Accueil Blogues Mathieu Régnier Palissades commerciales: brèche sur le Pacifique

Palissades commerciales: brèche sur le Pacifique

Envoyer Imprimer PDF

En matière de libéralisation des échanges, il y a encore des barrières commerciales à briser. Véritables palissades pour l'industrie forestière, ces blocages administratifs limitent la pleine expansion du secteur au Canada. Dans ce contexte, l'Association des produits forestiers du Canada (APFC) demande au gouvernement Trudeau de se pencher rapidement sur l'accord commercial du Partenariat transpacifique (PTP).

Le 4 février dernier, la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, signait ce nouvel accord de partenariat commercial en Nouvelle-Zélande. Vingt jours plus tard, le PTP doit encore faire l'objet d'un vote au Parlement. L'attente est longue et l'APFC s'impatiente. Seul le vote permettra au Canada de véritablement ratifier ce traité entre 12 pays.

Malgré la hausse générale des exportations fin 2015 (4,4% pour une valeur de 482,6 milliards) et de bons chiffres chez les papetiers (+6,0%) vers la fin de l'année ainsi que chez les producteurs de bois d'œuvre et autres produits de scierie (+8,6%), l'industrie forestière continue de faire face à des défis majeurs. Parmi ceux-ci, la variation du prix des produits de base n'est que peu de chose par rapport aux 'palissades' commerciales. Publiée cette semaine, l'édition 2015 de L'État des forêts au Canada souligne dans cet esprit que la mondialisation continue d'amortir « les fluctuations cycliques et la volatilité des prix qui ont toujours contrarié les marchés régionaux ». En effet, "la dépendance à l'égard du marché américain diminue". C'est ce qu'avance Susan Murray, Vice-présidente à l'APFC. « La récente crise immobilière américaine a souligné l'importance pour le secteur de diversifier son marché. »

Si les États-Unis et l'Union européenne demeurent les principaux partenaires commerciaux du Canada, l'Asie devient de plus en plus importante pour l'industrie de la forêt. Chiffres à l'appui, madame Murray explique que le marché asiatique représente 26% des exportations du secteur. « C'est une augmentation de 13% par rapport à 2005. » Si la plupart de ces 26% sont liés au bois d'œuvre, l'Inde importe maintenant deux fois plus de papier qu'à l'an 2000. Pour l'APFC, le Partenariat transpacifique devient d'autant plus important que leurs économistes observent l'énorme potentiel qui point au sein de marchés émergents en Asie du Sud-Est1. Des pays à fort potentiel commercial comme le Vietnam et la Malaisie sont sur le radar des entreprises canadiennes depuis quelques années. Or, ces deux pays imposent encore des tarifs douaniers importants. Ils vont jusqu'à 31% au Vietnam et à 40% en Malaisie. Un peu plus à l'est, vers le soleil-levant, des tarifs de 10% miroitent sur les eaux du Pacifique. Clairement, le PTP profiterait grandement à l'industrie canadienne des produits forestiers en éliminant des tarifs que l'APFC considère comme excessifs.

Par ailleurs, bien que madame Murray accepte qu'il n'y ait actuellement aucun différend commercial concernant des barrières commerciales non tarifaires basées sur des mesures sanitaires et phytosanitaires, elle affirme que l'APFC garde un œil ouvert sur d'éventuelles évolutions en ce sens2.


Crédits photo: Mathieu Régnier

L'industrie forestière a toujours été dépendante des exportations, et ceci, depuis le blocus continental de Napoléon Bonaparte entre 1806 et 1814 ! À cette époque, la Grande-Bretagne importait 3300 mâts de Russie et de Prusse et 23 000 mâts d'Amérique du Nord. L'Organisation mondiale du commerce n'était pas encore fondée, mais les bateaux voguaient déjà à travers la planète. Plus récemment, nous dit Susan Murray, le Canada exportait pour 33 milliards de dollars en produits forestiers, et ceci dans 180 pays. On parle ici de 2015, deux cents ans après le blocus napoléonien. Aux mâts de navires, se sont substitués les stratifiés croisés, les produits d'hygiène personnels ou les produits biochimiques.


1 Partie sud-est de l'Asie comprenant des pays comme la Birmanie, la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, le Laos, la Malaisie, l'Indonésie, les Philippines et Brunéi.
2 Pensons par exemple aux préoccupations liées aux insectes ou à d'autres contaminants.


 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
fpinnovations banner
nalco banner
valmet banner
enerquin air banner
kemira banner
cristini banner