Répondre aux dangers associés aux émanations de certains produits en milieu papetier

Source : Industrial Scientific

Santé et sécurité
Outils
Typographie

Bill Marencel, Industrial Scientific – On associe les pâtes et papiers avec des risques quotidiens, que ce soit en matière de bruit, de charges de bois qui glissent et tombent; mais le risque le plus dangereux provient sans contredit des émanations gazeuses toxiques de produits chimiques.

Parmi les catégories de gaz classés dangereux, on retrouve le sulfite d’hydrogène, que l’on utilise dans la transformation en copeaux, dans les lessiveurs, la récupération des liqueurs, dans les presses de machine à papier et le traitement des eaux de procédés. Vient ensuite le dioxyde de soufre, émanant des opérations de mise en pâte et de l’utilisation des combustibles fossiles. Le monoxyde de carbone se retrouve pour sa part dans la centrale énergétique, les chaudières de récupération et autres opérations de chauffage. Mentionnons aussi le chlore et le dioxyde de chlore, utilisés dans le blanchiment de la pâte. Il s’agit de gaz spécialement dangereux puisqu’ils peuvent réagir chimiquement et occasionner des explosions.

Les dangers associés aux gaz ne disparaîtront jamais, ils sont partie intégrante du procédé de fabrication. Il existe des outils de détection, particulièrement efficaces en milieu clos. Par exemple, le H2S est créé lors du procédé de lessivage de la pâte. Vous pouvez prendre l’initiative et suivre les émanations avec des détecteurs spécialement conçus à cette fin, surtout dans des espaces confinés. Le Ventis Pro5, par exemple, peut détecter plusieurs gaz associés à la fabrication papetière, surtout dans des espaces restreints. Et pour l’entretien de vos détecteurs de gaz, un abonnement à iNet Exchange permet d’anticiper les besoins en maintenance et de réduire ou éliminer les coûteux temps d’arrêt.


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier