Accueil Blogues Michael Stone La Chine enquête sur les pâtes à cellulose

La Chine enquête sur les pâtes à cellulose

Envoyer Imprimer PDF

A. Introduction

Le gouvernement Chinois a annoncé en février 2013 qu'il examinait la possibilité d'établir une taxe anti-dumping sur les pâtes pour transformation chimique en provenance du Canada, des États-unis et du Brésil. Cet article examine la structure du marché de ces pâtes, les facteurs qui ont eu un effet négatif auprès des producteurs chinois et les effets possibles de cette taxe sur les prix en Chine. En conclusion nous montrerons que les importations à partir des pays sous enquête ne sont pas la source des problèmes des producteurs chinois, qu'une taxe produira, au mieux, un répit pour les producteurs locaux et que l'établissement de cette taxe peut avoir un effet négatif important sur les producteurs chinois de pâtes à transformation chimique.

B. Les catégories de pâtes à transformation chimique

Les pâtes pour transformation chimique ne représentent pas un marché homogène. Il en existe deux catégories distinctes : la catégorie spéciale et la catégorie ''commodity''. Cette distinction est importante car les deux produits ont des fins différentes et ne sont pas considérées par les utilisateurs comme des substituts l'un de l'autre. La catégorie ''spéciale'' sert pour les filtres de cigarettes, l'armature des pneumatiques, les explosifs, etc. tandis que la catégorie ''commodity'' sert à la production des fibres de viscose utilisées dans l'industrie textile. Les usines qui produisent la catégorie ''commodity'' ne peuvent produire la catégorie spéciale sans transformations majeures très coûteuses.

Puisque la catégorie spéciale est utilisés dans des produits distincts de ceux de l'autre catégorie, il n'est pas surprenant que les prix, en dollars US par tonne, en soient différents ainsi que cela est illustré sur la figure ci-dessous. Par conséquent, le Ministère du commerce chinois (MOFCOM) devra s'assurer qu'en étudiant le marché de la pâte il fasse bien la distinction entre les deux catégories, surtout dans le domaine des prix.

La fibre de viscose est une fibre très proche de celle de coton. Son prix suit également celui du coton. Suivant le graphique ci-dessous, le prix du coton a subi une hausse très importante durant les années 2010 et 2011 à cause des mauvaises récoltes mondiales de coton. La fibre de viscose a donc subit une augmentation similaire. De plus, l'augmentation du prix de la fibre de viscose a forcé à la hausse celui de la ''commodity''. Cette augmentation est le résultat de celle du coton et non à des changements dans le marché de la ''commodity'' pâtes pour transformation chimique. Le prix de la ''commodity'' pâtes pour transformation chimique, comme celui du coton, ont rejoint depuis des niveaux plus normaux.

C. Changements aux prix de la pâte pour transformation chimique

La demande pour la ''commodity'' est conditionnée par la demande en fibre de viscose. De 2004 à 2012, la production de viscose a augmenté de 34% et la place de la Chine dans la production mondiale est passée de 38% à 61%. La production chinoise a donc été le moteur principal de l'augmentation de celle de la ''commodity''.

Pour satisfaire à l'accroissement de la demande, la production de pâtes pour transformation chimique a augmenté de 3 12 000 tonnes sèches de 2008 à 2013, ainsi doublant presque sa capacité. La Chine a participé à la plus grande augmentation de capacité de production, soit 945 000 tonnes sèches ou 30% de l'augmentation totale. Durant les années 2012 et 2013 la capacité de production mondiale de la pâte pour transformation chimique a continué son expansion avec la Chine continuant à en être le principal participant durant ces deux années.

L'accroissement de la production mondiale de pâtes pour transformation chimique a également été causé par l'augmentation de son prix en 2011, suite à la mauvaise récolte de coton.

Il en résulte que les variations de prix de la ''commodity'' ont été largement influencées par une demande rapidement accrue de la viscose par la Chine et par la fluctuation du prix du coton. Le retour récent à un marché plus normal de la ''commodity'' résulte de la baisse du prix du coton et d'une augmentation de la production de pâtes pour transformation chimique qui a eu lieu surtout en Chine.

Aucun de ces facteurs n'est le résultat de prétendues pressions à la baisse de la part du Canada, des États-Unis ou du Brésil.

D. Structure des coûts de production de la pâte pour transformation chimique

Bien que la Chine ait vu sa capacité de production augmenter rapidement au cours des dernières années à cause, pour une large part, du pic momentané du prix de la pâtes pour transformation chimique, ses producteurs ne peuvent répondre adéquatement à la demande locale de fibre de viscose à cause de certains désavantages que n'ont pas les autres pays. Tandis que le prix de la ''commodity'' continue à se stabiliser, les producteurs chinois à hauts prix continuent d'être moins concurrentiels à cause de leur structure de production très onéreuse.

De tous les types de pâtes, la pâte pour transformation chimique est celle qui a de loin le plus faible rendement (35%). Ce rendement est représenté par le poids à sec de la pâte produite par rapport au poids à sec du bois utilisé. Puisque le rendement de la pâte pour transformation chimique est si bas, il est plus avantageux de produire la pâte à proximité de la source de bois. Ceci est dû à la grande quantité de bois nécessaire à la production de la pâtes pour transformation chimique et donc la proximité de la source de bois réduit les frais de transport.

Le coût de la fibre de bois est également un élément important du coût total de la pâtes pour transformation chimique. En étudiant la production de 8 producteurs mondiaux, comme l'illustre le graphique ci-dessous, on voit que la fibre de bois représente environ 44% de la pâtes pour transformation chimique. Le coût de production de la pâte pour transformation chimique est ainsi directement relié à celui de la fibre de bois. Les producteurs qui doivent importer leur fibre de bois ont des coûts de production directement liés à ceux de l'importation du bois.

À la différence de ceux des pays riches en ressources forestières tels que le Canada, les États-unis ou le Brésil, les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique doivent importer la majorité de leurs fibres de bois. Depuis l'année 2000, la production forestière chinoise a montré peu de croissance. La demande croissante de bois doit donc être contrebalancée par une augmentation des exportations. La Chine représente 36% des importations mondiales de bois.

La consommation domestique de bois augmente aussi dans le monde entier. Ceci a pour effet de diminuer la disponibilité du bois d'exportation. Il en résulte une concurrence mondiale croissante pour des quantités réduites disponibles l'exportation. Il n'est donc pas surprenant que les producteurs chinois soient fortement désavantagés par rapport à ceux des pays riches en ressources forestières, étant donné l'augmentation de leurs importations de bois.

Les producteurs de pâtes pour transformation chimique chinois ont également vu leurs avantages en coût de la maind'œuvre s'éroder à la suite des changements dans le marché du travail. Depuis 2013, le PNB par habitant, en chine, s'est accru de presque trois fois. Pendant la même période, les taux de change entre le yuan et le dollar US s'est accru, ce qui, en termes de comparaison permet d'importer de la pâte pour transformation chimique à meilleur marché.

Les producteurs de pâtes pour transformation chimique chinois semblent avoir trop augmenté leur capacité de production en escomptant que les prix du marché des pâtes pour transformation chimique seraient maintenus artificiellement élevé. Entre 2006 et 2012, le taux d'utilisation mondial pur les producteurs de pâtes pour transformation chimique a varié de 80 à 100% à différents niveaux de prix (Taux d'utilisation suivant les données Celco 2013). Par contre, à la fin de 2012, le taux d'utilisation en Chine n'a été indiqué que de 50%. Ceci augmentera le coût moyen de la production chinoise et est une indication de plus du coût supplémentaire qu'ont les producteurs chinois sur ceux des autres pays.

Il en résulte que les producteurs chinois ont été incapables de demeurer concurrentiels avec le reste du monde. Il ne s'agit de dumping de la part des autres pays mais plutôt de la structure onéreuse de la production domestique à cause de l'importation à grands frais de la fibre de bois, de l'augmentation du coût de la main-d'œuvre et de la surcapacité de production. Les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique n'ont tout simplement pas d'avantages sur ceux des autres pays riches en ressources forestières, tels que le Canada, les États-unis et le Brésil ainsi que tous les autres pays non mentionnés dans l'étude du MOFCOM.

E. Facteurs déterminants

Comme mentionné ci-dessus, le prix de la ''commodity'' est en relation directe avec celui du coton. À preuve, lorsqu'en 2011, une mauvaise récolte a provoqué une pénurie mondiale de coton, le prix de celui-ci a grimpé et donc aussi celui de la ''commodity''. Les chutes de prix subséquentes de la ''commodity'' ont été conditionnées par celle du coton quand ceux-ci sont revenus à la normale. La chute du prix de la ''commodity'' durant la période étudiée n'était donc pas ;a conséquence d'un prétendu dumping de la part du Canada, des États-unis ou du Brésil.

Plus spécifiquement, si on fait la moyenne des prix de la ''commodity'' en 2012, par rapport aux autres pays exportateurs, on voit que le Canada a le 3e prix d'importation par la Chine, ce qui était bien au dessus de la moyenne des importations pour cette année là. Il est surprenant de voir que le MOFCOM ait choisi de ne pas considérer les prix d'exportation d'autres pays qui sont considérablement plus bas tels que ceux de l'Union Européenne, l'Indonésie ou l'Afrique du sud.

Actuellement, la moyenne des prix de la ''commodity'' sont très près de ceux des dix dernières années pour ce produit en tenant compte de l'inflation, tel que montré au graphique ci-dessous. Si les producteurs de pâtes pour transformation chimique ne peuvent être compétitifs à cause de leur structure trop onéreuse, ils ne pourront pas être compétitif dans cette industrie. Il n'est pas raisonnable de pour le MOFCOM de considérer les prix élevés de 2011 comme étant ceux d'un marché normal et de le maintenir artificiellement par des taxes à l'importation.

La pâte pour transformation chimique est aussi en train de devenir la pâte la plus coûteuse par rapport aux autres pâtes de bois d'importation. Ceci est contraire aux arguments soulevés comme quoi la pâte pour transformation chimique fait l'objet de dumping sur le marché chinois. Il semble plutôt que les pâtes pour transformation chimique ont augmenté de valeur par rapport aux autres produits forestiers. Ceci est surtout dû à une demande grandissante de ce produit par les producteurs de viscose chinois.

Il en résulte que le niveau des prix pour les pâtes pour transformation chimique importées reflète plus le prix normal moyen à long terme des pâtes pour transformation chimique que ceux gonflés artificiellement en 2011 à cause de changements temporaires au marché du coton. Les producteurs de pâtes pour transformation chimique chinois sont aussi des producteurs de ce produit à des coûts très élevés à cause de l'éloignement de leurs approvisionnements en bois, du coût accroissant de la main d'œuvre, des changements dans les taux de change et la surcapacité de production. Il en ressort que tous les dommages que les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique auraient pu subir sont un résultat d'influences extérieures sur les prix du marché des pâtes pour transformation chimique ''commodity'' et de leur propre structure de coûts mais non pas le résultat d'un prétendu dumping par les producteurs de pâtes pour transformation chimique du Canada, des États-unis ou du Brésil. De plus, le prix élevé des pâtes pour transformation chimique importés du Canada, comparé à celui des autres pays, indique bien que les producteurs canadiens de pâtes pour transformation chimique ne sont pas responsables de la chute des prix des pâtes pour transformation chimique importé par la Chine. C'est plutôt le marché mondial qui répond aux fondements du marché, ce qui est hors du contrôle de quelques groupes de producteurs.

F. Restreindre les importations de pâtes pour transformation chimique en Chine risque de nuire à l'existence même de l'industrie de la viscose.

En dépit de l'augmentation récente de la capacité de production de pâtes pour transformation chimique de la Chine, celle-ci représente le plus grand importateur de pâtes pour transformation chimique, comme on peut le voir au graphique ci-dessous. Ceci est dû au fait que, contrairement au Canada, aux États-Unis et au Brésil, les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique ne sont pas placés près de leurs ressources forestières et sont donc incapables de fournir à la demande domestique de ''commodity''. De plus, la Chine est le plus grand producteur de viscose au monde avec 61% du marché en 2012, ceci grâce à la proximité des usines de viscose de celles de textile, premières consommatrices de la fibre.

La position de la Chine comme importatrice de pâtes pour transformation chimique montre bien son désavantage en tant que productrice de pâtes pour transformation chimique et son avantage en tant que productrice de viscose. Sans une importation de pâtes pour transformation chimique, les producteurs de viscose ne pourront suffire à la demande grandissante pour leurs produits.

Une taxe anti-dumping imposée au Canada, aux États-unis et su Brésil aura pour effet direct une montée temporaire des cours du pâtes pour transformation chimique en Chine et une baisse des approvisionnements. Face à des prix plus élevés et à un approvisionnement en baisse, les producteurs de viscose auront deus options. D'abord, ils pourront faire passer l'augmentation de leurs coûts à leurs clients en augmentant leurs prix, ce qui amènera ces clients à vouloir changer de fournisseurs ou d'utiliser des produits de remplacement. Ou bien, les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique pourront maintenir leurs prix et ne pas transférer les augmentations, ce qui aura comme conséquence, dans bien des cas, de ne plus être rentables et de devoir cesser leurs activités. Dans ces deux scénarios, les producteurs chinois seront pénalisés par une taxe anti-dumping.

Le marché de la viscose s'est développé rapidement durant les dernières années, ce qui a profité à l'économie chinoise et a fourni à son industrie textile un approvisionnement de plus en plus grand en viscose, comme substitution au coton. Cette partie de l'économie chinoise serait sérieusement touchée par une augmentation soudaine des prix et une réduction de ses approvisionnements de base et risque de provoquer la fermeture de plusieurs entreprises.

