Le Maître Papetier

Dimanche 19 novembre 2017

twitteryoutube

Accueil Nouvelles De l'industrie Approvisionnement forestier : La réduction du personnel nuit à l’économie du Québec

Approvisionnement forestier : La réduction du personnel nuit à l’économie du Québec

Envoyer Imprimer PDF

Québec, 8 décembre 2014 – Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) constate que les problèmes d'approvisionnement en bois rapportés par l'industrie forestière sont directement liés à la diminution constante, depuis dix ans, des effectifs de l'État. Selon l'industrie, la lenteur d'émission des permis, due au manque de fonctionnaires au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP), a maintenant pour conséquence la fermeture d'usines de sciage et de pâtes et papiers.

« La crise que traverse l'industrie forestière est déjà inquiétante pour l'économie des régions, mais il est indécent qu'elle soit aggravée uniquement par un nombre insuffisant d'agents de l'État pour planifier l'exploitation et délivrer les permis nécessaires à l'exploitation contrôlée de nos ressources. Combien de temps encore les libéraux refuseront-ils d'admettre qu'en sabrant dans le personnel de l'État, en ne remplaçant pas les départs à la retraite, en réduisant les services publics, qu'il y a des conséquences directes dans l'économie québécoise? », questionne la présidente générale du SFPQ, Lucie Martineau.

Selon le SFPQ, il est impératif que le MFFP embauche le personnel requis afin d'intensifier ses fonctions de planification, de suivi et de contrôle des activités d'exploitation forestière. Il en va de la relance de l'industrie forestière au Québec. « L'économie forestière est un tout qui comprend une panoplie d'acteurs sur le terrain. Le ministère est au cœur de la coordination de tous ces acteurs. Si on veut tirer des leçons de la Commission Coulombe et des nombreuses années de travail préalables à la réforme forestière, le minimum que le gouvernement doit faire est de s'assurer de ne pas être lui-même un frein à la relance en ayant du personnel insuffisant à la tâche », poursuit Mme Martineau.

Le SFPQ croit que, encore une fois, ce sont les régions ressources qui écopent de la lubie des libéraux de vouloir diminuer la taille de l'État à tout prix. Pourtant, l'industrie forestière verse près de 4 milliards $ en salaires et avantages sociaux, dont près de 1,5 milliard $ est retourné aux gouvernements sous forme de taxes et d'impôts payés par les entreprises et les travailleurs. « Ce n'est donc pas payant de couper dans le personnel de l'État qui fait tourner l'économie forestière et régionale. Tout le monde doit mettre l'épaule à la roue », rappelle madame Martineau

Le SFPQ est un syndicat indépendant qui regroupe environ 42 000 membres à travers le Québec, dont quelque 31 000 d'entre eux sont issus de la fonction publique québécoise et répartis comme suit : près de 27 000 employés de bureau et techniciens et environ 4 000 ouvriers travaillant au sein de divers ministères et organismes. Les 11 000 autres membres proviennent du secteur parapublic.

Source : Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ)

 

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
Symposium forestier
banniere PaperWeek Canada
kemira banner
fpinnovations banner
european paper week
tecumseth banner
cristini banner
buckman banner
banniere BIOFOR International
le maitre papetier