Suivre le marché

Envoyer Imprimer PDF

En développant des technologies novatrices, le groupe Sustana a ravivé un nom canadien empreint d'histoire dans le domaine de la fabrication du papier.

Un nom historique connait une véritable renaissance dans l'industrie canadienne du papier fin.

Rolland, synonyme de papier fin, a des racines qui remontent à 1882, lorsque Jean Baptiste Rolland a fondé la société et construit des usines à Mont Rolland, QC, à environ 50 miles au nord de Montréal. ainsi qu'à Saint-Jérôme, à environ 15 miles au sud de Mont Rolland. L'usine de Mont Rolland a été fermée dans les années 1980, mais celle de Saint-Jérôme a retrouvé une nouvelle vie avec le groupe Sustana.

Au fil des ans, la société s'est bâtie une réputation pour les papiers de sécurité de haute qualité à base de lin. La période économique difficile a forcé la famille à vendre à Cascades en 1992 et l'usine a été intégrée à Cascades Fine Paper. Lorsque Cascades a choisi de se concentrer sur les marchés de l'emballage et du papier tissu, l'usine de Saint-Jérôme n'était plus un actif essentiel.

Les actifs de pâtes et papiers du groupe Sustana sont divisés en deux branches. L'une d'elles est Sustana Fibre, qui englobe les actifs en pâte à papier, constituée de deux usines de pâte recyclée: Fox River Fibre dans le Wisconsin et à Breakeyville, au Québec. L'autre branche est Rolland, qui comprend l'usine de Saint-Jérôme ainsi qu'une usine de transformation à proximité.

Phillip Rundle est président de Rolland. En décrivant la stratégie de Rolland, il déclare: "Nous investissons et améliorons nos actifs." Il note que la société a dépensé des capitaux importants dans ses usines et son centre de conversion depuis 2014.

Les deux usines de pâte produisent maintenant un total de 250 000 tonnes par an de pâte recyclée, tandis que l'usine de papier peut produire environ 150 000 tonnes de papier fin non couché avec un contenu recyclé allant jusqu'à 100%. Rolland produit des papiers fins offrant des options de recyclage des déchets post-consommation à 30% et à 100%.

UNE POSITION UNIQUE

M. Rundle parle de l'acquisition de l'usine de Saint-Jérôme. "Ce que nous avons vu, c'est une position unique dans le papier, un créneau avec le recyclage. Le monde du recyclage est un petit monde. Nous pensions pouvoir y apporter une valeur ajoutée."

La société est fière de son bilan en matière de durabilité et de sa faible empreinte environnementale. M. Rundle dit que c'est dans l'ADN de la société. Cela inclut une très faible consommation d'eau, une politique de transparence de la part de l'entreprise et l'utilisation intensive du biogaz à la papeterie de Saint-Jérôme. Le projet de biogaz a été réalisé il y a quelques années sous Cascades. L'usine utilise le méthane récupéré dans une décharge située à une dizaine de kilomètres. Il est acheminé vers l'usine et traité (la valeur calorifique n'est pas aussi élevée que celle du gaz naturel). Le biogaz représente environ 93% des besoins énergétiques de l'usine.

M. Rundle a expliqué que Saint-Jérôme produisait du papier recyclé d'excellente qualité. "De nombreux équipementiers - HP, Xerox, Canon - certifient notre ligne de papier numérique. Nous maintenons notre capacité à 150 000 tonnes, car nous estimons que sa taille est adaptée à l'industrie."

Il ajoute que Sustana a exploité le marché qui s'identifie au recyclage et à la durabilité. "Les métriques ACL (analyse du cycle de vie) nous sont avantageuses, et nos clients en bénéficient. Nous nous considérons comme des activistes auprès de ces personnes. Nous faisons désormais partie de la chaîne d'approvisionnement de leurs clients.

"Nos clients nous enquêtent", souligne M. Rundle, citant le fabricant de vêtements Patagonia comme un exemple. Il explique plus loin: "Nous voulons être une organisation tournée vers le marché plutôt que vers la fabrication. Nous aidons à construire des marques et à raconter une histoire."
Ramener le nom Rolland faisait partie intégrante de cette stratégie. "Le nom Rolland est très important pour nous; c'est un nom connu depuis 1882."

M. Rundle mentionne également à quel point la coopération avec les principaux clients de Rolland a été précieuse: "Ils parlent de nous et pourquoi ils achètent chez nous". Outre Patagonia, ses clients incluent des noms bien connus tels que Lush Cosmetics, le Cirque du Soleil, Air Canada et Ford.


Rouleau sortant de la rembobineuse à Saint-Jérôme.

Le papier Rolland a diverses utilisations finales: rapports annuels, livres, catalogues, publipostage et copies papier. Bien que ces domaines restent tous des domaines prioritaires, ils s'éloignent de plus en plus stratégiquement de la copie papier. "C'est devenu pour nous un centre d'activité moins important", note M. Rundle. "C'est une voie stratégique que nous avons empruntée. Les autres font partie du marché du ''touch and feel'' que nous voulons conquérir. Outre l'impression commerciale en gros volume, nous disposons également d'une ligne numérique et à jet d'encre à 100%."

L'usine produit toujours des papiers de sécurité (par exemple, des passeports) contenant du lin. Cela se fait sur la plus ancienne machine, la PM 6, qui produit également d'autres produits spéciaux, mais il ne s'agit que d'une très petite partie de l'entreprise.

Les trois machines à papier de l'usine offrent une grande flexibilité et il est possible de réaliser de petites séries plus courtes pour les lignes de produits. Environ 80% du papier est vendu en rouleaux. Les 20% restants sont convertis en formats coupés ou en format folio au centre de conversion de l'entreprise.

UNE PERCÉE DANS LE RECYCLAGE

Comme le dit M. Rundle, le travail de Sustana ne s'est pas limité à l'usine de papier de Saint-Jérôme. À l'usine de pâte de Fox River, Sustana Fibre a développé une ligne de pâte recyclée, EnviroLife, qui a été approuvée par la FDA aux États-Unis pour le contact avec les aliments.

Par exemple, les tasses de café jetables de Starbucks contiennent maintenant au moins 10% de la pâte EnviroLife. Sustana Fibre a lancé un projet de ''Cup-to-Cup'' avec Starbucks. M. Rundle ajoute que la technologie a évolué pour permettre l'extrusion de la doublure en polyéthylène dans les tasses à café jetables et le recyclage de la tasse.

"Tout cela est motivé par les demandes des clients", a-t-il déclaré, citant l'exemple récent du passage à la paille en papier. À l'avenir, Sustana Fibre se penchera sur d'autres récipients pour aliments, tels que ceux utilisés pour la crème glacée ou le pop-corn.

EnviroLife représente actuellement plus de 15% de la production de Fox River, mais M. Rundle pense que cette croissance augmentera considérablement. Bien que Saint-Jérôme soit dans une certaine mesure intégrée à l'usine de pâte à papier de Breakeyville, la majeure partie de la production de Sustana Fiber est vendue sur le marché.

Kevin Richard est un fabricant de papier de quatrième génération originaire du Maine. Il a travaillé pour Mohawk Paper de 1978 à 2014. Il s'est joint à l'équipe du groupe Sustana en 2018. En tant que COO, il est responsable de la papeterie et de l'usine de transformation de Saint-Jérôme, ainsi que des deux usines de pâte à papier.

Pour Saint-Jérôme, l'accent est mis sur l'amélioration de la qualité et l'augmentation de la productivité. Des travaux sont en cours pour mettre à niveau le système de contrôle distribué afin de s'assurer que le personnel de l'usine utilise toutes les données disponibles.

Comme indiqué précédemment, en tant que producteur spécialisé, les trois machines à papier de l'usine doivent être flexibles. Avoir la bonne chimie est critique. Kemira travaille sur un nouveau système de biocides pour les trois machines. S'agissant des fournisseurs, M. Richard a déclaré que la philosophie de l'usine était que quelque soit le fournisseur, "il fait partie de notre équipe et doit travailler au mieux pour le compte de Rolland."

Depuis qu'il a rejoint la société, M. Richard a déclaré qu'il y avait eu un "changement majeur" dans la relation avec les fournisseurs. "Ils sont ici pour démontrer ce qu'ils peuvent fournir."

Le groupe Sustana est particulièrement fier de ses réalisations en matière de développement durable, en particulier de consommation d'eau. Sa consommation d'eau est environ 17 fois inférieure à la moyenne de l'industrie. Elle prétend recycler l'eau 30 fois avant sa libération et, même dans ce cas, elle est plus propre que lors de son entrée dans les processus de l'usine.

En 2019, l'accent est mis sur la nécessité de continuer à réduire les chiffres relatifs à la consommation d'eau. Les économies devraient provenir d'une utilisation réduite de l'eau des joints avec l'installation des kits de débit et de l'utilisation de joints mécaniques. La technologie de douche à haute pression permet à Rolland d'utiliser de l'eau filtrée sur les machines à papier. Elle a été installée sur deux des machines et la troisième a été réalisée début 2019.


Fourdrinier sur l'une des trois machines à papier de l'usine de Saint-Jérôme. 

Il existe à Saint-Jérôme une équipe de développement de produits relativement nombreuse (7 à 8 personnes) qui travaille sur les produits numériques, de sécurité et traditionnels. Selon M. Richard, la PM 8 (la toute dernière machine) est dotée d'un équipement unique qui permet à l'usine de faire plus que du papier fin non couché.

"De plus, ajoute M. Richard, nous cherchons toujours à améliorer la qualité de nos lignes traditionnelles. C'est axé sur le client."

L'usine améliore constamment son portefeuille de produits. "Nous utilisons les capacités uniques de nos machines à papier pour ouvrir de nouveaux marchés", explique M. Richard. "Nous entretenons de bonnes relations de travail avec nos principaux clients. Ils nous disent ce qu'ils veulent de la feuille et cela nous pousse à innover.''

"Ensuite, nous travaillons avec nos usines de pâte à papier pour obtenir la pâte dont nous avons besoin. Par conséquent, les usines de pâte à papier connaissent également un développement constant."


Le papier fin recyclé de Rolland est utilisé dans les rapports annuels, les livres, les catalogues, les publipostages et le copie papier. 

LE 'SAVOIR-FAIRE'

Tout comme le reste de l'industrie des pâtes et papiers et les industries en général, Sustana ressent les effets du vieillissement de la main-d'œuvre, le "tsunami gris", ainsi surnommé. M. Richard reconnaît ceci: "Le prochain grand défi ici sera l'évolution des changements dans notre personnel. Il y aura beaucoup de départs à la retraite. Nous devons enseigner le savoir-faire de la fabrication du papier, avec la technologie. Pour 2019, nous avons développé un programme d'entraînement dynamique. "

«Le savoir-faire» de la fabrication du papier s'applique à tous les fabricants de spécialités, en particulier à l'usine de Saint-Jérôme, compte tenu de l'âge de l'usine et de sa gamme de produits. Richard a déclaré que la fabrication du papier était véritablement un art notamment avec les anciennes machines fabricant les papiers de sécurité.

UNE NOUVELLE STRATÉGIE DE DURABILITÉ

En février 2019, le groupe Sustana a annoncé que sa stratégie de développement durable se tournait vers l'avenir. Elle repose sur trois piliers:

  • Gérance de l'environnement;
  • Lieu de travail et communautés prospères;
  • Chaîne de valeur circulaire et produits. L'objectif final est de créer un avenir durable pour la fibre en boucle fermée.

La société prétend déjà recycler suffisamment de papier chaque année pour remplir plus de 4 700 wagons de 50 pieds et réduire la superficie des sites d'enfouissement de plus d'un million de verges cubes. Son utilisation de biogaz réduirait les émissions de dioxyde de carbone de 70 000 tonnes par an.

Les nouveaux objectifs incluent des plans pour:

  • Atteindre zéro déchet en décharge dans toutes les usines de pâtes et papiers d'ici 2030;
  • Augmenter de 20% la récupération de nouvelles sources de déchets de fibres d'ici 2030;
  • Augmenter de 20% l'utilisation de fibres recyclées dans tous les produits d'ici 2030;
  • Accroître les partenariats avec des organisations externes pour détourner les déchets de papier des décharges d'ici 2030.

 


Cet article a été publié pour la première fois dans le numéro de mai-juin 2019 de Paper360o.
Graeme Rodden est rédacteur en chef, Amérique du Nord et du Sud, de Paper360 °, une publication officielle de TAPPI. TAPPI est la principale association des industries mondiales de la pâte à papier, du papier, de l'emballage, du tissu et de la conversion.

 

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
innofibre
valmet
domtar
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier