Le Maître Papetier

Vendredi 20 octobre 2017

twitteryoutube

Accueil Nouvelles De l'industrie L’état des forêts au Canada 2014

L’état des forêts au Canada 2014

Envoyer Imprimer PDF

L'approche du Canada en matière d'aménagement forestier, fondée sur des données scientifiques, favorise des récoltes durables tout en procurant plus de 216 000 emplois directs et en injectant près de 20 milliards de $ dans notre économie.

Cette approche permet aux Canadiens de profiter d'une de nos plus importantes ressources naturelles renouvelables tout en offrant les mêmes avantages aux prochaines générations.

Voilà quelque chose dont nous pouvons tous être fiers, a déclaré Greg Rickford, ministre des Ressources naturelles au gouvernement fédéral.

Ressources naturelles Canada (RNC) surveille nos forêts de près, en encourageant les meilleures pratiques, en veillant à ce que les lois qui protègent les espèces en péril soient respectées et en soutenant la recherche scientifique.

Chaque année, ce ministère publie un rapport intitulé « L'état des forêts au Canada », auquel on peut accéder en ligne.

« En diffusant ce rapport au Canada et dans le monde, nous montrons que nos pratiques forestières sont basées sur la responsabilité et la transparence, a écrit Greg Rickford, ministre des Ressources naturelles, dans l'édition 2014 du rapport. Parmi les terres forestières du Canada, plus de 150 millions d'hectares ont fait l'objet d'une certification d'aménagement forestier durable par des tierces parties; ils représentent 41 % des terres certifiées du monde. De plus, le Canada récolte moins de 0,5 % de ses ressources forestières chaque année, et toutes les forêts exploitées situées sur des terres publiques doivent être régénérées. Voilà un rendement enviable. »

Certains détails du rapport gouvernemental montrent à quel point ce rendement est enviable.

Tout d'abord, les forêts qui sont exploitées au Canada restent presque toujours des forêts. Tout de suite après la récolte, les secteurs se régénèrent par eux-mêmes et les forestiers plantent de nouveaux arbres quand la régénération naturelle ne suffit pas. Le Canada maintient un couvert forestier stable et réduit les pertes au minimum par une combinaison de régénération naturelle, de programmes de plantation d'arbres, de règlements stricts et de mécanismes d'exécution efficaces.

C'est différent du déboisement, qui consiste à éliminer les arbres de façon permanente pour utiliser les terres à d'autres fins, comme l'installation de lignes de transport de l'électricité, l'agriculture ou le développement urbain.

Le déboisement est très rare au Canada. En 2013, 0,01 % de nos terres forestières ont été déboisées, en raison surtout du défrichage nécessaire aux travaux d'agriculture et d'infrastructure pour les projets d'extraction de pétrole et de gaz.

La part qui revient au Canada des forêts aménagées selon les principes du développement durable dépasse de beaucoup sa part des forêts du monde. Bien que 41 % des terres certifiées du monde se trouvent ici, il est intéressant de noter que les forêts du Canada ne représentent que 9 % de l'ensemble des forêts du monde.

Ces forêts certifiées représentent une superficie de 153 millions d'hectares, près de 44 % des terres forestières que possède le Canada, soit 348 millions d'hectares.

Et, bien sûr, les forêts se renouvellent. D'ailleurs, les lois obligent les sociétés forestières et les gouvernements provinciaux à veiller à la régénération de toutes les forêts publiques qui ont été exploitées. Comme 94 % des forêts canadiennes sont publiques, ces exigences s'appliquent à la vaste majorité des secteurs récoltés.

Bien qu'une bonne partie de la régénération se fasse naturellement, les sociétés forestières ont un rôle important à jouer. Résolu a planté à elle seule 60 millions de semis en 2012. En 2013, le gouvernement du Québec a pris en charge la responsabilité de la plantation dans le cadre d'une importante réforme du régime forestier.

La planification de l'aménagement forestier durable et la régénération sont essentielles, car dans l'industrie forestière, les forêts durables assurent un développement commercial durable. Une bonne partie des secteurs récoltés au Canada se régénèrent naturellement, tandis que les superficies qui restent sont reboisées par la plantation à la main, l'ensemencement aérien ou d'autres méthodes.

Quelle que soit la méthode employée, la régénération permet à ces forêts de continuer à fournir des services écosystémiques comme la conservation de la biodiversité et des habitats fauniques, la régulation de la qualité de l'eau et des possibilités de loisirs.

Même si les récoltes ne touchent qu'une infime partie des forêts du Canada, elles ont un impact énorme sur notre économie.

En 2013, l'industrie des produits forestiers procurait des emplois directs à 216 500 personnes. Si l'on ajoute les emplois indirects, on arrive au chiffre de 320 000.De plus, ce sont de bons emplois. Les travailleurs du secteur de la fabrication de la pâte et du papier, de même que ceux qui travaillent dans les domaines de la foresterie et de l'exploitation forestière, gagnent des salaires qui dépassent la moyenne de l'ensemble des secteurs manufacturiers.

Cela représente beaucoup d'avantages pour l'économie canadienne.

Au total, l'industrie forestière canadienne apporte une contribution de 19,8 milliards de $ au produit intérieur brut (PIB) du Canada, soit 1,25 % du PIB total.

Même si cette contribution à notre économie est inférieure à celle d'autres secteurs des ressources, elle demeure importante, surtout pour les centaines de collectivités rurales qui dépendent presque exclusivement des forêts pour leur développement.

Pour chaque dollar de valeur ajoutée, l'industrie des produits forestiers crée plus d'emplois et d'exportations que d'autres secteurs des ressources, y compris le secteur des minéraux et des métaux et le secteur de l'énergie.

L'industrie des produits forestiers est particulièrement axée sur l'exportation. En 2012, la valeur des exportations de produits forestiers a atteint 28 milliards de $, soit près de 6 % de l'ensemble des exportations canadiennes.

Comme on peut le lire dans le rapport du gouvernement fédéral : « La contribution des forêts du Canada à l'économie, à l'environnement et au bien-être social du pays est de première importance. Nos forêts constituent une partie vitale de nos racines en tant que nation et un élément fondamental de notre avenir. »

Source : Le Blogue Résolu

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
Symposium forestier
banniere PaperWeek Canada
kemira banner
fpinnovations banner
european paper week
tecumseth banner
cristini banner
buckman banner
banniere BIOFOR International
le maitre papetier