UBC pave la voie à un futur sans carbone

Bioraffinage
Outils
Typographie

UBC Applied Science – L’Université de Colombie-Britannique (UBC) annonce l’ouverture d’un centre de recherche et de démonstration pour accélérer le développement de produits bioénergétiques et d’énergie sans carbone.

Inspiré de 15 années de travaux par le Clean Energy Research Centre (CERC ou Centre pour une énergie verte), le nouveau Centre de recherche et d’innovation sur le bioraffinage (BRIC) réunira les meilleurs chercheurs et partenaires de l’industrie dans le but de créer des technologies à la fine pointe qui réduiront l’usage des combustibles fossiles.

Grâce à de nouvelles alternatives en énergie propre, le Canada sera mieux outillé pour rencontrer, voire même dépasser ses objectifs d’éliminer complètement les gaz à effet de serre d’ici 2050. « Le potentiel pour de la biomasse forestière en Colombie-Britannique est énorme, ce qui pourra répondre à nos besoins en énergie renouvelable, » de constater le docteur Xiaotao Bi, directeur du CERC et du Centre de recherche et d’innovation sur le bioraffinage et professeur en génie chimique et biologique à UBC.

On estime que le secteur des bioproduits vaudra au bas mot 1,3 trillions $ d’ici 2030. Malgré cela, la mise au point de bioproduits raffinés pour usage commercial, comme le gaz naturel renouvelable, les biocombustibles et le biocarbone traînent sérieusement de la patte à cause du manque de support et de politiques inadéquates. Le BRIC a pour mandat de réduire les risques liés au développement de bioproduits en testant au préalable son efficacité technique et son potentiel économique. Par la suite, en collaboration avec des compagnies partenaires, l’équipe de UBC créera des prototypes et fera la démonstration de bioproduits à grande échelle.

Parmi les projets du Centre, mentionnons des technologies de gazéification à lit fluidisé (double stade) pour convertir les déchets forestiers, agricoles et municipaux; une technologie de pyrolyse catalytique par micro-ondes produisant une bio-huile (possible substitut au pétrole); et une technologie novatrice par torréfaction pour produire des granules de bois pour les usages énergétiques intensifs (centrales, métallurgie, etc.)

En utilisant les résidus de biomasse à leur plein potentiel, la Colombie-Britannique sera en mesure de couper ses émissions de gaz à effet de serre de 15% comparativement au niveau des émissions observées en 2005. Le projet du BRIC, d’une valeur de 8 millions$, est supporté par la Fondation canadienne pour l’innovation, le BC Knowledge Development Fund, Western Economic Diversification Canada et UBC (Faculté des sciences appliquées).


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier