Santé sécurité au travail - L’approche Kruger : quand la tête et le cœur interagissent

Jaclin Ouellet
Typographie

« Imaginez … que tout le monde comprend votre stratégie en santé et sécurité. Imaginez … que votre environnement de travail est entièrement sécuritaire. Imaginez … que tout le monde connait son rôle qu’il a à jouer en santé sécurité. Imaginez … 3 ans et demi passés sans que personne ne se blesse : c’est ça Kruger Énergie. »

Pierre Janelle, maintenant Vice-président, Fabrication Carton chez Kruger, a ainsi décrit son passage, ou du moins les résultats de son passage, chez Kruger Énergie, lors d’un atelier offert pendant Paperweek 2020 à Montréal. En fait, l’entreprise a enregistré un seul cas de blessure pendant le passage de M. Janelle à bord … un cas en 4 ans. « Disons que j’ai beaucoup appris de mes pairs, de mes partenaires et de mes fournisseurs. Et j’ai surtout appris de mes erreurs. Selon Niels Bohr, spécialiste de la mécanique quantique, un expert en son domaine est quelqu’un qui a commis toutes les erreurs possibles … Ce n’est pas mon cas je ne suis certainement pas un expert. L’idée ici n’est pas d’imposer un point de vue, une manière de faire les choses mais bien de partager, d’échanger et, possiblement, d’inspirer. »

En conclusion de sa présentation, M. Janelle relève trois éléments clés qui expliquent la réussite de tout programme de santé sécurité en milieu manufacturier : d’abord, avoir le courage de changer la stratégie dominante, donc d’aller parfois à l’encontre d’une culture d’entreprise. Ensuite, accepter de changer soi-même sa vision pour être en mesure de changer celle des autres. Enfin, engager son équipe dans un système de reconnaissance intéressant, supporté par les efforts de coaching des gestionnaires. 

Son expérience de coach, M. Janelle la divise en trois temps : d’abord sa période ignorance ou, comme le Coyote et le Roadrunner, il a procédé par essais/erreurs pour obtenir peu de résultats; sa période traversée du désert, pendant laquelle M. Janelle avait surtout l’impression de prêcher dans le vide; et celle de gestionnaire d’impact en santé sécurité.

Pendant cette dernière période, M. Janelle a eu à se demander comment un gestionnaire peut-il stimuler et nourrir l’engagement et la mobilisation de tous? « En travaillant sur deux axes : la tête et le cœur. »

Le côté tête, ou cérébral, réunit tous ce qui articule le programme santé et sécurité : établir une nouvelle stratégie, revoir les rôles et responsabilités, revoir le programme prévention, définir les indicateurs clés de performances avancées, établir une gouvernance mensuelle, développer une formation sur une plateforme multimedia et structurer les audits d’application et de processus.

Alors que le côté cœur définit la perception et vient jouer sur la vision commune définie par l’ensemble des travailleurs. « C’est là qu’on vient modifier une culture. Par le support et le coaching personnalisé pour chaque gestionnaire, permettant à ces derniers d’établir leur partie tactique. On élabore du même coup un système de reconnaissance intéressant. Le tout a nécessité trois ans d’efforts mais nous l’avons fait, » de rappeler M. Janelle.

JO 11mars20 2Santé et sécurité. Source : Kruger

CNSST et diligence

Lorsque M. Janelle a amorcé sa carrière manufacturière en 1994, l’approche coercitive était la norme lorsqu’on parlait de santé sécurité. « On peut faire des parallèles avec la SAAQ et le port de la ceinture de sécurité en automobile ou avec l’alcool au volant. Des gens se blessent sur la route et l’État, avec son pouvoir coercitif, tente de faire baisser le nombre d’accidents. Ce sont des millions$ en publicité, les points de démérite, les amendes et dossiers criminels. Mais au bout du compte, il y a encore des décès. De la même façon, j’utilisais mon autorité comme pèlerin de la santé sécurité mais je n’avais pas vraiment d’impact sur les résultats en usine. Imaginez, la loi sur le port de la ceinture de sécurité existe depuis 43 ans, je n’ai pas les moyens d’attendre des résultats pendant aussi longtemps. »

Puis Pierre Janelle est arrivé chez Kruger Énergie en 2014, et il a dû composer avec un business satellitaire et plusieurs philosophies et approches. « Au départ, nos efforts étaient réactifs. C’était beaucoup d’effort sans amélioration notable. Il fallait composer avec les réalités du travail en isolement, des espaces confinés, des équipements rotatifs, et le reste. Nous avons commencé par le commencement, en revoyant à la base la fondation de notre programme prévention santé sécurité.

« Pour ce faire, nous sommes partis de ce que dit la CNSST sur la diligence, c’est-à-dire ce que l’employeur doit faire pour assurer un milieu sécuritaire. Les trois devoirs de la diligence sont la prévoyance, l’efficacité et l’autorité. Côté prévoyance, nous avons revu entièrement notre programme santé sécurité; côté efficacité, nous avons procédé à un audit interne et externe touchant le processus d’application du programme; enfin, côté autorité, nous avons surtout géré des comportements déviants. Avec l’aide de consultants, nous sommes revenus à l’essence même de notre stratégie fondamentale, soit d’offrir aux employés un environnement sécuritaire. »

JO 11mars20 3Kruger Trois-Rivières. Source : Kruger

L’impact du leader

Devant les limites de l’approche comportementale, la direction de Kruger Énergie n’avait pas le choix d’innover. Et Pierre Janelle est parti d’un principe de Richard Barrett, expert de la gestion du changement, selon lequel « le changement organisationnel commence avec la transformation personnelle des leaders. Pour influer sur la culture en place des employés, le changement de comportement du leader va changer celui des employés. Autrement dit, si vous êtes gestionnaire, on vous regarde!! »

Le principe de M. Barrett implique donc d’agir par le haut de la pyramide, ce qui constitue un défi important que Pierre Janelle appelle son chemin de Damas. « Dans mon cas, je suis devenu plus préventionniste. Si vous agissez d’une certaine manière, les employés savent si c’est important pour vous … et pour eux. » L’impact du leader passe non seulement à travers les valeurs transmises mais aussi par ses convictions.

Ainsi M. Janelle est sorti transformé de sa propre formation, un Pierre 2.0 … ce qui a aussi donné une Équipe santé sécurité 2.0. « Pierre 2.0 travaille dans le but d’avoir de l’impact, a revu le programme santé sécurité en place, exige la simplicité, travaille du haut vers le bas; inspire plutôt que convainc; audite sur place au lieu de contrôler; supporte au lieu de challenger; et gère le changement au lieu de l’acheter. Quant à l’équipe 2.0, elle agit en mode préventif, son engagement est accru, ses compétences globales augmentent et la santé sécurité n’est pas une obligation mais une valeur. »


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier