ProJet procède à la livraison d’un nettoyeur à toile de formation haute pression chez Domtar Kingsport

Source : ProJet

Technologies
Outils
Typographie

Le fournisseur ProJet annonce avoir complété les tests de conformité pour deux nettoyeurs de toiles de formation et quatre nettoyeurs de toiles de séchage chez Domtar Kingsport, dans l’État américain du Tennessee.

L’installation doit avoir lieu au troisième trimestre de 2022 et la mise en marche au quatrième trimestre de cette année.

Domtar convertit en ce moment la papetière de Kingsport en usine d’emballages, une transformation qui sera complétée d’ici le premier trimestre de 2023. A terme, l’usine sera en mesure de produire et mettre sur le marché autour de 600 000 tonnes/année de carton doublure à base de fibres recyclées et de carton ondulé medium. Le carton sera entièrement fabriqué de vieux carton (OCC) reconnu pour ses pointes de contamination élevées sur les toiles de formation et de séchage, d’où le choix de ProJet.

Le ProCleaner Type F utilise une seule tête de nettoyage qui couvre les toiles trois fois plus rapidement que les douches conventionnelles à oscillation. Domtar s’attend d’ailleurs à économiser beaucoup d’eau grâce à ProJet, qui utilise 5 litres à la minute au lieu de 200 litres/minute pour un système conventionnel.

Parmi les autres avantages du système, notons l’élimination de la brume d’eau en appliquant des couteaux à air qui contiennent un petit brumisateur et l’eau contaminée, dont on dispose par des tubes Venturi dans un récipient prévu à cette fin. Un nettoyage ciblé permet à l’opérateur de contrôler l’opération pour le nettoyage de la toile en sens travers mais aussi de zones ciblées sur tout l’emplacement de la toile, y compris les rebords.

Le système fonctionne en continu, 24 heures sur 24, tant que la machine est en opération. Le lavage de la toile en continu procure un profil de siccité de la feuille plus stable, moins de casse et une meilleure longévité de la toile. La contamination des toiles de séchage est un problème en croissance car on utilise de plus en plus de fibres secondaires et de casses de carton couché pour la feuille d’OCC, en plus des agents de remplissage et produits chimiques.

Pour plus d'infos : ProJet


Jaclin Ouellet, Journaliste, Le Maître papetier