Accueil Gens de l'industrie Entrevues La CEPI invite le Canada à ''Paper & Beyond''

La CEPI invite le Canada à ''Paper & Beyond''

Envoyer Imprimer PDF

L'édition 2018 de la conférence annuelle de la CEPI, anciennement dénommée Semaine européenne du papier (European Paper Week), se tiendra les 16 et 17 octobre 2018. La conférence de cette année s'intitulera Paper & Beyond et s'articulera autour de thèmes tels que l'innovation industrielle, la circularité, la bioéconomie et les implications politiques des programmes actuels en matière de commerce et de durabilité. Paper Advance a discuté de l'événement à venir avec Sylvain Lhôte, directeur général de la CEPI, l'Association européenne représentant le secteur de la fibre forestière et du papier.

Fait intéressant, la conférence aura lieu à la Bibliothèque Solvay, une institution qui porte le nom d'Ernest Solvay, célèbre chimiste et industriel belge. Les participants seront en mesure de se familiariser avec les derniers développements pertinents pour l'industrie ainsi que pour un nombre toujours plus important de secteurs d'activités connexes, incluant ceux dans le domaine de la fabrication, de l'alimentation, des boissons, des produits de soins personnels et domestiques.

La CEPI attend environ 200 participants, chiffre basé sur le nombre de participants de l'année dernière. L'Association a choisi de reformater son rassemblement annuel, une première en 18 ans. Non seulement l'événement se déroulera à quelques mètres du Parlement européen, mais il sera également moins long, ce qui permettra aux hommes d'affaires, aux spécialistes en politique publique ou aux chercheurs, de ne passer qu'une nuit à l'écart de leurs conseils, comités ou microscopes.

Nouveau format, nouveaux défis

Sylvain Lhôte explique que la conférence reste un forum unique pour échanger sur les innovations technologiques récentes dans le cadre d'un contexte politique complexe, tant en Europe qu'à l'international. De nombreux autres événements suscitant de l'intérêt sont organisés à travers l'Europe pour les entreprises exploitant des usines de pâtes et papiers ou produisant du papier, du carton, de la pâte à papier et d'autres bioproduits mais aucun d'eux ne concentrent leur attention de la sorte sur les grands défis de l'industrie de la fibre forestière et du papier. « Notre travail consiste à veiller à adopter une vision à long terme du développement de l'industrie. Il s'agit d'un trait distinctif de la conférence en raison de notre perspective paneuropéenne. »

Autre particularité de la réunion de Bruxelles: « l'occasion de prendre une bière avec des décideurs et des collègues de 18 associations nationales représentant environ 22% de la production mondiale. » Un tiers des participants à l'événement viennent de la région bruxelloise et la plupart des autres viennent d'Europe. Les Nord-Américains manifestent un intérêt croissant pour cet événement qui regroupe environ un tiers des participants du secteur privé, un tiers des milieux politiques et un tiers des universités et des instituts de recherche.

Histoire en devenir

Malgré la splendeur de la bibliothèque Solvay, le choix du lieu n'est pas sans intérêt, explique le directeur général de la CEPI. « Ce n'est pas sans ressembler à la CEPI, dit avec humour M. Lhôte, Ernest Solvay était convaincu que l'avenir de l'humanité découlait du partage et de la diffusion du savoir. » Solvay a créé ce que nous appellerions aujourd'hui un pôle scientifique et d'innovation pouvant accueillir divers instituts de recherche. « Les célèbres conseils de Solvay ont eu lieu dans l'enceinte de la ville - le magnifique parc Léopold - souvent dans la bibliothèque de Solvay et, à partir de 1911, ils ont été une occasion pour les scientifiques et les intellectuels avant-gardistes de discuter et de résoudre les problèmes de l'époque.

Les invités célèbres de Solvay, tels que Max Planck, Marie Curie ou Albert Einstein, ne porteront peut-être pas le badge « Paper & Beyond » en octobre, mais la réflexion visionnaire sera toujours obligatoire pour les participants et les orateurs de la Commission Européenne, de l'Institut du processus durable (Institute of Sustainable Process), de l'Université de Twente, ICFPA, Sappi, Stora Enso, Iceland (chaîne de supermarchés britannique), VTT, RISI, etc.

Sylvain Lhôte est un ardent défenseur de l'idée selon laquelle la compétitivité est liée à l'innovation dans les produits et les procédés de fabrication, et la conférence s'est construite autour de cette notion. En fait, aujourd'hui plus que jamais, « le développement de nouveaux produits ou services est intimement lié à nos réponses technologiques et politiques face à la crise écologique. » La renouvelabilité est le sujet qui devrait apparaître sur tous les radars des entrepeneurs. Ce concept est un bon exemple des problèmes qui sont devenus particulièrement importants au cours des 12 derniers mois.

