L’éveil du géant forestier en Saskatchewan

L'usine de pâte à papier de Prince Albert, en Saskatchewan – qui appartenait auparavant à Weyerhaeuser et qui appartient maintenant à Paper Excellence – est inactive depuis 16 ans. Paper Excellence dépensera 550 millions de dollars pour rénover et moderniser l'installation, qui redémarrera en 2023.

De l’industrie
Outils
Typographie

La Saskatchewan, ce géant endormi de l’industrie forestière canadienne, s’éveille en grande ces temps-ci avec des annonces d’investissements de plus de 1 milliard$ et ce, grâce à une réaffectation d’un territoire forestier au nord de Saskatoon.

Le géant s’éveille finalement. Parmi la série d’investissements rendus possibles par cette réaffectation de lot forestier, mentionnons une expansion de 100 millions$ chez Dunkley Lumber à Carrot River, une hausse de production marquée à l’usine de Carrier Forest Products à Big River, la construction d’une nouvelle usine de panneaux OSB par un consortium récemment formé à Prince Albert, du nom de One Sky Forest Products et, enfin, la réouverture de l’usine de pâte à Prince Albert, anciennement exploitée par Weyerhaeuser il y a 16 ans, maintenant propriété de Paper Excellence. Cette seule réouverture, prévue pour 2023, créera 1650 emplois directs et indirects.

On notera au passage que tous les investissements annoncés en Saskatchewan proviennent d’entreprises dirigées depuis la Colombie-Britannique. C’est que la région de BC Interior a beaucoup souffert de l’infestation de la tordeuse de bourgeons d’épinettes ces dernières années, affectant la disponibilité d’une matière fibreuse de qualité. Ces compagnies ont besoin de s’approvisionner ailleurs et la Saskatchewan recèle un potentiel forestier plus qu’intéressant.

La foresterie contribue déjà à l’économie de la Saskatchewan : ainsi, en 2020, elle générait plus de 1,1 milliards$ en produits, soit une augmentation de 30% sur l’année précédente. Le ministre de l’Énergie et des Ressources, Bronwyn Eyre, a précisé que ces investissements s’inscrivent dans le cadre d’un plan de croissance visant à doubler l’apport économique de la foresterie saskatchewanaise d’ici 2030.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier