Accueil Blogues Mathieu Régnier Filaments de cellulose: première usine de démonstration à Trois-Rivières

Filaments de cellulose: première usine de démonstration à Trois-Rivières

Envoyer Imprimer PDF

FPInnovations et Kruger inauguraient cette semaine la première usine de démonstration de filaments de cellulose au monde. L'histoire devrait confirmer qu'il s'agit d'un jalon dans le déploiement d'une nouvelle économie de la forêt. Retenons la date : 17 juin 2014.

La toute nouvelle usine pilote de filaments de cellulose (FC) à Trois-Rivières est maintenant en marche. La durée prévue du projet est de trois ans. On avait annoncé sa construction en décembre dernier! C'était il y a à peine six mois. Un délai impressionnant. La réussite du projet a été rendue possible grâce à une collaboration efficace entre ses deux partenaires principaux: FPInnovations et Kruger. Pour rendre à César ce qui appartient à César, Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations se dit éblouis devant la rapidité de l'équipe Kruger : « un miracle »!

À un certain moment, jusqu'à 90 employés ont travaillé sur le projet. On compte plus de 57 000 heures de travail, et ceci, « avec une performance en santé et sécurité sans faille » souligne Daniel Archambault, vice-président exécutif et chef de l'Exploitation de la division des Produits industriels de Kruger.

Technologie d'avenir mise de l'avant par Kruger

Pour souligner l'événement, FPInnovations et Kruger ont organisé une cérémonie de lancement et une visite du site. Aux côtés de Daniel Archambault et de Pierre Lapointe, deux nouveaux ministres du cabinet Couillard sont venus mettre les mains à la fibre. Laurent Lessard, ministre responsable des forêts et de la région du Centre?du?Québec et Jean?Denis Girard, député local et ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional. Comme ministre responsable de la région de la Mauricie, ce dernier, ne pouvait cacher son enthousiasme : « région forestière par excellence, la Mauricie risque de se métamorphoser par cette association entre forêt et innovation ». Pour Laurent Lessard qui faisait sa première sortie comme ministre des forets, « l'innovation n'est pas un facteur nouveau pour une industrie qui innove depuis plus d'un siècle ; ce qui est nouveau dit-il, c'est l'arrivée des biomatériaux issus de la fibre de bois et là, on est en présence d'une innovation qui risque de changer le portait industriel de tout un secteur. » Le ministre Lessard ajoute que l'usine pilote de Kruger contribue à propulser le Québec sur la voie de la bioéconomie ce qui confère « un avantage stratégique à l'industrie face à une forte compétitivité internationale ».


(De g. à dr.) : M. Jean-Denis Girard, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Mauricie; M. Daniel Archambault, vice-président exécutif et chef de l'Exploitation, division Produits industriels, Kruger; M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs; M. Pierre Lapointe, président et chef de la direction, FPInnovations; et M. Dave Peterson, forestier en chef et sous-ministre adjoint, Tenures, Compétitivité et Innovation, ministère des Forêts, des Terres et des Opérations des ressources naturelles de la Colombie-Britannique.

Dave Peterson, forestier en chef de la Colombie-Britannique, également présent lors du lancement du 17 juin s'accorde avec ses collègues et parle d'un « produit conçu pour le 21e siècle et d'une solution de rechange socialement responsable face à une vaste gamme de produits issus de l'industrie pétrochimique ». Le biomatériau devrait en effet pouvoir concurrencer les produits issus de la chimie des hydrocarbures. La Colombie-Britannique a fourni un appui financier de 2,25 millions de dollars au projet.

« On va déranger »

L'unité de démonstration présentée aux dignitaires et journalistes présents lors du lancement est d'une capacité de cinq tonnes par jour (1800 tonnes par année). Selon Daniel Archambault, c'est une quantité suffisante pour permettre un démarchage commercial efficace. Le FC est décrit comme un agent de durcissement biologique avec des propriétés de douceur. Il pourra donc rapidement entrer dans les processus industriels existants. Selon Kruger, les filaments cellulosiques améliorent à la fois la résistance et la douceur des papiers sanitaires et domestiques et réduisent le poids des emballages cartonnés.

