Accueil Énergies forestières Bioraffinage Les défis du bioraffinage

Les défis du bioraffinage

Envoyer Imprimer PDF

PWC 2012 - La seconde session sur le bioraffinage mardi après-midi a fait ressortir tous les défis qui se posent à ceux et celles qui désirent extraire la biomasse forestière. Mehdi Afroushe du Limerick Pulp and Paper Centre à l'Université du Nouveau-Brunswick, en a fait la preuve en discutant de l'utilisation de pâte semi-chimique au sulfite neutre pour adsorber les lignocelluloses dissoutes dans une liqueur pré-hydrolisée d'une pâte dissolvante kraft. Si l'adsorption est efficace pendant les premières minutes (80% d'adsorption), la proportion totale de lignine adsorbée se révèle bien inférieure (32% ou 85 mg/g) alors que le taux d'adsorption pour l'hemicellulose atteint 10%. Ces résultats peuvent être optimisés en ajoutant des flocculants (incidence positive sur le rendement de la pâte) ou des polymères hybrides en pré-traitement.

La session mettait aussi l'accent sur le pré-traitement de la biomasse forestière avec une imprégnation à l'acide sulfurique suivie d'un procédé de raffinage destiné à améliorer la digestion du substrat. Parmi les autres sujets traités lors de la session, mentionnons une étude des universités de Western Ontario et de Lakehead sur la dégradation hydrothermale de la lignine alcaline en biophénols dans une solution d'eau et d'éthanol, ainsi qu'une présentation sur la production d'enzymes lignonolitiques à partir de champignons provenant de forêts boréales.

Source : PaperWeekCanada 2012

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier