Maintenance prévisionnelle : Quels KPIs pour l’analyse vibratoire ?

Maintenance
Outils
Typographie

Vous envisagez de mettre en place un programme de maintenance prévisionnelle et vous hésitez encore sur la méthode de surveillance à retenir ?

Ou alors vous avez déjà opté pour l’analyse vibratoire et vous vous demandez quels indicateurs suivre pour en mesurer l’efficacité ?
En tant que spécialiste de l’analyse vibratoire engagé par des contrats de performance auprès de grands comptes, nous vous donnons ici notre retour d’expérience sur les indicateurs de suivi des performances (KPI) à mettre en place.

Rappelons en préambule quelques principes de base :

  1. Les KPIs doivent servir la prise de décision et l’amélioration ; on doit pouvoir comparer un avant/après ou une tendance.
  2. Les KPIs devraient pouvoir être définis en même temps que le programme de maintenance prévisionnelle puisqu’ils servent à vérifier que les objectifs que l’on s’est fixés sont atteints.
  3. Les KPIs doivent être limités en nombre, pour conserver la priorité à l’action plutôt qu’au reporting et à l’analyse.
  4. Les KPIs doivent pouvoir être renseignés de manière exhaustive et fiable.

Une fois ces principes posés, intéressons-nous à ce qui fait la particularité de l’analyse vibratoire. Comme nous l’expliquions dans un précédent article, les principaux avantages de cette méthode de surveillance sont sa polyvalence, sa capacité à détecter des dysfonctionnements de manière très précoce et sa capacité à orienter précisément l’action de maintenance grâce à un diagnostic précis et fiable.

Selon les deux premiers principes cités précédemment, si l’on choisit de mettre en place un programme de maintenance prévisionnelle basé sur l’analyse vibratoire, c’est parce l’on croit que ses avantages intrinsèques permettront d’améliorer la performance de la maintenance et de l’entreprise en général. Les KPIs mis en place devraient donc permettre de le valider.

Bien sûr, l’efficacité de l’analyse vibratoire comme celle de toute autre méthode de surveillance doit se ressentir dans les indicateurs « macros » que sont le TRS (taux de rendement synthétique) le TDT (temps disponible total) et dans les coûts de maintenance. Ces indicateurs généraux peuvent d’ailleurs suffire dans un premier temps, lorsque les marges de progression sont importantes ou lorsque la maintenance se base sur une seule méthode de surveillance. Mais par la suite ils peuvent être insuffisants pour estimer quelle marge de progression est encore accessible ou quelle est la contribution des différentes méthodes à l’amélioration de la performance globale.

oneProd 18fev21 2

Il peut donc être intéressant que suivre quelques indicateurs plus précis, que l’on définira en cherchant parmi les données historiques disponibles (ou à défaut, en phase de POC par exemple, en les relevant sur des équipements identiques non surveillés) celles qui sont les plus représentatives de l’amélioration attendue. Par exemple:

  • si l’on a retenu l’analyse vibratoire pour sa polyvalence, c’est peut être que l’on cherche à jouer sur l’effet de masse (composants stratégiques présents en grand nombre et régulièrement sujets aux pannes). Dans ce cas, le suivi du taux de fréquence peut être intéressant.
  • Si c’est la performance du diagnostic qui a retenu notre attention, alors il faut peut être suivre le MTTR (moyenne des temps techniques de réparation). Cet indicateur devrait en effet baisser si les techniciens ne sont alertés qu’à bon escient et orientés sur la bonne opération à réaliser.
  • Enfin, si l’on a choisi de détecter les défauts le plus tôt possible, c’est peut-être pour que nos équipements fonctionnent toujours au meilleur de leurs capacités. Suivre leur état de santé global ou la dimension performance du TRS est un bon moyen de s’en assurer.

Par expérience, nous constatons que nos clients suivent le plus souvent deux indicateurs généraux (un lié à la disponibilité de l’équipement et un lié aux coûts de la maintenance) et un ou deux indicateurs plus spécifiquement liés à l’analyse vibratoire, en général un indice de pertinence du diagnostic et/ou un indice d’état de santé du parc machines.

Et vous, quels KPIs allez-vous choisir de suivre ?


Source : OneProd

 

Nous utilisons des cookies sur notre site Web. Certains d'entre eux sont indispensables au fonctionnement du site, tandis que d'autres nous aident à améliorer ce site et l'expérience utilisateur (cookies de suivi). Vous pouvez décider vous-même si vous souhaitez autoriser ou non les cookies. Veuillez noter que si vous les refusez, vous ne pourrez peut-être pas utiliser toutes les fonctionnalités du site.