Accueil Blogues Guillaume Roy Une occasion à saisir pour la filière biomasse

Une occasion à saisir pour la filière biomasse

Envoyer Imprimer PDF

La filière de la biomasse est en bonne position pour profiter de la nouvelle politique énergétique du Québec, qui veut réduire ses émissions de gaz à effets de serre de 37,5 % d'ici 2030. Pour y parvenir, les acteurs devront sécuriser l'approvisionnement, faciliter le financement tout en développant de nouvelles technologies pour percer le secteur commercial et institutionnel.


Le 9 juin, 35 participants ont pris part à la visite terrain qui s'est déroulée dans les régions de Chaudière-Appalaches et du Bas-Saint-Laurent. Ils ont pu visiter 3 projets différents : l'évaporateur aux granules de l'Érablière Jean-Marie Chabot à Armagh, le réseau de chaleur aux plaquettes du Centre de développement bioalimentaire du Québec (CDBQ) à La Pocatière, ainsi que la chaudière aux granules du Centre de formation en mécanique de véhicules lourds à Lévis. Crédit photo : Guillaume Roy

« Notre vision du développement de la bioénergie est claire, on veut faire de la consommation de bioénergie produite localement, une solution clé de la transition énergétique du Québec, et ce, principalement en remplacement des énergies fossiles pour le chauffage et aussi, éventuellement, le transport », a souligné d'emblée le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, pour lancer la première Conférence sur le chauffage à la biomasse forestière résiduelle le 8 juin dernier, qui a attiré 260 professionnels du secteur, provenant autant du secteur de la récolte, de la transformation, que des manufacturiers ou encore des consommateurs.

Pour réduire son empreinte carbone, Québec investira 4 milliards de dollars d'ici 2030 pour améliorer l'efficacité énergétique et soutenir des projets de substitution d'énergie fossile. Cet argent sera géré par un nouvel organisme : Transition énergétique Québec, qui servira de guichet unique pour s'engager sur la voie de la décarbonisation de l'économie du Québec.

La biomasse forestière n'est toutefois pas le seul type d'énergie qui tentera de ravir des marchés présentement occupés par le mazout, le propane ou encore le gaz naturel. « Au Québec, il y a énormément de possibilités dans le secteur résidentiel, commercial et institutionnel. Il va falloir cibler à la fois le mazout, mais aussi le gaz naturel, car un équipement de chauffe dure très longtemps, soit près de 25 ans. Dans le secteur du chauffage à long terme, pour atteindre les cibles du gouvernement, ça va se jouer entre l'électricité et la biomasse », estime Normand Mousseau, professeur titulaire de la Chaire de recherche du Canada en physique numérique des matériaux complexes, Université de Montréal. Pour l'instant, les systèmes de chauffe à base de biomasse ont su s'implanter dans le secteur industriel, mais il peine toujours à percer le secteur commercial et industriel, ajoute M. Mousseau. Pour y parvenir, la filière de la biomasse devra développer de nouvelles technologies, qui offrent des solutions de climatisation et de chauffage aux différents clients. Selon M. Mousseau, la solution se trouve peut-être dans des systèmes de biénergie.


Crédit photo : Amélie St-Laurent-Samuel

Alors que se chauffer avec de la biomasse forestière est moins cher que toute autre forme d'énergie, c'est l'achat de l'équipement qui restreint l'émergence de cette filière. Avec les bas prix de l'électricité, le retour sur l'investissement est trop long pour une entreprise qui vise à rembourser un investissement généralement en 5 ans et moins. C'est ce que permettent de faire les subventions gouvernementales, qui trop populaires, ont été victimes de leurs succès.

En attendant des programmes plus stables, des financiers ont développé différents leviers économiques pour soutenir l'essor des programmes de chauffe à base de biomasse forestière. Lancé en 2015, le Fonds Biomasse Énergie, une initiative conjointe de Fondaction, d'Investissement Québec et de la Fédération des coopératives forestières du Québec, souhaite investir 20,2 millions de dollars dans les projets utilisant la biomasse forestière.

De plus, « au cours des deux prochaines années, Fondaction investira 50 millions de dollars dans des projets qui permettront de réduire les émissions de gaz à effet de serre », a mentionné Claire Bisson, chef adjointe de l'investissement chez Fondaction lors de sa présentation. Une opportunité à saisir pour les promoteurs de l'utilisation de la biomasse.

Pour financer de tels projets, les promoteurs devront toutefois assurer leur approvisionnement en biomasse. Bonne nouvelle : de nouvelles initiatives de récolte de biomasse voient le jour au Québec. Entre autres, Norforce Énergie a développé un partenariat avec une coopérative forestière afin de récolter les tiges qui sont habituellement laissées en forêt, explique son directeur général, Christian Léveillé. Ce type d'approvisionnement a entre autres permis de développer un projet clé en main pour chauffer la mine Casa Berardi, à 100 km au nord de Lasarre, en Abitibi.

Nicolas-Pascal Côté, directeur à la direction de la gestion des stocks ligneux du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, a aussi expliqué comment les entrepreneurs peuvent avoir accès à des volumes de biomasse forestière résiduelle. Une partie de ces volumes est disponible en faisant une demande complète accompagnée d'un plan d'affaires, alors que 25 % sont mis aux enchères par le Bureau de mise en marché des bois.

D'un point de vue environnemental, la biomasse a fait ses preuves, estime Amélie St-Laurent Samuel, coordonnatrice de Vision Biomasse Québec et chargée de projet sur la biomasse pour Nature Québec. Étant donné que la biomasse est une source d'énergie à faible empreinte carbone, renouvelable et qui produit peu de polluants atmosphériques, c'est une source d'énergie de choix pour remplacer les combustibles plus polluants, soutient cette dernière. De plus, grâce à des études réalisées au cours des dernières années, les experts ont pu déterminer quelles sont les bonnes pratiques de récolte en forêt.


 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
enerquin air banner
fpinnovations banner
cellwood banner
solenis banner
kadant banner
tecumseth banner
kemira banner
buckman banner
cristini banner