Bilan et perspectives de l’industrie papetière française

Source : COPACEL

Internationales
Outils
Typographie

Dans un contexte de pressions inflationnistes sur les matières premières, l’accélération vraisemblable de l’économie en 2021 offre des perspectives de croissance à l’industrie papetière.

intl2 31mars21 3

Une production 2020 handicapée par les conséquences de la COVID-19

En 2020, en dépit des contraintes liées à la COVID-19, les entreprises papetières françaises n’ont, pour la très grandemajorité, pas interrompu leur production, ce qui a permis la fabrication de biens indispensables à la vie de nos concitoyens (emballages alimentaires, caisses en carton destinées à la logistique, boîtes de médicaments, papiers d’hygiène, papiers utilisés par les scolaires...). En dépit de ce maintien de l’activité, le fléchissement de certains marchés (papiers de presse...), les difficultés de production (réduction du nombre des équipes) et la fermeture d’une usine avant cession, ont conduit à un recul de la production de 6,1 % en volume. Cette baisse, combinéeaurecul des prix de plusieurs familles de produits, aconduit àun recul de la production de 12,7 % en valeur.

Des coûts deplusieurs catégories de matières premières fibreusesen hausse sensible depuis plusieurs mois

Alors que le bois de trituration, qui répond à une logique d’équilibre régional entre l’offre et la demande, est demeuré à des niveaux de prix stablesvoiredécroissants, d’autres matières premières fibreuses enregistrent depuis plusieurs mois des hausses marquées. Il s’agit en premier lieu du renchérissement très sensibledesPapiers et Cartons à Recycler(jusqu’à 300 % sur une dizaine de mois pour certaines catégories!), reflet d’une demande soutenueen Europede la part des papeteries produisant des papiers et cartons destinés à l’emballage. Une autre matière première inscrite depuis plusieurs mois dans un cycle haussier est la pâte de cellulose. Les cours de cette matière première sont en effet sous tension en raisonde la vigueur de la demande chinoiseet de l’absence de nouvelles capacités de production de pâte.Ces hausses des cours des matières premières fibreuses auront très vraisemblablement un impact haussier sur les prix des papiers et cartons.

En dépit des interrogationssur la cinétique de la reprise économique, plusieurs tendances offrent des perspectives favorables à différentes familles de papiers et cartons

A horizon de quelques mois, la fin des restrictions (réouverture de tous les commerces, retour à une plus forte mobilité), et la volonté des consommateurs de « tourner la page »,devraient se traduire par une hausse de la consommation pour différents segments de produits (consommation d’articles d’hygiène « away from home », utilisationde papiers bureautiques liée au retour plus large des salariés sur leur lieu de travail, augmentation de la publicité «print» ...). Cette accélération de l’activité pourraitcependant être contrariée par la fin progressive des dispositifs publics de soutien de l’économie.

Hors «effet COVID-19»,plusieurs tendances lourdes continueront à dynamiser la demande des produits papetiers. L’importance accordée aux questions sanitaires est ainsi favorable à l’utilisation des articles d’hygiène. Le commerce en ligne et le« drive » sont des pratiques de consommation qui ont connu un regain ces derniers mois, et qui perdureront durant les années à venir. Le goût des consommateurs pour les biens manufacturés issus de ressources renouvelables et facilement recyclables nourrit une sympathie naturelle en faveur des produits fibreux. Enfin, l’évolution de la réglementation, qui partout en Europe vise à restreindre l’usage des articles en plastique à usage unique, ouvre de nouveaux marchés aux produits cellulosiques. La consommation d’une fraction des papiers à usage graphique (les papiers de presse principalement) continuera cependant à se contracter, sous l’effet de la poursuite du développement des technologies numériques, de sorte que la production papetière sera selon toute vraisemblance caractérisée par une courbe en « K ».

Consulter le dossier de presse : Bilan et perspectives de l'industrie papetière, un an après l'irruption de la COVID-19.

intl2 31mars21 2


COPACEL (Union Française des Industries des Cartons, Papiers et Celluloses) est le syndicat professionnel représentant les entreprises françaises productrices de pâtes, papiers et cartons. L’industrie papetière française assure le recyclage de près de 5 millions de tonnes de déchets de papiers et cartons, atteignant un taux de recyclage global de près de 80 %. 67 % de ses approvisionnements proviennent de la collecte du tri des déchets à recycler, qui représentent un montant d’achat de plus de 500 millions d’euros, au bénéfice notamment des collectivités locales. Le solde de ses approvisionnements repose sur l’utilisation d’une matière première renouvelable et gérée durablement, le bois. Elleconstitue pour ces raisons un cas d’école d’économie circulaire.


Source : COPACEL


Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.