Accueil Blogues Mark Williamson Où s’en va Metso Automation?

Où s’en va Metso Automation?

Envoyer Imprimer PDF

Le groupe d'automatisation de pâtes et papier a fait sa marque durant les 15 à 20 dernières années. Quelles sont les conséquences pour la compagnie et pour ses clients des désinvestissements envisagés?

Le 31 juillet 2014, dans un bref communiqué de presse, Metso a annoncé : «Metso étudie de nouvelles options stratégiques, y compris un désinvestissement possible de ses activités actuelles de Systèmes d'Automatisation des Procédés qui desservent actuellement le secteur des pâtes et papier ainsi que celui de l'industrie de l'énergie». Le message est on ne peut plus clair : la division automatisation de Metso (au moins en ce qui concerne les pâtes et papier) est en vente ou en attente d'une autre vocation. Espérons que tout se passera bien et qu'une solution viable sera trouvée pour le groupe d'automatisation qui s'est taillé une réputation dans le domaine des pâtes et papier depuis les 15 à 20 dernières années.

Bien que son historique date de déjà très longtemps, Metso Automation, et Valmet Automation auparavant, n'ont vraiment percé dans l'industrie des pâtes et papier et pris une bonne partie du marché qu'à partir des années 1990 et surtout en 1999 quand Metso a été créée par la fusion de Valmet et de Rauma Corporation. Auparavant, Valmet Automation avait une certaine importance régionale et les produits de Kajaani, en particulier, représentaient une puissante marque et occupaient une importante niche de marché surtout auprès des papeteries. La fusion Valmet/Rauma permit la synergie entre les branches papier et automatisation de Metso. Auparavant, Valmet Paper se servait de produits concurrents pour ses contrôles. Dès lors, les contrôles de machines, de procédés et de la qualité ont été intégrés au système de collecte de données DCS de Metso et beaucoup de machines ont aussi son système de contrôle de qualité QCS. Avec quelques développements majeurs de produits, ce système QCS passa d'une option possible face aux Mesurex/Honeywell et ABB à un partenaire majeur du marché. Le QCS de Metso devint plus ou moins la référence pour les machines qu'il fournissait durant les 15 dernières années et a même remplacé bon nombre de systèmes d'autres fournisseurs. Dans les usines de pâtes, l'ancien groupe de Kajaani a créé des produits de mesure, d'amélioration et d'optimisation des contrôles qui ont permis des opérations plus efficaces et moins coûteuses. Ce fut un grand pas pour Metso Automation depuis 1999 jusqu'à ce jour et aussi grâce à la présence de Metso Paper.

Une nouvelle stratégie

Suivant, la nouvelle stratégie mentionnée dans le communiqué de presse, «le centre des activités de Metso seront, les mines, le pétrole, le gaz et les granulats. Metso a comme but de renforcer sa position de fournisseur majeur de technologie et de services pour les procédés complets dans le domaine des minéraux et de devenir un leader dans celui du contrôle des fluides des industries minières, du pétrole et du gaz.» Ironiquement, ces marchés, très profitables pour Metso, sont apparus lors de la fusion Rauma/Valmet et ont maintenant les meilleurs rendements de la gamme Metso. Quand le désinvestissement annoncé ou d'autres plans adviendront, il ne restera plus beaucoup chez Metso, du Valmet d'avant 1999. Le nouveau Valmet s'est déjà séparé.

Donc, si tout ceci est parole d'Évangile (ou de page Web, son équivalent moderne), qu'en est-il du groupe des pâtes et papiers? Que signifie ce désinvestissement annoncé pour la technologie, l'organisation du développement des produits, des services et pour les clients de l'industrie des pâtes et papier? Comme les technologies DCS, QCS et analyse de procédés ont des cycles de vie étendus – en décades dans certains cas – il est nécessaire de continuer à optimiser, entretenir ou améliorer la performance de ces équipements pendant de longues périodes. La continuité est importante et les clients comptent sur elle. À la vue de ces facteurs, on peut se questionner sur l'opportunité de cette annonce et sur ses conséquences tant que l'avenir du groupe d'automatisation n'est pas réglé.

Retour vers le futur?

La technologie actuelle est assurément de première qualité et dans certain cas offre même des résultats exceptionnels. Mais, toute technologie mise à part, les personnes et leurs compétences représentent la vraie plus-value d'un fournisseur de solutions moderne. Metso ne fait pas exception. Tout bouleversement peut briser cette synergie, cet équilibre, et les personnes ainsi que leurs compétences peuvent être perdues. Cela n'est pas nouveau. Espérons que Metso saura faire face à la situation de façon réfléchie et saura assurer une transition sans heurts vers le nouveau régime. Une possibilité est pour Valmet d'acheter le groupe d'automatisation. Ironiquement, c'est revenir à la situation précédente. Cette sorte de situation de «retour en avant» pourrait fournir une solution logique au problème. Pour l'instant, il ne s'agit que de spéculation.

Le traitement de cette situation représente des défis importants pour Metso suivant la façon dont la compagnie envisage le futur. Garder les personnes ensemble, continuer le développement de la technologie et fournir une organisation de services basée sur la performance sont des priorités. Je suis sûr que c'est ce que désirent les clients de Metso. De plus, une forte concurrence est bonne pour l'industrie car elle crée un climat d'affaire qui favorise le développement et empêche la stagnation.


 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
banniere PaperWeek Canada
kemira banner
european paper week
fpinnovations banner
tecumseth banner
cristini banner
buckman banner
banniere BIOFOR International
le maitre papetier