À la une : Stéphane Renou parle Foresterie 4.0

FPInnovations
Typographie

Le magazine Canadian Forest Industries a rencontré Stéphane Renou, président et chef de la direction de FPInnovations, pour parler de Foresterie 4.0. Voici un extrait de l'article publié ce mois-ci.

« Notre cible, c'est un impact rapide » : Stéphane Renou nous parle de l'initiative Foresterie 4.0

Par Maria Church

FPInnovations a lancé son initiative Foresterie 4.0 l'an dernier dans le but d'amener la florissante technologie de l'Internet industriel des objets (IldO) dans le secteur forestier. Des projets comme la circulation en peloton de camions forestiers, que des chercheurs ont commencé à tester à la fin de l'année dernière, en font partie, et il y a beaucoup de choses à venir.

CFI s'est entretenu avec le président et chef de la direction de FPInnovations, Stéphane Renou, pour savoir où en est l'initiative, quelles sont les difficultés rencontrées et que peuvent faire les entrepreneurs forestiers et les industriels du sciage pour adopter cette nouvelle vague de progrès technologiques.

CFI : Quels sont les défis généraux auxquels est confronté le secteur forestier actuellement et qui ont mené à l'initiative Foresterie 4.0?

Stéphane Renou : Le premier, c'est la pénurie de main-d'œuvre, c'est d'amener les gens à travailler en forêt. Le deuxième grand défi est de leur donner des conditions sécuritaires.

L'objectif général est d'accroître la compétitivité de l'industrie. Comment pouvons-nous automatiser une partie des activités plus rudes et moins sécuritaires, et obtenir une connectivité plus grande des données pour accentuer la compétitivité.

Il est intéressant de noter que le milieu forestier est probablement le plus difficile, car il est imprévisible. C'est une chose d'essayer d'automatiser des voitures sur une belle autoroute de la Californie. C'en est une autre de tenter d'automatiser une machine en forêt, où les choses se déplacent et que vous ne connaissez pas la qualité du terrain devant vous : voilà vraisemblablement l'un des plus grands défis de l'automatisation.

CFI : L'initiative a été lancée au début de 2018, comment les choses progressent-elles jusqu'à maintenant?

Stéphane Renou : C'est un apprentissage pour nous tous. Ce que nous cherchons réellement à faire, c'est adopter beaucoup de technologies existantes et qui émergent dans d'autres secteurs. Tout le monde a entendu parler de l'Internet des objets et de l'Industrie 4.0; il s'agit de connectivité des données. Nous amenons ces technologies au monde forestier, avec le défi additionnel de la connectivité dans des régions très reculées. Il n'y a pas de prises Internet dans les arbres, alors il faut créer des réseaux pour les données.

Ce que j'aime vraiment jusqu'ici, c'est de me concentrer sur les principales choses que nous pouvons faire et d'intégrer ces technologies. Certaines technologies évolueront de façon autonome; le réseau 5G progresse de toute façon, alors nous n'avons pas à nous pencher là-dessus. Nous nous concentrons sur les objectifs que nous pouvons atteindre à court, puis à long terme. Nous considérons des aspects tangibles des machines; par exemple, nous tentons de voir à ce que les fabricants créent de meilleurs systèmes de prise de décisions pour l'opérateur, parce que c'est quelque chose que nous pouvons faire rapidement. Il s'agit de ce que nous pouvons faire maintenant.

Notre approche consiste à être agile. Nous ne cherchons pas à élaborer un plan détaillé sur 10 ans. Regardons ce que nous pouvons faire maintenant, rapidement, et quel partenaire nous pouvons intégrer pour faire avancer les choses. C'est une façon agile de considérer la technologie, plutôt que de tout faire à l'interne. Prendre ce qu'on trouve ailleurs, le mettre en application, faire une démonstration, apprendre et recommencer. Voilà comment ça se passe maintenant.

Lire l'article au complet (en anglais) ici.