Le Maître Papetier

Samedi 22 septembre 2018

twitteryoutube

Accueil Énergies forestières Bioproduits Du carburant qui donne des ailes à l’industrie forestière ?

Du carburant qui donne des ailes à l’industrie forestière ?

Envoyer Imprimer PDF

La guerre contre les carburants fossiles est lancée dans l'industrie de l'aérospatiale, qui s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 50 % d'ici 2050. Pour y arriver, des entreprises comme Air Canada comptent entre autres sur les forestiers pour leur fournir un carburant plus vert.

Si 2050 peut paraître loin, l'industrie a également des objectifs ambitieux à court terme, lance d'emblée Mena Salib, chef de service – émissions et bruit des appareils pour Air Canada, lors du lunch d'affaire présenté dans le cadre de Paperweek Canada 2017. « L'industrie s'est engagée à améliorer le rendement énergétique de 1,5 % par an, tout en mettant un frein à la croissance des émissions de l'industrie à compter de 2020 », note ce dernier en soulignant que l'industrie aérospatiale représente 2% des émissions de GES à l'échelle mondiale.

À compter de 2020, si l'industrie n'atteint pas un niveau de croissance qui n'émet pas de carbone, elle s'engage à acheter des crédits de carbone en guise de compensation. Cela dit, Air Canada n'appuie pas la politique de plafonnement restrictif des émissions de CO2 du gouvernement Trudeau. « Nous ne sommes pas certains que de mettre un prix sur le carbone est le meilleur mécanisme, car rien n'assure que les gouvernements provinciaux réinvestiront cet argent pour réduire les émissions de carbone », a-t-il dit.

Alors, comment réduire les émissions de gaz à effet de serre alors que l'industrie croit de plus de 4% par an ? Il faudra réduire le poids des avions, miser sur de nouvelles technologies et de nouveaux designs, mais aussi miser sur une source de carburants plus verts, provenant entre autre des forêts canadiennes.

Air Canada a d'ailleurs fait quelques vols pilote pour tester l'efficacité des biocarburants. Dans un vol de Toronto à Mexico, une étude de cycle de vie a permis de conclure que l'utilisation de biocarburant a réduit l'empreinte carbone de 40%.

Selon les espèces récoltées et les techniques utilisées, les biocarburants permettraient, d'ici quelques années, de réduire de 50 à 80 % les émissions des GES, comparativement à la consommation de carburants fossiles.

Dans un premier temps, ce sont plutôt les huiles de cuisson récupérées qui seront transformées en carburant, mais Air Canada souhaite s'approvisionner auprès de l'industrie forestière canadienne au cours des prochaines années... mais seulement si la production est suffisante et stable, a souligné M. Salib. « Nous avons besoin de jet-fuel qui rencontre tous les standards de l'industrie », a-t-il ajouté. Et idéalement, la future bioraffinerie se trouverait à proximité de l'aéroport pour réduire l'empreinte carbone.

Pour accélérer le processus de transformation, Air Canada teste entre autres des solutions pour mélanger les biocarburants aux carburants fossiles, afin d'incorporer le mélange dans les affaires courantes.

Statistiques (Source : Air transport action group - ATAG)

  • 750 millions de tonnes : quantité de CO2 produite par l'industrie aéronautique en 2013
  • 3,3 milliards : nombre de passagers qui ont voyagé avec une compagnie aérienne en 2014
  • 2 % : L'industrie aéronautique produit 2 % des émissions de CO2 sur la planète

Cibles de l'industrie

  • 1,5 % : améliorer le rendement en consommation de carburant de 1,5 % par année d'ici 2020
  • 0 % : croissance des émissions de l'industrie après 2020
  • 50 % : réduction des émissions de GES d'ici 2050, par rapport au niveau de 2005

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
fpinnovations banner
cristini banner
le maitre papetier