Tandis que les producteurs de viscose subiront le plus fort de l'impact, l'augmentation de son coût et la baisse de son approvisionnement se répercutera sur toute la chaîne de l'approvisionnement. Les utilisateurs de viscose comme les fabricants du textile verront leurs coûts augmenter et leurs approvisionnement se réduire. Si la fourniture de coton se met à baisser de nouveau, l'industrie textile devra faire face à des coupures et seront dans l'impossibilité de satisfaire leurs clients. L'effet global de la taxe anti-dumping sur l'économie de la Chine sera très dommageable.

G. Prix du marché futur de la pâte pour transformation chimique

Pendant que les producteurs de pâtes pour transformation chimique bénéficiaient d'une hausse à court terme du prix de leur produit, ce qui se produira si le MOFCOM crée une taxe pour certains producteurs, cela créera un marché artificiellement en hausse, ce qui n'est souhaitable. C'est pour cette raison que le MOFCOM a choisi seulement le Canada, les États-unis et le Brésil pour faire son étude alors quel beaucoup d'autres pays exportent de la pâte pour transformation chimique vers la Chine.

En 2012, les entreprises qui ne sont pas touchées par l'enquête du MOFCOM ont exporté en Chine 1 655 000 tonnes de pâte pour transformation chimique tandis que les entreprises sous étude n'en ont fournies que 908 000 tonnes. À la suite d'une augmentation des coûts de la pâtes pour transformation chimique des entreprises sous enquête, les autres entreprises augmenteront leurs exportations en Chine ce qui amènera des pressions sur les prix locaux. Sans collusion de la part des autres pays, les prix de la Chine et des autres pays s'équivaudront.

Une taxe provoquera également une situation instable sur les marchés. Par exemple, les producteurs de viscose bien établis en dehors de Chine pourront vendre de la pâte détaxée à la Chine en s'approvisionnant au marché international. Ceci représente pour ces producteurs une opportunité arbitraire d'augmentation de leurs profits, ce dont les entreprises chinoises ne pourront profiter.

À moins que le MOFCOM ne restreigne toutes les importations de pâtes pour transformation chimique, ce qui aurait un effet catastrophique sur l'industrie de la viscose, les producteurs de pâtes pour transformation chimique chinois doivent pouvoir concurrencer les prix mondiaux. Toute hausse de prix causée par une taxe comme celle que le MOFCOM se propose d'établir sera réduite par l'accroissement des exportations des autres entreprises non affectées par cette taxe. Cette réalité économique contredit toute raison d'être d'une telle taxe aux producteurs concernés.

H. Conclusion

Le prix de la ''commodity'' est affecté par de nombreux facteurs, y compris le prix du coton, substitut de la viscose qui est produite par la ''commodity''. En 2011, le prix du coton a bondi à cause de changements temporaires dans l'approvisionnement ce qui a eu pour effet l'augmentation des prix de la ''commodity''. Ceci était un phénomène temporaire et ne représentait aucunement le prix réel du marché normal pour la ''commodity''.

En réponse à ce sommet du prix de la ''commodity'', les capacités de production de la ''commodity'' ont rapidement augmenté, surtout en Chine. Il en est résulté que, quand les prix du coton se sont stabilisés, ceux de la ''commodity'' ont aussi baissé et les producteurs chinois de pâtes pour transformation chimique devinrent non-concurrentiels à cause de leur surcapacité de production et le coût élevé de leur structure de production qui est conditionnelle à leur dépendance à leurs importation de fibre de bois.

Les changements au marché de la ''commodity'' n'ont pas été créés par un dumping de la part des fournisseurs canadiens. En réalité, les prix des importations provenant du Canada sont parmi les plus hauts du monde, ce qui n'a pas empêché le MOFCOM d'inclure le Canada dans son étude des producteurs de pâtes pour transformation chimique. Si le MOFCOM décide d'imposer une taxe antidumping, cela aurait un effet négatif sur l'industrie chinoise de la viscose puisque la pâtes pour transformation chimique en est la principale composante. Les premiers effets d'une taxe antidumping, si elle voit le jour, seront de créer une hausse rapide importante du prix de la ''commodity'' et une baisse de son approvisionnement. Ceci, de plus provoquera pour les producteurs des pertes de parts de marché au profit d'autres productions telles que le coton d'une part et des producteurs étrangers de viscose d'autre part. Le résultat final sera négatif pour l'industrie chinoise ce qui en contradiction avec l'intention de cette taxe.


Références

China Viscose Industry Chain Report 2012 par CCFGroup 2013.

Market Report Module III, Celco 2013 par Celco cellulose Consulting, Genève. Disponible à http://www.celco.ch/services/technical-support/.

Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture FAO 2013. Programme de données sur les forêts. Disponible à http://www.fao.org/forestry/46203/en/


Auteur
Michael Stone, Consultant économique
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier