Les industries papetières et forestières sont jugés essentielles, mais fonctionnent au ralenti en raison de la COVID-19

- Archives LMP

Guillaume Roy
Typographie

Le coronavirus a d'énormes répercussions sur l'économie mondiale et l'industrie des produits forestiers n’y fait pas exception, car de nombreux producteurs de pâtes et papiers et de bois d’œuvre ralentissent leurs activités.

Alors que la plupart des industries doivent fermer pendant quelques semaines pour limiter la propagation du coronavirus au Québec et en l'Ontario, ces deux gouvernements ont désigné les industries papetières et forestières comme un service essentiel à la population.

Même si le Québec et l'Ontario ont ordonné la fermeture de services non essentiels, les deux provinces ont reconnu le rôle essentiel de l'industrie du secteur des produits forestiers pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

« Je suis content que le gouvernement reconnaisse l'importance du secteur des produits forestiers, a déclaré Denis Lebel, le PDG du Conseil de l’industrie forestière du Québec. L’industrie doit continuer à produire du papier de toilette, des mouchoirs, des couches, des composantes pour les masques et du carton pour l'industrie alimentaire ».

GR 25mars20 2Karl Blackburn
PF Résolu
Karl Blackburn, le porte-parole de Produits forestiers Résolu, se réjouit aussi que le gouvernement ait reconnu l'industrie des pâtes et papiers comme étant essentielle, tout en ajoutant que son entreprise doit aussi réduire la production pour minimiser la propagation de la COVID-19. « Nous avons évalué toutes nos activités dans ce contexte exceptionnel et nous avons décidé de fermer les usines à papier de Dolbeau-Mistassini le 1er avril, celle de Baie-Comeau le 28 mars et la machine n° 9 à Alma hier soir (24 mars) », a-t-il expliqué, ajoutant que 450 travailleurs des pâtes et papiers sont touchés par cette annonce. De plus, trois usines de bois d'ingénierie à Larouche, Saint-Prime et Château-Richer sont également fermées temporairement, touchant 215 autres employés. Pour le moment, toute la production des scieries de l’Ontario est maintenue.

D'autres producteurs de bois québécois, comme Rémabec (3 scieries, 700 employés) et Chantiers Chibougamau (2 scieries et une usine de pâte et papiers en construction, 1100 employés) ont également décidé de fermer leurs usines, en maintenant les activités au strict minimum.

Pendant ce temps, Kruger et Cascades ont annoncé que toutes leurs activités, jugées essentielles, seront maintenues. De son côté, Rayonier Advanced Materials, avec cinq usines au Québec et six en Ontario, embauche même en ce moment pour répondre aux besoins de production.

En Ontario, les usines de pâtes et papiers restent ouvertes, car le premier ministre Doug Ford a rapidement déclaré que l'industrie des produits du bois était essentielle lorsqu'il a fermé toutes ses activités non essentielles le 23 mars.

D'autres provinces n'ont pas encore fermé les industries non essentielles, mais le coronavirus a tout de même d'énormes répercussions sur l'industrie forestière partout au pays.

La demande pour les produits forestiers chute

Avec une grande partie du monde confiné, les chantiers de construction sont à l’arrêt et la demande de produits en bois a chuté. Selon les perspectives de Moody, l’industrie mondiale des produits forestiers diminuera de 5 à 7% au cours des 12 à 18 mois.

Avec la chute de la demande, de nombreux producteurs ralentissent leurs activités.

En Nouvelle-Écosse, Port Hawkesbury Paper a annoncé qu'elle réduirait ses commandes de bois pour son usine à compter du 20 mars en raison du déclin du marché.

En Colombie-Britannique, trois grands producteurs de bois ont également annoncé une réduction de leur capacité. Interfor a annoncé qu'elle réduirait sa production de 60% pendant deux semaines le 19 mars. Le lendemain, West Fraser a déclaré que la production chuterait de 18% dans les scieries canadiennes, tout en suspendant la production de contreplaqué jusqu'au 6 avril. Le 23 mars, Western Forest Products a pour sa part annoncé la fermeture de toutes ses usines pendant une semaine.

« La foresterie est essentielle », selon l’APFC

GR 25mars20 3Derek Nighbor
PDG, APFC
Le 24 mars, le PDG de l'Association des produits forestiers du Canada, Derek Nighbor, a demandé à Justin Trudeau de reconnaître le secteur forestier comme étant « essentiel ». Dans une lettre envoyée au premier ministre, il reconnaît l'importance d’imposer des mesures pour assurer la santé et la sécurité des travailleurs forestiers. Voici ce qu’il propose :

  • Adoption de mesures de « travail à domicile » pour ceux qui en ont la possibilité, et aucune réunion de groupe.
  • Mise en œuvre de mesures pour soutenir les employés confrontés à des cas potentiels de COVID-19 et/ou des individus en quarantaine volontaire au sein de l'effectif.
  • Modification des horaires pour réduire les contacts des employés entre les quarts de travail et mise en œuvre de mesures de distanciation sociale.
  • Gérer les pauses, les déjeuners et les dîners pour assurer une distance de 2 mètres entre les membres du personnel.
  • Suspension des voyages internationaux et restrictions importantes sur les voyages intérieurs.
  • Restrictions sur les visiteurs; contrôle approfondi des entrepreneurs de passage et des livraisons.
  • Augmentation des mesures d'assainissement et d'hygiène dans les installations, les espaces communs et toutes les surfaces.
  • Des équipes de gestion de crise ont été activées et des documents de questions fréquentes ont été produits pour aider le personnel de soutien.

Éviter la propagation dans les usines

Les entreprises forestières prennent au sérieux la santé de leurs employés et ils travaillent déjà à pied d’œuvre pour évite la propagation du coronavirus.

Par exemple, Produits forestiers Résolu a mis en œuvre des mesures spéciales pour minimiser la propagation du virus dans ses établissements, notamment : la mise en place d'un comité de gestion des risques à l'échelle de l'entreprise pour surveiller la situation et la mise en œuvre de mesures préventives dans tous les sites; la création d'un site intranet de soutien spécial aux employés comprenant des directives, des formulaires, des FAQ et d'autres documents et liens pertinents; l'adoption de mesures d'accommodement nécessaires pour favoriser la santé et le bien-être des employés et des partenaires commerciaux; l'application de restrictions en matière de déplacement; l'annulation des visites non essentielles des fournisseurs externes et d'autres services de soutien externes; et le renforcement des mesures de sécurité pour les visites des techniciens de service, des chauffeurs de camion et du personnel de livraison.

GR 25mars20 4

Pour sa part, Kruger a annoncé qu'elle travaillait en étroite collaboration avec les fournisseurs, les entrepreneurs, les expéditeurs et les clients pour maintenir les activités et s'assurer que les produits continuent de répondre aux besoins essentiels des Nord-Américains.

Cascades souligne également qu'elle surveille de près la situation et qu'elle a mis en place des politiques d'hygiène complètes et rigoureuses dans chacune de ses opérations pour assurer la santé et la sécurité de ses employés.

Pour protéger les employés, Rayonier Advanced Materials a suspendu les voyages d'affaires non critiques et a commencé à organiser des réunions virtuelles. L’entreprise a également mis en œuvre des mesures de distanciation sociale, le travail à distance (si possible) tout en améliorant les protocoles d'assainissement. Pour les installations de fabrication, où la plupart des employés ne peuvent pas travailler à distance, la densité des employés est réduite et les contrôles techniques et administratifs établis garantissent la santé et la sécurité des employés. De plus, des protocoles ont été élaborés pour organiser le travail des employés qui ont des enfants d'âge scolaire.

Chez West Fraser, une série de mesures ont été prises pour assurer un environnement de travail sécuritaire et productif. West Fraser a mis en œuvre des changements pour atténuer l'exposition potentielle sur ses lieux de travail, en mettant l'accent sur des nettoyages en profondeur, des restrictions de voyage, une éducation à la santé et une distanciation sociale et physique appropriée.


Guillaume Roy, journaliste

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.