Two Sides poursuit sa campagne mondiale contre le greenwashing : plus de 970 entreprises ont supprimé leurs allégations trompeuses aux dépens du papier.

De l’industrie
Outils
Typographie

Depuis le début de la campagne, en 2010, Two Sides a interpellé plus de 970 entreprises et organisations qui exposent leurs clients à des allégations environnementales infondées et préjudiciables à l’industrie du papier, de l’imprimé et du courrier.

Dans un contexte économique contraint où les entreprises cherchent à réduire leurs coûts, de multiples acteurs comme les banques, les opérateurs de télécommunications, les prestataires de services et même les services publics incitent de plus en plus leurs clients à passer du papier aux services numériques. Trop souvent, la véritable raison est dissimulée par des slogans de marketing environnemental sans fondement tels que “Zéro papier pour la planète” ou “Choisissez la facturation électronique et sauvez un arbre”.

« Non seulement ces allégations constituent des cas de greenwashing, car elles enfreignent les règles établies en matière de marketing environnemental, mais encore elles sont extrêmement préjudiciables à un secteur dont le bilan environnemental est solide et en progrès constant », déclare Jonathan Tame, directeur général de Two Sides Europe. « Loin de “sauver les arbres”, la production responsable de papier encourage la croissance à long terme des forêts grâce à une gestion forestière durable. De nombreuses organisations que nous contactons sont surprises d’apprendre que les forêts européennes sont en croissance constante depuis des années, selon les statistiques de la FAO. »

Au niveau mondial, Two Sides a contacté plus de 2110 organisations utilisant des arguments environnementaux infondés sur le papier. Jusqu’à présent, plus de 970 d’entre elles ont retiré ces déclarations de leurs communications et Two Sides continue d’interpeler les organisations restantes. Ces organisations sont situées en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Afrique du Sud, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

En Europe particulièrement, à ce jour, 630 entreprises ont supprimé les affirmations non fondées sur le papier, notamment American Express, City, Bouygues, pour n’en citer que quelques-unes.

« Il est essentiel que le greenwashing soit contesté afin que la remarquable performance environnementale du papier soit reconnue et qu’un secteur exemplaire ne soit pas fragilisé par la propagation d’un marketing trompeur et opportuniste », déclare Jonathan Tame.

En raison de la renommée de certaines de ces entreprises, leurs affirmations non fondées entretiennent une perception négative du papier par les consommateurs et menacent un secteur qui emploie plus de 3 millions de personnes dans plus de 120 000 entreprises européennes. L’impact économique du greenwashing aux dépens du papier, de l’imprimé et du courrier est préoccupant à l’échelle mondiale si ces messages continuent à être diffusés. Une étude récente menée en Europe par Two Sides et Censuswide en 2021 a révélé que, rien qu’en Europe, le greenwashing menace de faire perdre 337 millions d’euros de valeur par an à l’industrie du papier, de l’imprimé et du courrier, menaçant les entreprises et leurs employés.

« La campagne anti-greenwashing est priorité pour Two Sides, et nous continuerons à interpeler les entreprises qui ont recours à des allégations environnementales infondées et trompeuses sur le passage au zéro papier dans toutes leurs communications. Nous sommes reconnaissants aux centaines d’entreprises avec lesquelles le dialogue a permis de modifier ou éliminer des allégations infondées de leurs messages, et nous sommes également reconnaissants aux nombreux acteurs de l’industrie et aux citoyens qui signalent à Two Sides des exemples de greenwashing », conclut Jonathan Tame.

Vous souhaitez signaler un cas de greenwashing relatif au papier ? N’hésitez pas à nous contacter en adressant un message électronique à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Téléchargez ce communiqué de presse au format pdf en cliquant ici.


Source : Two Sides