Accueil Gens de l'industrie Entrevues Une industrie qui manque de vision

Une industrie qui manque de vision

Envoyer Imprimer PDF

Manque de leadership, manque de vision à long terme, transfert de connaissance dysfonctionnel et manque d'actions concertées ! Sten Nilsson, chef de la direction de Forest Sector Insight, dresse un portrait sombre de l'industrie des pâtes et papiers. Mais un avenir plus radieux demeure toutefois à la portée.

Les conseils d'administration de l'industrie des pâtes et papiers ont trop l'esprit fermé. Ils mettent trop d'emphase sur les dividendes et ils n'ont pas de vision à long terme estime, M. Nilsson, sommité dans le secteur. « Ils ont probablement toutes les mêmes copines », a-t-il illustré à la blague.

« Pourquoi le Canada ne récolte-t-il que 0,87 m3/ha/an alors qu'on en récolte 3,33 m3/ha/an en Suède ?», a demandé Nilsson. Selon ce dernier, il n'y a aucune raison pourquoi le Canada ne pourrait pas faire aussi bien que la Suède. Un manque de leadership de l'industrie, du gouvernement et des experts scientifiques est une partie de la réponse, dit-il. « Les intervenants dans le secteur ne sont pas de leur époque. Ils ne voient pas les signaux d'alarme. Ils ne prennent pas à cœur les messages lancés », a lancé sèchement M. Nilsson.

De plus, le gouvernement fédéral travaille trop en silo et il n'a pas de stratégie globale sur la forêt et l'énergie. Et seulement 10 % des produits sur le marché en ce moment présente de solides potentiels de croissance. Bref, l'heure est critique.

En 2025, Sten Nilsson croit qu'entre 25 et 35 % du marché sera consacré aux nouveaux produits. Par exemple, l'impression 3D, qui croît de 25 % annuellement, et 4D offre des opportunités de développement jamais vues auparavant.

Afin de remédier à ces problématiques, des acteurs devront assumer un leadership de taille afin de mettre en valeur de nouvelles pratiques et de nouveaux matériaux. Entre autres, il propose aux entreprises d'investir 1/3 de leur marge de bénéfices pour les innovations à long terme.

Et pourquoi ne pas construire un quartier en bois ? Un endroit où tout serait fait de fibre de bois. Les bâtiments, l'isolation, la peinture, les recouvrements, les tuyaux. Imaginez un quartier 100 % bois. Selon M. Nilsson, il faut faire rêver les gens pour qu'ils puissent voir et toucher aux innovations en bois. « Nous devons leur montrer ce qu'on peut faire avec les fibres de bois », dit-il. Même si un tel quartier coûterait cher, l'investissement serait rapidement remboursé, soutient-il.

Pour parvenir à trouver les investissements nécessaires pour réaliser ce rêve, l'industrie des pâtes et papiers devra tisser des liens avec l'industrie pétrolifère, chimique et autre. Une transformation qui a déjà commencé selon Yvon Pelletier de Fortress Paper. Trop lentement au goût de Sten Nilsson !


Une entrevue avec Sten B. Nilsson dans le cadre de PaperWeek Canada 2014 (l'entrevue est en anglais seulement) :

 

 

 

inscription-infolettre

acces-infolettres
bioservice
IST Boiler
kytola
cristini banner
axchem canada
fpinnovations
woodrise
Spi-Bio
le maitre papetier
innofibre
valmet
domtar
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier