Bien gérer ses matières premières, la clé du succès en bioénergie

Image : archives LMP

Biomasse
Outils
Typographie

Les plus grands risques associés au premier stade de développement d’usines modernes de bioénergie sont souvent liés à l’identification d’un accès fiable, durable et au meilleur coût possible à la matière première.

Réduire ces risques peut aider les entreprises à assurer le succès d’un projet autant à court qu’à long terme. En général, les garanties de qualité et de durabilité – et des livraisons fiables – des copeaux de bois ou de tout autre combustible de bois viennent avec un prix. À cause des risques variées pour l’approvisionnement et les coûts, les producteurs de bioénergie ont besoin d’un engagement solide de leurs fournisseurs de biomasse envers des stratégies diverses de mitigation des risques, incluant l’analyse de coûts et les stratégies de négociation du dit contrat d’approvisionnement.

Dans les conditions économiques actuelles, il faut choisir avec soin son ou ses bassins d’approvisionnement : par exemple, le bassin du sud des États-Unis est en ce moment très prisé pour la fourniture de granules de bois. Pour s’assurer de mettre toutes les chances de leur côté, les compagnies de bioénergie doivent avoir, à même leurs plans d’affaires, une connaissance poussée du bassin d’approvisionnement d’où elles puisent. Parmi les recommandations d’usage : adapter la taille de l’usine à son bassin d’approvisionnement. Deux options sont possibles ici : soit choisir la taille de l’entreprise puis trouver le bassin d’approvisionnement qui supportera l’installation; ou encore trouver le bassin pour ensuite ajuster les dimensions de l’usine. En ce moment, certes, le bassin du sud des États-Unis profite de l’abondance de l’offre en granules de bois mais il faut pousser l’analyse plus loin.

Le contrôle des prix, en indexant les ententes d’approvisionnement aux prix documentés du marché, est un exercice primordial. Les projets en bioénergie qui gèrent leurs coûts d’approvisionnement sont à l’abris des soubresauts et deviennent rentables plus rapidement. Il importe également de bien identifier ses compétiteurs. Qui opère dans le même bassin d’approvisionnement? Quelles classes de matériaux consomment-ils? Quelle est la structure des coûts de ces compagnies? Et sur une base unique de capacité, comment choisir le bon bassin de fibres tout en gardant un approvisionnement optimal?

Pour plus d'information : Forest2Market


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier