Accueil Sciences et Innovations Avancées dans l'industrie papetière Biotraitement : réduction du coût des nutriments et rendement amélioré

Biotraitement : réduction du coût des nutriments et rendement amélioré

Envoyer Imprimer PDF

Les usines canadiennes de pâtes et papiers doivent se conformer à certains des règlements les plus stricts au monde en matière d'effluents et leurs rejets doivent donc être d'une exceptionnelle qualité. Toutefois, comme les effluents non traités découlant de nos procédés sont généralement faibles en azote et en phosphore, l'ajout de ces nutriments est nécessaire pour atteindre un taux élevé d'efficacité du traitement. C'est ainsi que chaque année, les usines comportant des systèmes de biotraitement à haut rendement dépensent jusqu'à 1,5 million de dollars en nutriments supplémentaires pour que le rendement du traitement soit acceptable et conforme à la règlementation.

Le rejet de quantités résiduelles de phosphore (P) dans les effluents des usines vers les eaux réceptrices est une dépense inutile et une préoccupation sur le plan environnemental pour bien des usines. Il faut donc de nouvelles stratégies pour minimiser les coûts associés à l'utilisation du phosphore tout en réduisant au minimum son impact sur l'environnement; des chercheurs de l'équipe d'aménagement des ressources de FPInnovations ont entrepris une étude pour voir à cette question. En collaboration avec deux usines du Québec, ils ont systématiquement réduit le dosage du phosphore en suivant une méthode par étape, tout en surveillant étroitement le rendement du traitement. Les deux usines ont été choisies selon leur potentiel relativement élevé de réduction des quantités de P et leur procédé de traitement séquentiel en continu en réacteur, qui est une modification du procédé conventionnel de boues activées.

La capacité des systèmes de biotraitement de l'industrie des pâtes et papiers à réduire les besoins en phosphore additionnel a été démontrée par deux études de terrain. Ainsi, une réduction d'environ 50 % de la quantité de phosphore a été effectuée à chacune des usines concernées. La structure en flocons des solides en suspension dans la liqueur mixte (MLSS) a été améliorée par la réduction de la dose de P, ce qui a donné lieu à des boues qui décantaient mieux et au maintien du rendement du traitement. On a constaté des économies substantielles dans les coûts de traitement des effluents ainsi que l'avantage supplémentaire d'une meilleure décantation des boues.

Le rapport complet est disponible pour les membres de FPInnovations. Pour plus d'information, veuillez communiquer avec Talat Mahmood, gestionnaire de recherche, au 514-782-4631.

Source : FPInnovations

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
fpinnovations banner
cristini banner
le maitre papetier