Accueil Blogues Martin Fairbank Fabrication du papier à la main

Fabrication du papier à la main

Envoyer Imprimer PDF

Selon la Greeting Card Association, les Américains envoient toujours chaque année 6,5 milliards de cartes de vœux, dont 1,6 milliard durant la saison de Noël. Dans un sondage publié en novembre par The Stationery Store, 3% des répondants ont indiqué qu'ils fabriquaient leurs propres cartes. Il n'y a probablement qu'une fraction de ceux-ci qui fabriquent leur propre papier à carte, comme je le fais dans mon évier de cuisine depuis environ 25 ans. C'est une activité divertissante à la jonction de l'histoire, de la science et de l'art. De l'histoire, parce que c'est une activité pratiquée depuis 2000 ans. De la science, parce qu'une feuille humide de papier constituée de 10% de fibres et de 90% d'eau ne se défait pas – le maintien de sa structure est assuré par des liaisons hydrogène, une force d'attraction magnétique entre les atomes d'oxygène et d'hydrogène qui ont des charges opposées. Et de l'art, parce que chaque feuille de papier que je fabrique est unique avec l'ajout de diverses matières au mélange : herbe, peluche du sèche-linge, colorants et pétales de fleurs séchées.

T'sai Lun est considéré comme le premier fabriquant de papier autour de l'an 105 en Chine. Il utilisait diverses sources de fibre, incluant l'écorce de mûrier, le chanvre ainsi que des filets et des chiffons recyclés. La machine Fourdrinier a été inventée au 19me siècle pour mécaniser le procédé de fabrication du papier, mais le procédé est demeuré le même. Il commence avec une suspension de pâte dans l'eau, puis l'eau est enlevée successivement par égouttage, pressage et évaporation.

Quand je fabrique mon propre papier, je mélange d'abord du papier recyclé et de l'eau dans un mélangeur de cuisine. J'utilise ensuite un tamis pour la fabrication du papier que j'ai acheté et sur lequel j'utilise un cadre que j'ai fabriqué avec des quarts-de-rond. Après avoir créé une feuille humide et l'avoir laissé égoutter par gravité au-dessus de l'évier, je place le tamis à l'envers sur un morceau de tissu (qui équivaut au feutre de presse) et j'enlève l'eau du tamis avec une éponge (l'étape de pressage). Puis, j'enlève le tamis, je transfère le papier sur un deuxième morceau de tissu (le feutre sécheur) et j'utilise mon four à micro-ondes comme séchoir. Apparemment, mes contacts ont hâte de recevoir mes cartes. L'an passé, quand j'ai envoyé quelques cartes par courriel, certaines personnes m'ont répondu qu'elles craignaient que j'aie fermé mon petit moulin à papier ! Une dame m'a montré récemment comment elle répare ses anciens livres, en recyclant mes cartes comme pages de garde !

Plus tôt cette année j'ai rendu visite à une légende du monde du papier fabriqué à la main, David Carruthers. Il est propriétaire de la Papeterie St-Armand, une petite usine de papier qui fabrique des papiers pour artiste depuis 1979 et qui opère dans une ancienne usine de linoléum près du canal Lachine à Montréal. L'entreprise fournit du papier fait à la main pour des items comme des bloc-notes, des livres et des invitations et qui est vendu dans des magasins d'art et dans les boutiques de cadeaux autour du monde. L'usine utilise surtout les chiffons de coton comme matière première, mais utilise aussi des fibres exotiques comme le lin, l'abaca et le sisal. Les produits sont offerts dans un grand nombre de couleurs et types de finition.

Depuis 1992, Papeterie St-Armand a aussi une petite machine Fourdrinier qui a environ 22 pouces de largeur. Le jour de ma visite, le papier qu'on y fabriquait était destiné à des abat-jours !

David Carruthers perpétue l'art de fabriquer du papier à la main, un art vieux de 2000 ans, et crée de beaux produits qui ont trouvé leur niche dans le monde d'aujourd'hui. C'est un hommage à son entreprenariat, son talent artistique et sa connaissance de la science de la fabrication du papier.


Martin Fairbank a travaillé dans le domaine de la foresterie pendant 31 ans, y compris de nombreuses années pour un producteur de pâtes et papier et deux ans avec Ressources Naturelles Canada. Détenteur d'un PhD en chimie et d'une expérience en amélioration de procédés, développement de produits, gestion d'énergie et de production rentable, Martin est actuellement un conseiller indépendant basé à Montréal. Il est également écrivain et a publié récemment Resolute Roots qui relate les 200 ans d'histoire de la compagnie Produits forestiers Résolu et de ses prédécesseurs.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Martin Fairbank Consulting

Expérience Industrielle

  • Pâtes et Papiers
  • Recyclage des Matériaux
  • Bioraffinerie
  • Fabrication
  • Gouvernement

Services

  • Marchés du Carbone
    . Crédits carbone
    . Empreinte carbone
    . Analyse de cycle de vie
  • Évaluation des Projets
    . Rédaction des propositions pour financement gouvernemental
    . Évaluation des projets techniques pour les agences gouvernementales
  • Règlementations des Produits Chimiques
    . Conseil en matière d'observation des règlements
    . Interprétation des questionnaires chimiques
  • Amélioration Continue
    . Amélioration des procédés
    . Production au plus juste

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier