Pour remplacer les produits pétroliers, sources d'énergie polluantes, dans des circuits courts, c'est une excellente solution pour en créer des emplois en région », lance Christian Simard, directeur général de Nature Québec et co-porte-parole de la Vision Biomasse Québec avec Eugène Gagné.

Selon cette vision, le Québec pourrait éviter l'émission d'un million de tonnes de C02 d'ici 2025. Au lieu d'importer des ressources non renouvelables et générer une balance commerciale déficitaire, le Québec pourrait produire de l'énergie renouvelable en créer une industrie locale de production de chaleur à partir de la biomasse forestière résiduelle. Une conversion de 4000 GWh permettrait d'améliorer la balance commerciale du Québec à la hauteur de 225 M$. De plus, ces projets de valorisation de la biomasse permettraient de créer 12 500 emplois pendant la phase de construction et de générer 3600 emplois récurrents.

« Pour réussir à percer, la filière biomasse doit répondre au plus hauts standards environnementaux de récolte et d'utilisation », croit Christian Simard. Pour bâtir des projets exemplaires et s'assurer une forte acceptabilité sociale, la Vision Biomasse Québec met l'emphase sur les projets qui ont une portée environnementale intéressante. Au niveau de la récolte, des seuils de prélèvement ont été fixés (selon les types de sols et de peuplements). De plus, l'accent doit être mis sur l'utilisation des résidus de coupe et sur le bois post-consommation.

Cette vision a réussi à rallier 15 partenaires du milieu coopératif, forestier, industriel, municipal et agricole. La Coop fédérée, qui représente plus de 100 000 membres, s'intéresse à la biomasse depuis 2008. « On a étudié différentes filières énergétiques et on est venu à la conclusion que l'utilisation de la biomasse forestière résiduelle pour la production de chaleur est la solution à privilégier. Dans un contexte de développement durable, c'est une source énergie renouvelable qui crée le plus de valeur » mentionne Cyril Néron, directeur du Service innovation et croissance de La Coop fédérée. La filiale énergétique de la Coop fédérée, Sonic, souhaite également profiter des opportunités liées au développement de la filière biomasse.

Liste des partenaires de la Vision Biomasse Québec
Le Bureau de promotion des produits du Québec (QWEB), la Fédération québécoise des coopératives forestières, l'Union des municipalités du Québec, la Coop fédérée, l'Association des centres locaux de développement du Québec, Nature Québec, le Regroupement des conseils régionaux de l'environnement du Québec, la Fédération des producteurs forestiers du Québec, Fondaction, Solidarité rurale du Québec, la Fédération québécoise des municipalités, L'Union des producteurs agricoles, Sonic et le Conseil québécois de la coopération et de la mutualité.     

Québec traine de la patte
Même si le bras financier de Québec, Investissement Québec, investit 10 M$ dans le Fonds Biomasse Énergie, Québec reste encore timide pour mettre en valeur la filière. En automne dernier, le Programme de biomasse forestière résiduelle a été suspendu. C'est pourtant ce programme qui avait fourni des subventions pour mettre en place des projets phares au Québec. Selon Eugène Gagné, Québec doit inclure l'utilisation de la biomasse dans le Plan d'action des changements climatiques (PACC) pour remédier à la situation. « Le PACC offre de l'aide à toutes sortes de projets incluant des conversions du mazout au gaz naturel ou des installations de géothermie, etc. Il n'y a donc pas de raison que les projets biomasse ne reçoivent pas le même genre d'aide, dit-il. Ce programme demeure essentiel pour stimuler l'intérêt des conversions des clientèles parce qu'il permet de réduire le coût de l'énergie comme c'est le cas de toutes les autres mesures. »


 Source : Vision Biomasse Québec


 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
pacwest 2017
banniere GL&V
enerquin air banner
fpinnovations banner
cellwood banner
cristini banner
solenis banner
kadant banner
kemira banner
tecumseth banner
buckman banner