Plusieurs autres applications se présentent pour le biomatériau. Ici, on vise des marchés non traditionnels pour les dérivés de la pâte de bois. Si on peut effectivement l'ajouter aux produits papetiers existants, une foule de nouveaux produits seraient aussi concernés : textiles non tissés, emballages, produits thermodurcissables, thermoplastiques, enduits, panneaux de construction, etc. « On va déranger », dit le ministre Lessard en faisant allusion aux impacts d'une telle production.

« Des chercheurs qui trouvent »

Le ministre Lessard devrait avoir trouvé un allié en FPInnovations. Il disait en effet à la blague qu'il était à l'affut de « chercheurs qui trouvent, pas uniquement de chercheurs qui cherchent. » Or, il s'agit de la deuxième « aventure précommerciale » de FPInnovations avec le projet de production de nanocellulose cristalline avec Domtar.

En tout, quelque quarante chercheurs sont attitrés à ce projet. Greffé à la production de FC au cours des deux prochaines années, Kruger prévoit un programme de recherche et développement avec l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR). « On y peaufinera la mise à l'échelle industrielle », dit le professeur Patrice Mangin du Département de génie chimique de l'UQTR sans vouloir en révéler davantage. « Nous pourrons en parler plus amplement vers l'automne. »

Vice-président, Pâtes, papiers et bioproduits chez FPInnovations Jean Hamel était présent lors de l'annonce en grandes pompes de la mise en service de l'usine. À juste titre, on raconte que le lancement du 17 juin est le baptême de « son bébé ». Le projet de l'usine est en gestation depuis un bon cinq ans si l'on compte la recherche fondamentale ayant précédé la concrétisation du projet il y a trois ans. Qui de mieux pour expliquer ce qu'est le filament de cellulose ? Jean Hamel parle du chercheur de FPInnnovations qui a laissé les fibres de pâte de bois dans un congélateur pendant une journée entière avant de « découvrir qu'il était possible d'éplucher les filaments par une action mécanique simple sans ajout d'intrants chimiques et dans un respect maximal de l'environnement. »


Nouveau débouché pour la bille de bois de la Wayagamack!

Le FC de l'usine pilote provient de la pâte kraft d'une usine voisine de Kruger. Il s'agit d'un nouveau débouché intéressant pour la bille de bois arrivant à l'usine Wayagamack. Vers 1910-1930, cette nouvelle usine faisait la fierté de Trois-Rivières qui allait devenir le plus important centre de production de pâte à papier de la planète. Aujourd'hui, la ville se positionne comme un des centres mondiaux de l'innovation en matière de produits de la forêt. « Voilà une grande source de fierté », affirme le ministre Jean?Denis Girard.
À l'heure où l'économie du savoir prend de plus en plus de place à même l'industrie papetière, on sent le vent tourner en Mauricie. La course vers la commercialisation est lancée.

Montage financier

Investissements totalisant 43,1 millions de dollars

  • Contribution de 15 millions de dollars du ministère des Ressources naturelles du Canada grâce au programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF);
  • Subvention de 3,75 millions de dollars du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs;
  • Contribution financière remboursable par redevances de 11,25 millions de dollars par Investissement Québec;
  • Investissement de 3,75 millions de dollars par la société Kruger;
  • Subvention de 2,25 millions de dollars du gouvernement de la Colombie-Britannique; et
  • La balance du financement (7,1 millions de dollars) assurée, entre autres, par la vente de filaments de cellulose aux entreprises membres de la division de Pâtes, Papiers et Bioproduits de FPInnovations.

Source : FPInnovations et Kruger


(De g. à dr.) : M. Jean-François Guillot, directeur général, usine de Trois-Rivières, Kruger; M. Robert Aubin, député de Trois-Rivières; M. Jean-Denis Girard, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l'Allègement réglementaire et au Développement économique régional et ministre responsable de la région de la Mauricie; M. Daniel Archambault, vice-président exécutif et chef de l'Exploitation, division Produits industriels, Kruger; M. Laurent Lessard, ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs; M. Pierre Lapointe, président et chef de la direction, FPInnovations; M. Dave Peterson, forestier en chef et sous-ministre adjoint, Tenures, Compétitivité et Innovation, ministère des Forêts, des Terres et des Opérations des ressources naturelles de la Colombie-Britannique; et M. Richard Drolet, directeur général, Kruger Biomatériaux, Kruger. Ils sont accompagnés de travailleurs de l'usine Kruger de Trois-Rivières.


 

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
buckman banner
paper & beyond
fpinnovations banner
cristini banner
le maitre papetier