Accueil Usines et Technologies Optimisation Runnabilité des machines à papier : problèmes et solutions

Runnabilité des machines à papier : problèmes et solutions

Envoyer Imprimer PDF

Avec l'introduction des machines à haute vitesse, leur efficacité devient d'une importance majeure à cause de l'augmentation des bris de feuille dans la sécherie, là où celle-ci est non-supportée.

Pour résoudre ce problème, il est devenu nécessaire de supporter la feuille le plus possible. Les endroits les plus vulnérables sont ceux où la feuille est la plus susceptible de se déchirer, qui sont normalement les endroits les plus rapprochés de la partie humide, là où la feuille est plus faible.

Le premier pas fut de passer des presses à entraînement libre aux presses avec rouleaux feutrés supérieurs et inférieurset éventuellement au système ENP (Extended NipPress) où la feuille n'a qu'un minimum d'entraînement libre.
L'étape suivante fut la sécherie: la première section et où se fait le passage de la presse vers la 1ière section. Les premières machines avaient un grand espace libre entre les rouleaux de presse et le premier rouleau sécheur ce qui demandait un fort tirage provoquant des bris et étirements de feuille. Voir figure 1.


Figure 1

De plus, cette première section était composée de sécheursfeutrés supérieurs et inférieurs avec de grands espaces libres entre eux. Afin de réduire le tirage, on configurera des sections de sécheurs «trapues» pour réduire ces zones de tirage. L'étape suivante fut l'utilisation de toiles qui soutiennent lafeuille en permanence et «serpentent» avec la feuille entre lesrouleaux afin de réduire le tirage. Ceci fonctionna très bienjusqu'au moment où les machines commencèrent à dépasser des vitesses de 2 500 ppm. À ces vitesses la force centrifuge  au niveau des cylindres sécheurs inférieurs induit des bulles et plis dans la feuille.

Pour régler ce problème, on installa des boîtes stabilisatrices le long de la course descendante de la feuille pour garder celle-ci en parfait contact avec la toile d'un sécheur à l'autre.

Actuellement, avec des vitesses qui dépassent 3000 ppm, on doit installer des stabilisateurs doubles. À des vitesses encore supérieures, on recommande l'utilisation de rouleaux aspirants perforés et rainurés en plus d'installer des stabilisateurs doubles afin d'éliminer tout tirage sur la feuille. Suivant le type de machine et sa vitesse, ceci déterminera le nombre de sections « serpentines ».

Lorsque la feuille quitte la section serpentine et atteint la section à feutres jumelés, la feuille est encore sujette aux bris même si celle-ci a partiellement séché dans les sections précédentes. Pour réduire le tirage, les rouleaux de feutres des poches sont décalés vers le bout humide pour réduire l'entraînement libre de plus de moitié afin d'obtenir une runnabilité optimale. Desventilateurs de poche spéciaux sont installés pour retenir la feuille contre le feutre et ventiler les poches. Voir figure 2.

Ventilateur de poche d'air avec « rouleau feutre décalé »


Figure 2

La section de séchage suivante sera de type standard avec feutres jumelés et sera munie de ventilateurs de poche à autoréglage qui introduiront de l'air dans les poches tout en éliminant les courants d'air axiaux qui peuvent causer des flottements sur les bordures de feuille. Toutes les autres sections seront équipées des boites de ventilation standard car la feuille a acquis de la résistance et leur fonction n'est plus que d'assurer une réduction de l'humidité dans les poches et d'accroître le séchage.

En résumé, aux vitesses actuelles des machines, il est impératif d'éliminer ou au moins de réduire les segments de feuille non-supportée et d'incorporer des stabilisateurs qui retiendront la feuille contre la toile sur tout le parcours de la sécherie.

Pour en savoir plus, visitez www.enerquin.com

{jacomment off}

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
le maitre papetier
Vision Biomase Québec
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier