Améliorer ses performances par un audit de machine à papier

Profil d’entreprise
Typographie

Plus de vide n’est pas nécessairement la solution

Si Runtech devient un nom de plus en plus familier en Amérique du Nord, c’est parce que l’entreprise démontre de différentes façons qu’elle peut aider les papetières à améliorer l’efficacité de leur procédé et réaliser des économies d’eau, d’énergie et de matières premières. Ses services ne s’adressent pas qu’aux nouvelles machines mais aussi aux usines qui veulent optimiser leurs opérations via les audits de machine à papier.

Reconnu pour ses soufflantes turbo, la Finlandaise Runtech fait maintenant partie de la famille Ingersoll Rand, tout comme l’équipementier Nash Pumps. En plus des pompes et des soufflantes, la compagnie se spécialise dans les docteurs, les systèmes d'engagement de la feuille, les ramasse-pâte et la ventilation de presse, ainsi que les audits.

La consommation d’eau est source de beaucoup d’attention globalement pour les usines, encore plus que l’énergie. L’approche de Runtech consiste à auditer, tout en gardant en tête que chaque machine est différente. Même si la plupart des usines disent qu’elles veulent plus de vide, Runtech s’est rendu compte que ce n’est pas toujours la solution. Il faut étudier plus qu’une facette (ex : rouleau coucheur, boites aspirantes). On tient également compte de l’âge et de l’efficacité des pompes puisqu’il s’agit d’un équipement négligé fonctionnant pourtant 365 jours par année.

runtech 6dec22 2

L’audit permet aussi de recommander de récupérer l’eau qui s’échappe de la machine à papier à différentes positions sur la presse : sa façon d’opérer avec les docteurs et de capturer l’excès d’eau et de la mesurer. Souvent, une usine peut récupérer plus d’eau et maintenir un taux de solides optimal dans la section des presses en baissant le niveau de vide et non en l’augmentant.

Plusieurs des problèmes auxquels font face les papetiers ont rapport au comportement de la machine à papier et à sa productivité. Ils préconisent alors une augmentation de la vitesse de machine ou l’ajout d’une pompe à vide. Runtech préconise plutôt un audit simple ou en profondeur. Parfois une usine sait très bien qu’elle devrait remplacer certains équipements vieillots : par exemple, de vieilles soufflantes ou pompes dont les moteurs synchros font défaut. Pour toutes ces conditions, Runtech est en mesure d’élaborer un « plan de match ».

A titre de fournisseur à guichet unique, Runtech peut faire l’ingénierie, l’installation et la démonstration sur l’équipement. Une firme d’ingénierie peut également le faire mais à des coûts prohibitifs. Dans certains cas, surtout pour un remontage, les usines n’ont pas nécessairement de gros budgets : Runtech peut vous aider à garder ces coûts à un niveau raisonnable. Il se peut que plusieurs paramètres doivent être étudiés pour concevoir une solution sur mesure. Runtech examinera non seulement les pompes, mais passera en revue le procédé, notamment la géométrie de machine, l’essorage et les docteurs.

Dans un cas en particulier, une usine en arrêt de production endommageait ses ventilateurs à bas niveau de vide. La machine consommait d’énormes quantités d’eau et Runtech a examiné le tout.

runtech 6dec22 3

Pour les audits, Runtech agira selon la demande du client. Mais dans tous les cas, il s’agit d’essayer de donner une vision holistique (entière) du procédé du point de vue énergétique. Runtech utilise des chartes de consommation d’énergie convenant à tous les grades de papier et peut montrer au client où il se situe globalement. A partir de là, l’usine verra si elle cueille les fruits du bas et investit peu, pour ensuite élargir son horizon, mais toujours avec l’idée « d’en donner pour son argent. »

Le système à vide est le jalon le plus important et sera conséquemment toujours inclus dans un audit. On peut examiner cet aspect de l’audit en plusieurs phases, selon les problèmes spécifiques que l’usine veut aborder. Plusieurs compagnies, dans le secteur bague liquide, ne font plus cela, mais Runtech se veut proactif et aide à rapatrier l’expertise aux usines. C’est surtout vrai pour les opérateurs plus jeunes avec lesquels on comble l’écart des connaissances laissé par les opérateurs partis à la retraite, appelé souvent « tsunami d’argent ».

Les usines savent quand elles ont un problème et commencent souvent par des demandes spécifiques. C'est parfois à la suite des recommandations d'un consultant. Il est vrai que les usines peuvent prendre toute l’information et assembler les pièces du puzzle elles-mêmes, mais elles ont souvent besoin de conseils pour savoir quelle direction prendre.

Dans un cas en particulier, une usine américaine fonctionnait avec des pompes désuètes. Runtech a réalisé un audit et remarqué que deux des quatre pompes défectueuses ne produisaient plus de vide probablement parce que la boite d’engrenage avait été remplacée. Runtech a vérifié plusieurs points autres que les quatre pompes défectueuses et a produit un plan de match pour le client. On a ainsi remplacé l’engrenage de la pompe à la caisse aspirante et augmenté le niveau de solide au rouleau coucheur.

Même si les résultats sont spécifiques pour chaque cas, Runtech avance que les économies typiques en chevaux vapeurs sont de l’ordre de 40-50%, ce qui est significatif. Une partie de ce pourcentage est de la surcapacité installée mais il reste qu’un meilleur essorage au niveau de la pince et les mesures de débit provenant de la MP vont aider à comprendre comment celle-ci se comporte.

On semble encore se fier beaucoup au « ressenti » en milieu papetier plutôt qu’aux données. Runtech essaie toujours d’appuyer ses diagnostics sur des faits et des données pour ainsi éliminer l’aspect « ressenti ». Cela fait partir de l’effort mis de l’avant par Runtech pour vraiment comprendre ce que les opérateurs font sur la machine. Un système en ligne de mesure de la siccité et de bons contrôles du vide peuvent faire toute la différence.

Le secteur du papier tissu est l’une des forces de Runtech. Même si les opérations diffèrent d’une machine à papier conventionnelle, la façon de réaliser l’audit est la même. La compagnie a réalisé une percée au niveau des usines de conversion au niveau des pompes et des soufflantes. Elle brille aussi lorsque vient le temps d’équiper les usines de papier tissu toutes neuves. Il est vrai que globalement, l’industrie du papier tissu et des grades de papier brun investissent le plus mais cette tendance risque tôt ou tard d’atteindre un niveau plafond. Et avec l’importance de la consommation énergétique dans ces secteurs, d’autres investissements sont prévisibles à court et moyen terme.

L’eau est également un sujet critique. Deux options se présentent : un système sec ou un tour de refroidissement. Cette dernière option coûte cependant plus cher.

runtech 6dec22 4

En terme de chiffre de ventes, 2022 se profile comme une année record pour Runtech. Même si la pandémie de Covid-19 a affecté les efforts marketing de l’entreprise, d’autres projets sont en préparation et les demandes de service abondent.

Même si elle est souvent perçue comme plus lente à intégrer les nouvelles technologies, l’Amérique du Nord s’ouvre plus que jamais aux audits. Il est vrai qu’avoir les marques de commerce Ingersoll-Rand et Nash ne font pas de mal. Malgré tout, Runtech fait preuve d’agilité et maintient son expertise à la fine pointe.

Le marché est en constante évolution et Runtech profite de sa capacité à unir les systèmes humides aux systèmes secs et d’offrir toutes les composantes de machine à papier pour ses clientèles. Plus que jamais Runtech investit le plancher des opérations pour aider ses acteurs, responsables de la production et de la maintenance, à saisir la globalité de leurs activités.


runtech logo footer

Runtech Systems
 est un fournisseur mondial de systèmes d'ingénierie adaptés aux industries des pâtes et papiers. Runtech travaille avec ses clients pour mieux comprendre et contrôler leurs conditions opérationnelles afin de maximiser l'efficacité et la rentabilité.

Demande d'audit

www.runtech.fi


graeme rodden portraitGraeme Rodden a couvert l'industrie des pâtes et papiers pendant plus de 40 ans, notamment en tant que rédacteur en chef de plusieurs magazines bien connus de l'industrie du papier.