Résolu annonce ses résultats financiers provisoires pour le troisième trimestre de 2020

Financières
Outils
Typographie
  • Bénéfice net selon les PCGR de 57 M$, soit 0,66 $ par action, après dilution, pour le troisième trimestre
  • BAIIA ajusté de 140 M$
  • Dette nette diminuée à 541 M$ et liquidités augmentées à 477 M$ à la fin du trimestre
  • BAIIA de 38 M$ depuis le début de l'exercice pour les scieries américaines récemment acquises
  • Rémi G. Lalonde succédera à Yves Laflamme à titre de président et chef de la direction le 1er mars 2021

MONTRÉAL, le 5 nov. 2020 - Produits forestiers Résolu Inc. (NYSE: RFP) (TSX: RFP) a annoncé aujourd'hui un bénéfice net de 57 M$, soit 0,66 $ par action, après dilution, pour le trimestre clos le 30 septembre 2020, contre une perte nette de 43 M$, soit 0,47 $ par action, pour la période correspondante de 2019. Les ventes du trimestre ont atteint 730 M$, en hausse de 25 M$ par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent. Avant les éléments hors gestion courante, la Société a enregistré un bénéfice net de 62 M$, soit 0,72 $ par action, après dilution, contre une perte nette de 34 M$, soit 0,37 $ par action, pour le troisième trimestre de 2019.

« Nous avons profité de la remontée des prix du bois d'œuvre pour désendetter notre bilan et créer de la valeur pour les actionnaires en rachetant de manière opportune 5 % de nos actions en circulation, a déclaré Yves Laflamme, président et chef de la direction. Même si les secteurs de pâte et de papier subissent toujours les répercussions économiques de la pandémie, nous avons utilisé une partie de la trésorerie générée par nos activités d'exploitation de bois d'œuvre pour rembourser la totalité de l'encours des facilités de crédit, à l'exception de l'emprunt à terme à faible taux d'intérêt qui a servi à financer l'acquisition des scieries américaines, lesquelles ont généré un BAIIA de 38 M$ cette année sous notre direction. Le secteur Papiers tissu prend également de l'essor, comme en témoigne son BAIIA de 6 M$ pour le trimestre et de 19 M$ pour les douze derniers mois. »

La définition des mesures financières non conformes aux PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement avec les mesures financières conformes aux PCGR sont présentés ci-dessous.

Résolu a aussi annoncé aujourd'hui le choix et la nomination de Rémi G. Lalonde en tant que prochain président et chef de la direction de la Société ainsi que membre du conseil d'administration; il succédera à Yves Laflamme le 1er mars 2021.

Variation du résultat d'exploitation par rapport à celui de la période précédente

Résultats consolidés

La Société a dégagé un bénéfice d'exploitation de 97 M$ pour le trimestre, contre 6 M$ au deuxième trimestre. L'amélioration de 91 M$ par rapport au trimestre précédent s'explique par l'incidence favorable de l'accroissement du prix du bois d'œuvre (117 M$), contrebalancée par la hausse des droits de coupe à la suite de l'augmentation du prix du bois d'œuvre (5 M$) et par la baisse du prix de la pâte commerciale (7 M$). 

Variation du résultat d'exploitation sectoriel

À compter du deuxième trimestre de 2020, les résultats des secteurs Papier journal et Papiers pour usages spéciaux de la Société ont été regroupés dans un seul secteur, soit le secteur Papier. L'information comparative, y compris l'information présentée dans le présent communiqué de presse, a été modifiée aux fins de conformité avec la nouvelle présentation sectorielle.

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a enregistré une perte d'exploitation de 4 M$ pour le trimestre, contre un bénéfice d'exploitation de 10 M$ au trimestre précédent. La variation reflète une diminution de 26 $ par tonne métrique, soit 4 %, du prix de vente moyen, diminution qui est attribuable à la faiblesse du marché, ainsi qu'une augmentation de 27 $ par tonne métrique, soit 5 %, du coût d'exploitation unitaire (ou le « coût livré »), ce qui s'explique en grande partie par l'augmentation des coûts de la maintenance planifiée. Les volumes expédiés se sont améliorés de 15 000 tonnes métriques, tandis que les stocks de produits finis ont été ramenés à 71 000 tonnes métriques à la fin du trimestre. Le BAIIA sectoriel s'est établi à 2 M$.

Papiers tissu

Le secteur Papiers tissu a dégagé un bénéfice d'exploitation de 2 M$ pour le trimestre, soit 4 M$ de plus qu'au trimestre précédent. Le prix de vente moyen a augmenté de 4 % pour le trimestre, soit 71 $ par tonne métrique, ce qui s'explique d'abord et avant tout par le progrès que la Société continue d'enregistrer à l'égard de la combinaison de clients et de produits. Les volumes expédiés ont toutefois fléchi de 3 000 tonnes courtes pour le trimestre en raison des conditions de plus en plus difficiles sur les marchés finaux des produits hors foyer, à cause de la pandémie. Le coût livré par unité a diminué de 55 $ par tonne courte, soit 3 %, reflétant la baisse du coût de la maintenance par rapport au coût enregistré au trimestre précédent relativement à des interruptions de production annuelles. Les stocks de produits finis s'établissaient à 6 000 tonnes courtes à la fin du trimestre. D'un trimestre à l'autre, le BAIIA sectoriel s'est amélioré de 3 M$ pour atteindre 6 M$.

Produits du bois

Le secteur Produits du bois a dégagé un bénéfice d'exploitation de 128 M$ pour le trimestre, soit une amélioration de 113 M$ par rapport au trimestre précédent. Cette forte amélioration est attribuable à la hausse de 217 $ par millier de pieds mesure de planche (ou « pmp ») du prix de vente moyen, soit 57 %, hausse qui reflète la vigueur du marché, en particulier celui de la réparation et de la rénovation domiciliaire ainsi que celui des mises en chantier résidentielles aux États-Unis. Le coût livré s'est accru de 6 $ par millier de pmp, soit 2 %, atteignant 361 $ par millier de pmp, essentiellement du fait de la hausse des droits de coupe, qui sont liés au prix de marché du bois d'œuvre. Les volumes expédiés ont augmenté de 16 millions de pmp, alors que les stocks sont demeurés stables, à 121 millions de pmp. Le BAIIA sectoriel s'est amélioré de 114 M$ pour atteindre 139 M$, les scieries américaines récemment acquises ayant contribué au BAIIA à hauteur de 31 M$ pour le trimestre.

Papier

Le secteur Papier a enregistré une perte d'exploitation de 12 M$ pour le trimestre, ce qui reste stable par rapport au trimestre précédent. Malgré les conditions difficiles du marché pour les produits qui dépendent des programmes de marketing, comme les journaux, les encarts, les circulaires et les papiers pour usages commerciaux, le prix de vente moyen pour le trimestre a affiché une légère hausse de 1 % pour s'établir à 594 $ par tonne métrique, alors que les stocks ont diminué de 5 %. Les volumes expédiés sont demeurés inchangés à 351 000 tonnes métriques, reflétant l'allégement de la production de la Société pour faire face à la réduction spectaculaire de l'activité économique pendant la pandémie. Le coût livré est demeuré stable. Le BAIIA sectoriel s'est amélioré de 2 M$ pour atteindre 6 M$.

Variation du résultat d'exploitation consolidé du trimestre par rapport à celui de la période correspondante de l'exercice précédent

La Société a dégagé un bénéfice d'exploitation de 97 M$ pour le troisième trimestre, contre une perte d'exploitation de 18 M$ pour le troisième trimestre de 2019. L'augmentation de 115 M$ du résultat d'exploitation reflète l'incidence favorable de la hausse des prix de vente dans le secteur Produits du bois (104 M$), l'apport des scieries américaines récemment acquises (26 M$), la baisse du coût de la maintenance (22 M$) et l'affaiblissement du dollar canadien (8 M$). Ces facteurs ont été contrebalancés en partie par l'incidence de la diminution des prix de vente et des volumes expédiés dans les secteurs Pâte commerciale et Papier (52 M$) à cause de la faiblesse du marché. Le BAIIA ajusté s'est établi à 140 M$, en hausse de 117 M$ par rapport à celui du troisième trimestre de 2019.

Siège social et données financières

Pour le trimestre, la Société a généré des entrées de trésorerie de 100 M$ liées à ses activités d'exploitation et a investi un montant net de 16 M$ en immobilisations corporelles. Elle a aussi racheté 4,5 millions d'actions ordinaires, soit 5 % des actions ordinaires en circulation, pour 18 M$, et a continué de réduire l'encours de ses facilités de crédit de 69 M$.

Les liquidités de la Société se sont améliorées de 81 M$ pour le trimestre, atteignant 477 M$, et la dette nette a diminué de 62 M$ pour s'établir à 541 M$. À la fin du trimestre, la Société avait inscrit à son bilan des dépôts pour droits sur le bois d'œuvre résineux d'un montant cumulatif de 214 M$, y compris un montant de 20 M$ versé au cours du trimestre.

Hier, la filiale de la Société, PF Résolu Canada Inc., a conclu une facilité d'emprunt à terme avec déboursés différés garantie d'une durée de 10 ans avec Investissement Québec pour un montant d'au plus 167 M$ (220 M$ CA), le montant initialement disponible étant de quelque 114 M$ (149 M$ CA), sous réserve de certaines conditions. Les emprunts aux termes de la facilité libellée en dollars canadiens porteront intérêt à un taux d'intérêt variable correspondant au taux des acceptations bancaires canadien majoré de 1,45 %. La facilité doit servir à financer les activités et à soutenir les obligations de la Société au Québec.

Perspectives

M. Laflamme a poursuivi en ces termes : « Ensemble, nos activités solides de bois d'œuvre au Canada et l'acquisition des scieries américaines à un moment propice nous ont placés en bonne position pour profiter de la récente flambée du prix du bois d'œuvre. Même si les prix de marché ont redescendu au cours des dernières semaines par rapport aux sommets enregistrés, la demande du secteur de la réparation et de la rénovation ainsi que les robustes mises en chantier résidentielles aux États-Unis témoignent de la solidité des facteurs fondamentaux du marché. En conséquence, nous préparons le redémarrage de notre scierie El Dorado, en Arkansas, dans les prochains mois. Après une période très difficile ayant duré plus de six mois, certains signes indiquent que l'activité sur les marchés du papier commence à se redresser lentement et progressivement, mais nous pensons que la pandémie aura provoqué un certain changement progressif dans la tendance baissière à long terme de la demande. Au dernier trimestre, les marchés de la pâte ont également été touchés par la pandémie, mais nous constatons déjà que les stocks mondiaux se stabilisent à des niveaux équilibrés, et nous sommes prudemment optimistes que les marchés retrouveront toutes leurs conditions économiques précédentes. Dans le secteur Papier tissu, nous continuerons à nous concentrer sur l'optimisation du portefeuille de clients et l'amélioration de la productivité. Alors que les conditions du marché final de la vente au détail restent solides, le marché des produits hors foyer, qui représente environ un tiers de nos activités, subit des pressions en raison de la baisse de l'activité commerciale. »  

Lire la suite du communiqué


Source : Produits forestiers Résolu

 

 

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.