« Une stratification d'événements géopolitiques oblige notre communauté à apprendre les uns des autres et notre événement est une invitation à le faire », a ajouté M. Lhôte. Politiques climatiques (et tragédies), réglementation accrue en matière de circularité (conformément à la politique de l'économie circulaire de l'UE), tensions commerciales (suite aux tendances protectionnistes) et prise de conscience accrue de l'impact de certains produits en plastique sur l'environnement; « Tous concourent à un tournant très récent dans la réflexion industrielle sur l'utilisation des ressources naturelles et la production de nouveaux matériaux. »

Le contexte décrit par le directeur général de la CEPI n'est pas uniquement intéressant pour ceux qui travaillent dans le domaine des fibres forestières. À la suite d'une proposition de Directive de la Commission européenne sur les plastiques à usage unique datant de mai 2018, les compagnies comme Nestlé et Procter & Gamble, ainsi que les petites et moyennes entreprises de savon, remettent en question le statu quo et recherchent des alternatives.

Vers une bioéconomie innovante

« Les plastiques, et en particulier les plastiques à usage unique, sont devenus un enjeu énorme à Bruxelles et ce n'est pas sans raison, déplore M. Lhôte. La quantité de déchets marins en plastique dans nos mers augmente et cela nuit aux écosystèmes et, par extension, à notre économie et à notre santé. » Cette question suscite de nombreuses inquiétudes et elle a également joué un rôle de premier plan au Sommet du G7 de Charlevoix, au Canada, cet été. A ce Sommet, cinq des pays du G7 (à l'exception des États-Unis et du Japon) ont convenu d'une charte des plastiques pour les océans. L'accord non contraignant ne suffira peut-être pas à sauver nos océans, mais il indique un grave problème partagé par les sociétés du monde entier.

La transition inévitable vers une économie circulaire n'est pas nouvelle pour la CEPI. « Notre secteur œuvre depuis des années pour une transition énergétique et climatique et cela ne constitue qu'une partie de notre objectif 2050. » Ce qui nous attend, c'est également le développement de solutions innovantes pour les solutions de remplacement à usages multiples et les produits de remplacement à usage unique. La CEPI rappelle souvent que la fibre forestière est source de bioproduits autant que de papier.

« Le changement systémique à venir sur la question de la substitution matérielle devrait encourager la production des solutions de remplacement à base biologique que nous proposons déjà. Néanmoins, nous nous attendons à de nouvelles opportunités pour les entreprises si des cadres politiques appropriés sont appliqués. » Sylvain Lhôte tiendra une conférence de presse informelle juste avant l'ouverture de « Paper & Beyond ». Il évoquera probablement ce « nouveau champ d'opportunités au potentiel illimité pour une industrie prospérant grâce aux matériaux biosourcés et recyclés. »

Aperçu du programme

M. Lhôte décrit le programme de la conférence de deux jours comme s'articulant autour de trois axes : un axe politique dans lequel nous discuterons comment, en Europe et au-delà, la société peut soutenir l'industrie et comment, en retour, l'industrie peut aider la société à atteindre ses objectifs; un axe commercial où les besoins et le confort des consommateurs occupent une place centrale et où nous explorons les développements sur différents marchés régionaux; et un axe technologique qui comprend une session tenue conjointement avec ProviDES, un projet de recherche et d'innovation dans le cadre de l'Initiative des bioindustries (Biobased Industries Initiative).

« Ces axes se rejoignent finalement tous, explique Sylvain Lhôte, et on ne peut pas discuter des avancées scientifiques et technologiques sans explorer, par exemple, comment la technologie financée par l'UE ou par l'État peut aider l'Europe à atteindre ses objectifs de bioéconomie à faible émission de carbone ou à en faire bénéficier les consommateurs. » Cette année, le plus grand événement de la CEPI envisage l'avenir avec du papier et au-delà, et il y a de grandes chances que cela se répète dans les années à venir.

Pour plus d'informations sur l'événement à venir à Bruxelles, visitez le site : Paper & Beyond


Paper & Beyond 2018 présentera de nouvelles innovations émanant des jeunes chercheurs les plus brillants du continent, une analyse approfondie des politiques des dirigeants de la bioéconomie et de l'économie circulaire, des informations sur les dernières données et technologies du marché façonnant la transition de la bioéconomie circulaire en Europe et pour finir, un des aspects importants de l'événement, des occasions uniques de réseautage.

Inscription : https://www.paperandbeyond.com/registration-1


 

 

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier