Le parlement européen gage sur la forêt

Source de l'image : Archives LMP

Internationales
Outils
Typographie

Le Parlement européen a approuvé, le 8 juin dernier, un objectif de décarbonation très ambitieux d’ici 2030, soit l’équivalent de 310 millions de tonnes de CO2.

Cet objectif devra être atteint en adaptant le couvert forestier aux changements climatiques et en augmentant les activités de reforestation. La législature européenne a aussi rejeté une proposition de combiner les secteurs agricole et forestier dans la « révision de l’utilisation de la terre » afin d’assurer que la forêt ne serve pas à compenser les émissions de l’industrie agricole.

Ce dernier point a reçu l’aval de Cepi, la Confédération représentant l’industrie des pâtes et papiers en Europe. Pour atteindre les objectifs énoncés, Cepi appuie également l’objectif de l’Union européenne de planter jusqu’à 3 milliards d’arbres d’ici 2030.

Le Parlement européen demeure cependant inflexible sur les équivalences de carbone qu’il est possible d’affecter à une activité comme l’industrie forestière. C’est donc dire que l’industrie ne pourra se servir du recyclage, par exemple, comme moyen de décarboner ses activités par des équivalences. En substituant les carburants fossiles par des moyens plus durables dans des secteurs comme l’emballage et la construction, on pourrait aspirer à réduire les émissions de CO2 en territoire européen de 410 millions de tonnes métriques.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier