Le Maître Papetier

Vendredi 14 décembre 2018

twitteryoutube

Accueil Blogues Mathieu Régnier Recyclage en Europe: plus, plus & mieux

Recyclage en Europe: plus, plus & mieux

Envoyer Imprimer PDF

Le 28 novembre dernier, la Confédération des industries papetières européennes (CEPI) annonçait qu'elle soutenait les efforts de la Commission européenne en matière de recyclage du papier. Toutefois, elle demande plus et mieux. Quelques semaines plus tôt, la CEPI publiait les chiffres sur l'industrie du recyclage du papier. Pour 2013 on parle de presque 72% alors qu'en 2012 il s'agissait précisément de 71,4%. Ceci représente quelque 57 millions de tonnes. Il s'agit d'une baisse d'environ 15% en Europe.

Voilà des résultats impressionnants considérant que la consommation de papier en Europe chute. Même situation qu'en Amérique du Nord d'ailleurs. À titre d'exemple, en France, la consommation de papiers graphiques a reculé de 3,2% dans la dernière année. Toutefois, toujours en France, selon la Maison des industries des papiers et cartons, la situation est beaucoup plus positive pour les papiers et cartons servant à l'emballage.

À titre de comparaison, au Québec, la Politique que?be?coise de gestion des matie?res re?siduelles prévoit recycler 70% du papier et du carton – un objectif qui laisse perplexe quand on sait que le taux était déjà de 70,8% en 2010 selon un rapport d'Éco Entreprises Québec. Bien entendu, la consommation de papier baisse ici aussi : environ 10% en 2014.

Regarder au-delà des statistiques

C'est en 1998 que la Commission européenne s'est engagée pour la première fois en matière de recyclage du papier. Depuis, le recyclage a augmenté de 45%. Au Québec, le taux de récupération est relativement élevé, mais nous avons de plus en plus de mal à recycler la matière récupérée. Comme c'est aussi le cas de l'autre côté de l'Atlantique, ce sont les marchés mondiaux qui prennent le dessus. Clairement, l'industrie européenne du recyclage se solidarise et se protège. Le recyclage devient de plus en plus stratégique. Y a-t-il des leçons à tirer de l'Europe?

Un des experts dans le domaine du recyclage au Québec, Patrice Clerc, Directeur, Approvisionnement et services chez Cascades explique qu'indépendamment des statistiques sur le taux de recyclage, « le plus grand facteur de réussite d'un taux élevé de récupération reste la faculté qu'a l'industrie à l'utiliser ». Cette perspective permet de lire les chiffres publiés par le CEPI sous un nouveau jour. Sans liaison intime entre le secteur de la récupération et l'industrie, nos sociétés demeureront grandement influencées par les fluctuations des marchés extérieurs et ceci au détriment de la création d'emplois. Il ajoute : « au Québec nous avons attaché une importance immense au taux de récupération, mais avons délaissé l'aspect réutilisation, ce qui fait qu'actuellement il nous faut repenser notre modèle et y incorporer l'industrie utilisatrice. »

La CEPI doit penser de la même manière. Si elle accueille favorablement les objectifs de la Commission, elle propose des mesures pour atteindre des cibles plus ambitieuses. Le chiffre clé : 80% d'ici 2020. Parmi les recommandations de la CEPI à la Commission, on estime que les objectifs de recyclage des emballages ne devraient pas opérer de différenciation entre les différents matériaux d'emballage.


 

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
le maitre papetier
Vision Biomase Québec
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier