Oui aux produits de bois biodégradables

La production de matériaux biosourcés (illustrés ici : mousse à base de cellulose microfibrillaire) est au centre des intérêts de recherche de l'Institut des bioproduits et de la technologie du papier. © TU Graz / BPTI

Sciences
Outils
Typographie

TU Graz News – Des chercheurs de l’Institut de bioproduits et de technologie du papier de Graz ont mis au point des alternatives vertes aux matériaux fossiles. Ces bioproduits vont contribuer à réduire la pollution et constitueront un levier vers une économie durable.

A titre de ressource renouvelable, le bois offre un potentiel inégalé pour la lutte aux changements climatiques. D’abord parce qu’il séquestre beaucoup de carbone (1 tonne au mètre cube!!). De plus, le bois constitue une alternative environnementale aux ressources fossiles, qui émettent des gaz à effet de serre. Les chercheurs de l’Université de Technologie de Graz (TU Graz) produisent des matériaux biodégradables à partir de la cellulose, de l’hemicellulose et de la lignine de bois.

sciences 14oct21 2Samir KopacikSamir Kopacik, par exemple, travaille dans le « labo de barrières physiques » autres que les plastiques synthétiques à mettre au point des protections d’emballage pour les produits alimentaires, les cosmétiques et les médicaments. Ces revêtements protègent contre l’oxygène, l’humidité et autres facteurs externes et préservent la fraicheur du produit.

A l’heure actuelle, le papier et le carton sont des matières fibreuses et poreuses qui atteignent seulement un certain niveau d’étanchéité. Pour améliorer cette dernière, on utilise des sauces de couchage et des polymères synthétiques non biodégradables et difficiles à recycler.

M. Kopacik, en collaboration avec Austropapier – l’Association de l’industrie papetière autrichienne, travaille dans le cadre du projet Papspray. Financé à hauteur de 810 000 EUR, le projet a pour but de faciliter l’utilisation de biopolymères sur le papier et le carton. Le projet de recherche de trois ans vise à comprendre les interactions entre le papier, le biopolymère et le processus de vaporisation. « D’un point de vue technologique, le couchage par vaporisation est un procédé flexible que l’on peut facilement intégrer dans la production papetière et utiliser en conjonction avec des techniques de couchage conventionnelles, » conclut M. Kopacik.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier