Accueil Nouvelles De l'industrie Le grand débat: pailles en plastique ou en papier

Le grand débat: pailles en plastique ou en papier

Envoyer Imprimer PDF

Du papier ou du plastique? C'est un débat qui fait rage depuis des années sur divers produits, notamment les sacs d'épicerie, les matériaux d'emballage pour aliments, les bâtons de sucettes, les articles de soins personnels et d'autres produits à usage unique. Le dernier article à faire la une des journaux est la modeste paille. Les pailles en plastique sont omniprésentes, mais elles risquent de passer rapidement au second plan.

Une série de jugements californiennes très médiatisées ont déclenché un mouvement croissant pour l'interdiction des pailles en plastique aux États-Unis, les promoteurs citant des préoccupations environnementales. Une des lois les plus récentes de la Californie stipule qu'il est illégal pour les serveurs de restaurants de donner des pailles en plastique à leurs clients, à moins que ceux-ci ne leur demandent. Plusieurs villes de Californie ont emboîté le pas en adoptant des ordonnances locales interdisant la distribution ou la vente de pailles en plastique dans certains établissements de restauration

Et ce n'est pas seulement en Californie. Plusieurs grandes villes américaines mettent en place des lois visant à décourager l'utilisation de pailles et d'agitateurs en plastique. Au milieu du débat grandissant, la pression du public a également poussé les entreprises - de Starbucks et Bon Appétit à SeaWorld et Disney - à annoncer leurs propres plans pour éliminer les pailles en plastique.

Les pailles en papier font un retour

Les Américains aiment leurs pailles. On évalue notre utilisation de ce petit tube de plastique à 500 millions de pailles par jour. Alors que la pression pour les interdire augmente, les gens se tournent vers des alternatives biodégradables ou recyclables, telles que des pailles à base de foin, des pailles en métal et, bien sûr, des pailles en papier.

L'idée des pailles en papier n'est pas nouvelle. En fait, c'est une vieille solution à un problème intemporel. Pendant des siècles, les gens ont utilisé des pailles naturelles à base d'ivraie, de foin ou d'autres tiges végétales creuses. Le problème est que les matières naturelles ont conféré aux boissons une saveur désagréable et qu'elles se sont désintégrées rapidement.

Un inventeur du nom de Marvin Chester Stone, s'est attaqué au problème en créant une « paille artificielle » en papier. Les pailles à boire en papier de Stone, brevetées en 1888, ont été fabriquées en enroulant et en collant une bande de papier dans un cylindre. Le cylindre a ensuite été plongé dans de la paraffine, le rendant résistant à l'eau. Ces pailles en papier se sont toujours désintégrées au fil du temps, mais elles ont duré plus longtemps que les pailles à herbe ou à plante et n'ont pas modifié le goût des boissons

L'invention de Stone a pris son envol et les pailles en papier sont devenues la norme. Mais dans les années 1960, la technologie avait suffisamment évolué pour que les pailles en plastique soient moins coûteuses à produire et plus durables que les pailles en papier - un fait attrayant pour l'industrie en plein essor de la restauration rapide.

Ce qui nous amène à aujourd'hui. Les conséquences de notre problème croissant de pollution ont poussé de nombreux consommateurs à se tourner de nouveau vers les pailles jetables en papier, qui constituent une alternative écologique au plastique causant un problème pour les fabricants de paille qui ont donc du mal à rattraper leur retard.

Et après?

Peter Gilbert, directeur du marketing et du service à la clientèle de Domtar Specialty Papers, a déclaré que Domtar connaissait très bien les pailles en papier, ayant déjà fabriqué du papier pour l'un des plus grands fabricants de pailles en papier du passé. Mais avant que les pailles en papier puissent passer d'un marché de niche à un produit de base, l'industrie devra faire évoluer la technologie de conversion et le papier lui-même.

« Actuellement, les pailles en papier coûtent environ cinq fois plus cher à produire que les pailles en plastique », explique-t-il. « C'est parce que l'équipement de conversion est lent, ne produisant que 150 à 200 pailles par minute, par rapport aux machines capables d'extruder plus de 2 000 pailles en plastique par minute. »

De plus, pour résister aux rigueurs de la transformation, le papier spécial utilisé pour les pailles doit être solide. « Le processus de conversion est très exigeant. Les pailles en papier sont fabriquées avec trois, voire quatre, couches de papier collées ensemble pour leur donner une résistance à l'écrasement », explique Gilbert.

Enfin, le papier doit être résistant à l'eau afin que la paille finie ne se désagrège pas dans le liquide tout en étant biodégradable pour répondre aux préoccupations environnementales.

Il faudra du temps pour relever ces défis, mais cela ne veut pas dire que les pailles en papier ne seront pas de retour - et dans un avenir très proche.

« De nombreux convertisseurs apprennent à fabriquer des pailles en papier en achetant du matériel de fabrication pour répondre à la demande du marché », déclare Gilbert. « Domtar Specialty Paper collabore activement avec plusieurs de ces convertisseurs afin de trouver un papier amélioré pour une utilisation dans les pailles en papier. »

Source : Domtar Newsroom (en anglais)

* traduction libre

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
le maitre papetier
Vision Biomase Québec
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier