Le Conseil de l’industrie forestière du Québec accueille favorablement la volonté gouvernementale d’offrir plus de prévisibilité à l’industrie forestière

De l’industrie
Outils
Typographie

QUÉBEC, le 1er déc. 2021 - À la suite de l'annonce par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Monsieur Pierre Dufour, de certaines mesures visant l'optimisation des processus de planification forestière et la mise en place d'une réserve de secteurs de récolte équivalant à trois années de réserve, le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) salue la volonté gouvernementale d'offrir plus de prévisibilité aux industries forestières.

« Nous attendrons de voir les détails régionaux, mais d'emblée nous pouvons dire qu'il s'agit d'une annonce qui était attendue depuis longtemps, dans la mesure où elle permettra d'offrir plus de prévisibilité aux entreprises forestières, par une plus grande flexibilité, pour planifier et réaliser leurs opérations annuelles de façon intégrée et efficiente. Nous comprenons que cette réserve sera renouvelée annuellement, à mesure que des secteurs seront récoltés, de manière à maintenir une marge de manœuvre équivalente aux besoins d'approvisionnement, et ce, sur un horizon de trois ans. Dans le contexte où l'harmonisation des usages représente la clé de voûte de la conciliation et d'une foresterie durable, nous accueillons cette annonce avec optimisme », a déclaré le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec, Monsieur Jean-François Samray.


À propos du CIFQ
L'industrie forestière est un moteur de développement économique pour le Québec. Comme indiqué dans l'étude d'impact, en 2019, elle employait directement ou indirectement plus de 140 000 travailleurs et a versé 4,8 G$ aux gouvernements en taxes et impôts, soit près de 155 $ par mètre cube coupé et transformé. Par son activité et celle qu'elle supporte, l'industrie forestière représente 11,1 % des exportations du Québec, ainsi que 4,7 % du PIB. Avec sa capacité de séquestration et de stockage du carbone et son potentiel dans la production de bioénergies et de bioproduits, le secteur forestier est un outil contribuant à la lutte contre les changements climatiques.


Source : Conseil de l'industrie forestière du Québec