Le Maître Papetier

Dimanche 21 octobre 2018

twitteryoutube

Accueil Gens de l'industrie Entrevues De la salle de conférence à l’usine de papiers : voici Emma Barth

De la salle de conférence à l’usine de papiers : voici Emma Barth

Envoyer Imprimer PDF

Une carrière d'ingénieur au sein de l'industrie des produits forestiers peut être très valorisante, mais elle comporte aussi de nombreux défis. C'est du moins ce que les candidats du programme de nouveaux diplômés en génie découvrent en travaillant pour Résolu.

Nous publions une série d'entrevues menées avec les nouveaux diplômés en poste dans nos établissements situés entre le Québec et le Tennessee.

Emma Barth, Baie Comeau (Québec)

Emma Barth est ingénieure de procédé à notre usine de papiers de Baie-Comeau (Québec). Elle participe aussi au programme de perfectionnement professionnel de Résolu, qui permet aux nouveaux diplômés en génie de travailler dans nos établissements et d'accéder à des postes de leadership.

Emma donnait des conférences à l'Université du Québec à Trois-Rivières quand elle a décidé de mettre ses connaissances en génie chimique en pratique dans un véritable milieu de travail. Elle a commencé sa première affectation à titre de nouvelle diplômée en génie à notre usine Laurentide, au Québec, et quand cette installation a fermé ses portes, elle s'est jointe à l'usine de papiers de Baie-Comeau. Après 11 mois de participation au programme, Emma occupe un poste d'ingénieure de procédé et elle s'occupe des procédés chimiques qui servent à fabriquer du papier.

Pourquoi avez-vous décidé de chercher un emploi au sein de l'industrie des produits forestiers?

Ce n'était pas tant l'industrie que l'occasion que m'offrait le programme de Résolu. Je pensais que je devais envisager d'y participer – surtout quand on connaît les défis qu'il permet de relever.

Comment votre diplôme en génie vous a-t-il préparée à travailler comme ingénieure de procédé?

J'avais beaucoup travaillé dans le milieu de l'enseignement – à préparer des cours et à faire des conférences – et je voulais mettre mes connaissances en pratique sur le terrain, travailler directement avec les opérateurs et apprendre à connaître la machinerie.

À quels types de projets travaillez-vous?

Comme j'avais de l'expérience en enseignement et en élaboration de cours, un des premiers projets qui m'ont été confiés à Baie-Comeau a été de concevoir et d'implanter des programmes de formation pour les employés. J'ai aussi participé à certains projets dans le domaine de la formation et du perfectionnement à l'usine Laurentide avant sa fermeture.

Qu'avez-vous appris à l'occasion de la fermeture de l'usine Laurentide?

Une fermeture d'usine est toute une expérience à vivre. J'en ai tiré beaucoup de positif. J'étais responsable de la fermeture du bassin à boues activées et il était difficile de motiver les employés. Mais ce qui m'a vraiment impressionnée, c'est la façon dont tout le monde a travaillé ensemble et s'est s'entraidé. J'ai compris l'importance des bonnes communications – à la fois du point de vue du siège social que des employés entre eux.

Quelle fausse perception au sujet de l'industrie aimeriez-vous corriger?

Certains étudiants en génie pourraient écarter le secteur des pâtes et papiers comme option de carrière parce qu'ils considèrent que cette industrie a atteint sa maturité et qu'il y a peu d'occasions d'améliorer les procédés, mais c'est faux. L'industrie des pâtes et papiers offre de nombreux défis qui valent la peine d'être relevés.

Quel conseil donneriez-vous à une personne qui envisagerait de faire carrière au sein de l'industrie des pâtes et papiers?

Si vous êtes ambitieux et si vous désirez apprendre, c'est le secteur idéal pour mettre ce que vous avez appris en pratique. Les ingénieurs débutants ont la possibilité de jouer un rôle beaucoup plus important dans ce secteur que dans bien d'autres industries.

Qu'avez-vous appris au sujet de la sécurité en travaillant dans un milieu industriel?

La chose la plus importante est de demeurer vigilant et de toujours signaler les incidents qui auraient pu causer une blessure. Il faut reconnaître le rôle crucial que le signalement des accidents « passé proche » joue dans la sécurité de tous. Il incombe à tous les employés de veiller à la sécurité de leurs compagnons de travail.

Source : Le blogue Résolu

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier