Accueil Usines et Technologies Santé et Sécurité Le travail à la chaleur - Vos responsabilités en tant qu’employeur

Le travail à la chaleur - Vos responsabilités en tant qu’employeur

Envoyer Imprimer PDF

Le retour du temps chaud est, pour la plupart d'entre nous, synonyme de plaisir. Mais pour certains travailleurs, il peut être source d'inconfort voire même de danger. Malgré les conséquences graves que peut entraîner un coup de chaleur, il est néanmoins possible de l'éviter en évaluant adéquatement les risques et en mettant en place les moyens de prévention appropriés. De façon concrète, en tant qu'employeur « diligent », les activités suivantes doivent être réalisées, que votre milieu de travail soit en forêt, à l'extérieur ou à l'intérieur d'un bâtiment :

1)   Identifier et évaluer les risques

La première étape consiste à identifier et à évaluer les risques auxquels sont exposés vos employés lors des journées chaudes, et ce, avant de débuter les travaux ainsi que plusieurs fois au cours de leur journée de travail. Cette activité prend en considération divers facteurs :

  • les conditions climatiques (ex. : température de l'air, humidité, taux d'ensoleillement, vitesse du vent);
  • la dépense énergétique du travailleur (ex. : travail léger, moyen, lourd);
  • son état de santé (ex. : condition physique, consommation suffisante de liquide, sommeil adéquat, consommation d'alcool, antécédents médicaux, prise de médicaments);
  • les facteurs de correction pour le type de vêtements portés (ex. : vêtements empêchant l'évaporation de la sueur);
  • l'état d'acclimatement (s'il s'agit de ses premières journées d'exposition à la chaleur, si c'est le début d'une canicule, s'il revient de vacances ou d'un congé de maladie ou s'il est nouvellement embauché).

Des utilitaires sont disponibles pour vous aider dans cette évaluation. Vous les trouverez sur le site Web de l'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST) à l'adresse suivante : http://www.irsst.qc.ca/fr/_outil_100042.html

2)   Mettre en œuvre des mesures préventives et correctives

La deuxième étape comporte la mise en place des mesures préventives pour éliminer ou contrôler les risques identifiés au préalable. En voici quelques exemples :

  • s'assurer qu'il y a de l'eau potable sur les lieux de travail, et en boire au minimum l'équivalent d'un verre d'eau toutes les 20 minutes même si on n'a pas soif;
  • porter des vêtements légers permettant l'évaporation de la sueur (ex. : vêtements de coton);
  • respecter le processus d'acclimatement à la chaleur;
  • retarder les tâches ardues aux heures plus fraîches de la journée;
  • alléger la charge de travail par des cycles courts travail/repos;
  • organiser le travail de façon à réduire la cadence;
  • favoriser le travail en équipe;
  • fournir des aides mécaniques à la manutention (ex. : diables, chariots, appareils de levage);
  • évacuer la chaleur hors des bâtiments au moyen d'un système de ventilation;
  • utiliser un ventilateur pour créer un mouvement d'air en direction des travailleurs (si la température de l'air n'est pas trop élevée);
  • redoubler de prudence avec les travailleurs qui ont des problèmes de santé;
  • inciter les travailleurs à se surveiller mutuellement pour déceler rapidement les signes et symptômes du coup de chaleur (voir section 3 ci-dessous);
  • si le travail s'effectue à l'extérieur, prévoir des zones d'ombre, se couvrir la tête, porter des vêtements légers aux couleurs claires qui protègent des rayons du soleil et appliquer une crème solaire aux parties du corps non couvertes.

Puisque les conditions climatiques peuvent changer, il importe de réévaluer les risques en cours de journée et, s'il y a lieu, d'apporter les mesures correctives appropriées.

3)   Établir une procédure de premiers secours et de premiers soins

Troisièmement, une procédure doit être mise en place pour intervenir rapidement lorsqu'un travailleur présente des symptômes ou des signes de malaises causés par la chaleur. Celle-ci comprend entre autres un système de communication efficace, la formation de secouristes, l'élaboration d'une entente avec un service d'urgence hospitalier.

Dans la majorité des cas de coups de chaleur mortels, si les collègues ou superviseurs avaient connu les signes et symptômes, des vies auraient pu être sauvées. On parle entre autres de crampes musculaires, frissons, mal de cœur, mal de ventre, mal de tête, étourdissements, vertiges, fatigue inhabituelle ou malaise généralisé. Dès lors, le superviseur ou un secouriste doit immédiatement être prévenu et le travailleur doit se reposer sous surveillance à l'ombre ou dans un endroit frais et boire de l'eau jusqu'à complète récupération. S'il ne récupère pas complètement ou si on constate des signes d'atteintes graves tels que confusion, incohérence des propos, agressivité, comportement bizarre, perte d'équilibre, perte de conscience, vomissements, il faut agir vite : alerter le service 911, enlever les vêtements, asperger le corps d'eau, faire le plus de ventilation possible et, si la personne est consciente et lucide, lui donner de l'eau fraîche en petites quantités.

4)   Informer les employés

Finalement, il ne faut pas oublier d'informer vos employés concernés des risques reliés au travail en ambiance chaude, des mesures préventives appropriées, des symptômes et signes à surveiller ainsi que de la procédure de premiers secours et premiers soins à appliquer en cas de coup de chaleur.

On ne le répètera jamais assez, mieux vaut prévenir que guérir, car comme son nom l'indique, un coup de chaleur survient tout d'un coup! Et souvent, on intervient lorsque la personne tombe inconsciente, et à ce moment-là, c'est peut-être déjà trop tard. Cela s'applique aussi hors du travail : tondre le gazon, effectuer des réparations, faire une course de fond rime avec prévention. Prenez garde aux coups de chaleur et bonne saison estivale!

Des outils pour vous aider

Des dépliants, affiches et brochures concernant la prévention des coups de chaleur sont disponibles sur le site Web de la Commission de la santé et de la sécurité du travail (CSST) à l'adresse suivante : http://www.csst.qc.ca/prevention/theme/coup_chaleur/prevenir.htm


 logo
Depuis plus de 75 ans, l'ASSIFQ-ASSPPQ regroupe près de 600 entreprises membres qui mettent en commun leur expérience et leur volonté pour contribuer à un processus d'amélioration continue de la santé et de la sécurité du travail. Elle est constituée d'une équipe de professionnels aguerris, soucieux d'offrir des services diversifiés et complémentaires : expertise conseil, information, formation, mutuelles de prévention, vigie, impartition, activités régionales et bien plus encore.

Visitez notre site Internet au www.santesecurite.org


 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
fpinnovations banner
Spi-Bio
buckman banner
Vision Biomase Québec
paper & beyond
cristini banner
le maitre papetier