Le Maître Papetier

Dimanche 21 janvier 2018

twitteryoutube

Accueil Blogues John Mullinder L’annonce de la mort du papier a été grandement exagérée

L’annonce de la mort du papier a été grandement exagérée

Envoyer Imprimer PDF

On entend dire et on lit souvent que le papier agonise et se fait remplacer par d'autres matériaux. Cela n'est pas le cas, ou du moins pas de la façon dont on le croit.

Bien que le poids de papier livré, par exemple, dans les résidences ontariennes ait chuté de 8% entre 2003 et 2014 (1), une partie de la cause de cet état de chose est la réduction, ces dernières années, du poids des produits papetiers : journaux et revues avec moins de pages, moins de rabats et de couches d'empaquetage et produits plus serrés dans leur emballage. L'introduction de cartons ou de micro cannelures de haute performance et plus légers a également remplacé ce que les cartons pour boîtes et les cartons avaient l'habitude de faire. Qui aurait pu prévoir, par exemple, qu'un hamburger pourrait un jour être livré dans une boîte de carton ondulé! Vous pourrez vérifier les cannelures spécifiques des contenants la prochaine fois que vous irez dans une de ces chaînes de restauration rapide.

Bien sûr, mesurer une production par son poids ne donne pas une idée complète de ce qui se passe dans un marché où les unités de volume et de ventes sont la règle. Mais cela peut être une indication utile du changement de tendance du marché. Le papier d'imprimerie (et en particulier le papier journal), par exemple, a été sévèrement affecté par ses concurrents électroniques. Le poids des papiers livrés dans les résidences ontariennes a chuté de 21% pendant cette période, les revues et les catalogues de 25%, les annuaires téléphoniques d'un énorme 47% et les autres papiers d'imprimerie de 5%. Ceci est le côté négatif des histoires que nous entendons à propos du papier.

Mais, tandis que la production du papier d'impression déclinait de 20%, la consommation de papier d'emballage augmentait de 16%, ce qui effaçait tout changement majeur dans l'industrie du papier. En fait, pour la première fois en Ontario, plus de papiers d'emballage (carton ondulé et carton pour boîte) se sont trouvés dans les maisons que de papiers imprimés. Ainsi, les produits de papier, imprimés ou d'emballage, représentent encore, en poids, les deux tiers des produits recyclables des résidences ontariennes.

Les deux principaux types d'emballages ménagers (carton à boîte/cartons et carton ondulé) ont augmenté de 27% et 9% respectivement, avec le plus petit marché des contenants à pignon et aseptiques en hausse respectivement de 24% et 118%.

En groupant ces deux changements (imprimés en baisse et emballages en hausse), on obtient presque le statu quo, encore que la tendance semble claire chez les papetiers. De plus, comme la livraison des achats en ligne augmente au Canada, de plus en plus de papier d'emballage (surtout de carton ondulé) devrait aboutir dans les maisons. La bonne nouvelle est que la plupart de ces produits contiennent déjà 100% de produits recyclés dont presque tout (98%) est récupéré pour recyclage supplémentaire.


Références
(1) Données de l'analyse CEEPC du Stewardship Ontario Blue Box pour 2003 et 2014. Les analyses CEEPC de production, recyclage, coûts nets, et tarifs REP au Canada sont disponibles sur demande pour les membres.


 Source : The Paper & Paperboard Packaging Environmental Council (PPEC)

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
enerquin air banner
buckman banner
fpinnovations banner
kemira banner
tecumseth banner
cristini banner
banniere BIOFOR International
banniere PaperWeek Canada
le maitre papetier