Accueil Gens de l'industrie Entrevues Jean Moreau, président et chef de direction de Celluforce

Jean Moreau, président et chef de direction de Celluforce

Envoyer Imprimer PDF

«La nanocellulose cristalline prend son envol à Windsor»

Ça fait 50 ans qu'on parle de la nanocellulose cristalline. Grâce aux recherches réalisées par FPInnovations au cours des 10 dernières années, Celluforce sera la première entreprise au monde à commercialiser ce produit. Une fierté pour le président et chef de direction de la coentreprise de FPInnovations et de Domtar, Jean Moreau. Entrevue avec un visionnaire qui voit grand.

Entrevue avec Jean Moreau, président et chef de direction de Celluforce

En quelques mots, qu'est-ce que la nanocellulose cristalline (NCC)?

En bref, c'est une fibre de bois qu'on amène à une échelle nanométrique (1 milliardième de mètre = 10-9). On extrait de cette fibre le sucre pour garder que l'aspect cristallin, qui permet de transporter la force de l'arbre dans d'autres produits.

Les fibres que l'on produira seront à peu près invisibles avec une dimension de 5 nm de diamètre par 100 nm. Ça ressemblera à de minuscules aiguilles de diamants qui seront vendus sous une forme de poudre pour les clients. Les fibres deviendront invisibles lorsqu'elles seront utilisées par nos clients, sous forme d'un liquide ou un gel.

Quelles sont les autres qualités de la NCC?

Les aiguilles de NCC sont iridescentes, ce qui permet de créer de couleurs selon l'orientation. Elles agissent aussi comme barrières, car elles sont opaques aux rayons ultraviolets (UV) et infra rouges.

Comment peut-on l'utiliser?

C'est un peu comme de la farine pour faire du gâteau. On peut l'utiliser partout pour rendre un produit plus fort et lui donner des caractéristiques optiques. Par exemple, la NCC pourrait être utilisée pour rendre la rayonne (textile issu de la fibre de bois) plus résistante, tout en restant souple. On peut aussi l'utiliser dans les fenêtres, dans la peinture, les vernis, les plastiques, la fibre de verre, les composés de carbone et les produits chimiques.

Jean-Moreau-photo2

Comment les produits de Celluforce se démarqueront-ils?

C'est d'abord un produit vert, recyclable, renouvelable et compostable. On ne fabrique pas la NCC, on l'extrait de la nature. La nanotechnologie nous ouvre de nouvelles possibilités. Par exemple, la NCC se disperse très bien. Si on le combine à un produit chimique, on peut l'utiliser en plus faible quantité et obtenir une aussi bonne efficacité.

Quelle est votre clientèle cible?

C'est un des défis qu'on a. La NCC n'est pas connue, mais nous avons déjà des contacts avec une trentaine de compagnies intéressées à tester notre produit. Nous devons présenter notre cas, faire des ventes techniques, tester, prouver que la « farine » fonctionne et que les caractéristiques sont intéressantes. Plusieurs potentiels existent et il s'agit de les concrétiser.

Jean-Moreau-photo3Quand l'usine entrera-t-elle en exploitation et quels ont été les investissements nécessaires?

La nouvelle usine de 32 000 pi2, qui sera adjacente à l'usine de pâte et papier de Domtar à Windsor, a nécessité 42,4 M$ en investissement (23 M$ du fédéral, 10 M$ du provincial et une contribution en équité de Domtar de $9,4 M). Elle entrera en opération le 1er janvier 2012. Vingt employés sont en formation de juin à décembre pour les postes en usine et dix postes administratifs seront créés.

Quels sont les avantages d'un partenariat entre Domtar et FPInnovations?

Nous avons une structure unique et intéressante. Chacun a ses forces dans son champ d'activités. FPInnovations est machine de chercheurs qui investissent 95 M$ en recherche et développement chaque année. Ils ont 300 scientifiques pour faire des essais techniques sur des machines à la fine pointe de la technologie. De l'autre côté, Domtar est un gros joueur dans le monde des pâtes et papiers. Avec 9000 employés, 6 G$ de chiffre d'affaires, l'expertise manufacturière, la machine de recrutement et d'approvisionnement, nous formons une équipe du tonnerre.

Quels sont vos objectifs de production?

Une tonne par jour. En termes de quantité, ce n'est rien pour le domaine des pâtes et papiers, mais dans le jargon des nanomatériaux, ça représente 50 tonnes de produits finis. C'est tout de même une usine de démonstration, car on a un produit qui n'a pas encore été commercialisé. D'ici 2 à 3 ans, on veut tester notre plan d'affaires et démontrer notre succès dans la transformation de différents produits, tout en développant notre clientèle. Notre objectif ultime est de construire une usine commerciale pour le marché mondial dans trois ans.

 

inscription-infolettre

acces-infolettres
valmet
kytola
axchem canada
sdt ultrasound solutions
groupe vld
fpinnovations banner
Spi-Bio
cristini banner
domtar
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier