Accueil Nouvelles Financières Résolu annonce ses résultats financiers provisoires du quatrième trimestre et de l'exercice 2016

Résolu annonce ses résultats financiers provisoires du quatrième trimestre et de l'exercice 2016

Envoyer Imprimer PDF

$ US

  • Perte nette selon les PCGR de 45 M$, soit 0,50 $ par action, pour le quatrième trimestre et de 81 M$, soit 0,90 $ par action, pour l'exercice 2016
  • BAIIA ajusté de 67 M$ pour le quatrième trimestre et de 279 M$ pour l'exercice complet
  • Liquidités de 468 M$

MONTRÉAL, le 2 févr. 2017- Produits forestiers Résolu Inc. (NYSE: RFP) (TSX: RFP) a annoncé aujourd'hui une perte nette de 45 M$, soit 0,50 $ par action, pour le trimestre clos le 31 décembre 2016 par rapport à une perte nette selon les PCGR de 214 M$, soit 2,39 $ par action, pour la période correspondante de 2015. Les ventes du trimestre ont atteint 889 M$, soit essentiellement le même montant qu'au quatrième trimestre de 2015. Avant les éléments hors gestion courante, la Société a enregistré une perte nette de 3 M$, soit 0,03 $ par action, par rapport à une perte nette de 26 M$, soit 0,29 $ par action, pour le quatrième trimestre de 2015.

Pour l'exercice, la Société a enregistré une perte nette selon les PCGR de 81 M$, soit 0,90 $ par action, par rapport à une perte nette de 257 M$, soit 2,78 $ par action, en 2015. Les ventes de l'exercice ont atteint 3,5 G$, en baisse de 100 M$, soit 3 %, par rapport à l'exercice précédent. Avant les éléments hors gestion courante, la Société a dégagé un bénéfice net de 4 M$, soit 0,04 $ par action, par rapport à une perte nette de 24 M$, soit 0,26 $ par action, en 2015.

« Nous avons continué de travailler sur les coûts et la fiabilité, et avons amélioré notre performance d'exploitation par rapport au troisième trimestre, a déclaré Richard Garneau, président et chef de la direction. Nos secteurs de papiers ont terminé l'année de façon positive, et les baisses de coût ont annulé les diminutions de prix. Notre secteur Pâte commerciale a fait preuve d'une grande capacité d'adaptation malgré les pressions du marché sur les prix, notre lessiveur en continu de Calhoun ayant affiché une hausse de la production et les coûts des produits chimiques ont diminué de façon importante. Dans le secteur Papiers tissus, nos efforts concernant Atlas ont commencé à porter fruit, et la mise en service des chaînes de transformation à Calhoun est maintenant complétée. Nous prévoyons amorcer le démarrage de notre nouvelle machine à papiers tissus dans les prochaines semaines. Dans le secteur Produits du bois, nous avons maintenu les gains de volume enregistrés aux trimestres précédents et avons affiché une des meilleures performances annuelles des dernières années. »

La définition des mesures financières non conformes aux PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement avec les mesures financières conformes aux PCGR sont présentés ci-dessous.

Variation du résultat d'exploitation par rapport à celui des périodes correspondantes de l'exercice précédent

Résultats consolidés

Après l'examen de nos actifs de papier journal recyclé au quatrième trimestre de 2016, nous avons comptabilisé des réductions de valeur et autres charges connexes de 27 M$. Compte non tenu de ces éléments, nous avons enregistré un bénéfice d'exploitation de 9 M$, soit essentiellement le même qu'au troisième trimestre. Les résultats ont été affectés par la réduction des prix (15 M$) et par l'augmentation du coût de la fibre (10 M$) et de l'énergie (5 M$), facteurs qui ont été compensés en partie par la hausse générale du volume (9 M$), la baisse des coûts des produits chimiques (7 M$), l'incidence favorable du taux de change (4 M$) et la diminution des frais de vente, des frais généraux et des frais d'administration (3 M$).

La Société a annoncé une perte d'exploitation de 26 M$ pour l'exercice 2016, par rapport à une perte de 219 M$ en 2015. Celle-ci est en grande partie attribuable à une perte de valeur des actifs de notre usine de Catawba (Caroline du Sud) au quatrième trimestre de 2015. Les résultats ont également été avantagés par l'incidence du taux de change (74 M$), la baisse des coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d'avantages complémentaires de retraite (45 M$), des coûts de l'énergie (31 M$), de l'amortissement (31 M$) et du coût de la fibre (21 M$). Inversement, notre performance pour 2016 a été affectée par la détérioration générale des prix (104 M$) et du volume (7 M$) ainsi que par l'augmentation des coûts liés à l'entretien (20 M$).

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a enregistré un bénéfice d'exploitation de 6 M$ pour le quatrième trimestre, soit 1 M$ de plus qu'au troisième trimestre. Cette amélioration est attribuable à la solide performance d'exploitation et à l'augmentation de 45 000 tonnes métriques expédiées pour le trimestre. Le coût d'exploitation unitaire (le « coût livré ») a diminué de 17 $ par tonne métrique pour s'établir à 575 $ par tonne métrique, en grande partie du fait de la hausse du volume et de la baisse des coûts des produits chimiques, facteurs compensés par l'augmentation du coût de la fibre recyclée. Toutefois, le prix de vente moyen a, dans l'ensemble, diminué de 18 $ par tonne métrique, les gains enregistrés pour la pâte en flocons et la pâte kraft blanchie recyclée n'ayant pas suffi à contrer les baisses pour la pâte de résineux et de feuillus. Le BAIIA s'est établi à 15 M$ pour le trimestre, ce qui est identique au troisième trimestre. Les stocks de produits finis s'établissaient à 91 000 tonnes métriques à la clôture du trimestre, en baisse de 9 000 tonnes métriques par rapport au trimestre précédent.

En 2016, le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d'exploitation de 43 M$, en baisse de 33 M$ par rapport à l'exercice précédent. Cette variation reflète essentiellement la chute des prix, qui ont reculé de 44 $ par tonne métrique, soit 7 %. Ce facteur a été atténué par la diminution du coût livré, essentiellement en raison de la baisse de l'amortissement faisant suite à l'évaluation de la vie utile estimative de nos immobilisations au début de 2016.

Papiers tissus

Le secteur Papiers tissus a enregistré un bénéfice d'exploitation de 1 M$ pour le trimestre, soit 6 M$ de plus qu'au trimestre précédent. Cette progression s'explique principalement par la baisse importante du coût livré, qui a diminué de 27 % au cours du trimestre, reflétant un ajustement de 2 M$ apporté à l'amortissement et par les réductions des coûts. Ces gains ont été annulés par la diminution des volumes expédiés et par une légère baisse de prix. Le BAIIA a été légèrement positif pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 3 M$ par rapport au troisième trimestre.

Pour l'exercice, le secteur Papiers tissus a comptabilisé une perte d'exploitation de 10 M$ et un BAIIA négatif de 5 M$.

Produits du bois

Le secteur Produits du bois a dégagé un bénéfice d'exploitation de 17 M$ pour le trimestre, par rapport à 36 M$ au trimestre précédent. Bien que les prix aient fléchi de 4 $ par millier de pieds mesure de planche (pmp) pour s'établir à 327 $, le coût livré a augmenté de 29 $ par millier de pmp en raison d'une hausse saisonnière de l'utilisation de la fibre et de l'augmentation des charges d'exploitation. Les volumes expédiés ont atteint 503 millions de pmp pour le trimestre, ce qui est presque identique aux niveaux enregistrés au troisième trimestre. Le BAIIA sectoriel s'est établi à 25 M$, par rapport à 43 M$ au troisième trimestre. Les stocks de produits finis ont affiché une légère hausse de 3 millions de pmp, soit 2 %, pour atteindre 124 millions de pmp.

En 2016, le secteur Produits du bois a enregistré un bénéfice d'exploitation de 69 M$, ce qui représente une amélioration par rapport aux 2 M$ dégagés à l'exercice précédent. Ce progrès s'explique en grande partie par l'affaiblissement du dollar canadien, qui a donné lieu à une baisse du coût livré de 32 $ par millier de pmp. Notre rentabilité a également été avantagée par le volume supplémentaire provenant de nos scieries ontariennes d'Atikokan et d'Ignace et par l'efficience accrue des autres établissements. Pour l'exercice, les volumes expédiés ont atteint 1,8 milliard de pmp, soit 10 % de plus qu'à l'exercice précédent. En conséquence, le secteur a affiché un BAIIA de 100 M$, ce qui représente une augmentation importante par rapport aux 39 M$ enregistrés en 2015.

Papier journal

Le secteur Papier journal a enregistré un bénéfice d'exploitation de 1 M$ pour le trimestre, contre une perte d'exploitation de 8 M$ au troisième trimestre. Dans l'ensemble, le prix de vente de la période a reculé de 3 $ par tonne métrique pour s'établir à 512 $ par tonne métrique, les baisses structurelles de la demande s'étant maintenues et l'affaiblissement des devises mondiales ayant diminué la compétitivité des producteurs nord-américains. Les volumes expédiés, surtout en Amérique du Nord, ont toutefois augmenté de 23 000 tonnes métriques. Grâce à la hausse du volume, le coût livré a diminué de 19 $ par tonne métrique par rapport au trimestre précédent. Le BAIIA a augmenté de plus du double par rapport au troisième trimestre, atteignant 19 M$. Les stocks de produits finis de 105 000 tonnes métriques sont demeurés stables par rapport au trimestre précédent.

Pour l'exercice, le secteur Papier journal a affiché une perte d'exploitation de 15 M$, ce qui représente une amélioration de 8 M$ par rapport à l'exercice précédent. D'un exercice à l'autre, le prix de vente a diminué de 8 $ par tonne métrique, la conjoncture difficile des marchés étrangers, la faiblesse des devises mondiales et la demande en baisse ayant annulé les gains en Amérique du Nord. Le coût livré a toutefois reculé de 2 %, soit 11 $ par tonne métrique, pour cette même période, essentiellement en raison de la baisse des coûts de l'électricité et de la vapeur ainsi que de l'incidence favorable du taux de change. Les volumes expédiés ont diminué de 7 %, en grande partie du fait de la fermeture d'une machine à papier de notre usine d'Augusta (Géorgie) en 2016 et des arrêts temporaires de certaines usines afin d'équilibrer la production et les commandes de clients, surtout sur les marchés de l'exportation. Le BAIIA s'est établi à 59 M$ pour l'exercice.

Papiers pour usages spéciaux

Le secteur Papiers pour usages spéciaux a dégagé un bénéfice d'exploitation de 4 M$ pour le quatrième trimestre, soit 6 M$ de plus qu'au trimestre précédent. Comme prévu, la demande pour la majorité des catégories poursuit sa baisse. Conjuguée à des facteurs saisonniers, cette situation a donné lieu à une baisse de 29 000 tonnes courtes des volumes expédiés et de 7 $ par tonne courte des prix. Le coût livré a cependant diminué de 23 $ par tonne courte, essentiellement du fait de la baisse des coûts des produits chimiques. En conséquence, le BAIIA a augmenté de 6 M$ par rapport au trimestre précédent pour atteindre 15 M$. Les stocks de produits finis s'établissaient à 92 000 tonnes courtes à la clôture du trimestre, en hausse de 17 000 tonnes courtes.

Par rapport à l'exercice précédent, le bénéfice d'exploitation du secteur Papiers pour usages spéciaux a diminué de 4 M$ pour s'établir à 25 M$ en 2016. La variation s'explique principalement par la diminution de la demande, qui a réduit le prix de vente moyen de 28 $ par tonne courte, et par la baisse de 4 % des volumes expédiés, qui s'établissaient à 1,5 million de tonnes courtes à la clôture de l'exercice. Le coût livré s'est amélioré par rapport à 2015, ce qui est essentiellement attribuable à l'incidence favorable de l'affaiblissement du dollar canadien ainsi qu'à la baisse de l'amortissement du fait de la perte de valeur des actifs enregistrée à notre usine de Catawba au dernier trimestre de 2015. Le BAIIA sectoriel s'est établi à 70 M$ pour l'exercice.

Variation du résultat d'exploitation consolidé par rapport à celui des périodes correspondantes de l'exercice précédent

La Société a enregistré une perte d'exploitation de 18 M$ pour le quatrième trimestre, par rapport à une perte d'exploitation de 226 M$ pour la période correspondante de l'exercice précédent. Cette amélioration découle en grande partie de la dépréciation des actifs de l'usine de Catawba au quatrième trimestre de 2015. En outre, les coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d'avantages complémentaires de retraite (22 M$), l'amortissement (12 M$) et les frais de vente, frais généraux et frais d'administration (11 M$) ont également diminué par rapport à la période correspondante de 2015.

Le prix de vente moyen a diminué de 5 % pour le secteur Pâte commerciale et de 4 % pour le secteur Papiers pour usages spéciaux, mais a augmenté de 10 % pour le secteur Produits du bois et de 6 % pour le secteur Papier journal, ce qui, dans l'ensemble, a donné lieu à une variation favorable des prix de 10 M$ par rapport à la période correspondante de l'exercice précédent.

Les volumes expédiés du secteur Pâte commerciale ont augmenté de 10 %, essentiellement en raison de la production additionnelle provenant du lessiveur en continu de Calhoun (Tennessee). Dans un même ordre d'idées, les volumes expédiés du secteur Produits du bois ont progressé de 13 % pour atteindre 503 millions de pmp, du fait de l'amélioration de la production à Atikokan, à Ignace et à diverses autres usines de produits du bois.

Par contre, les volumes expédiés des secteurs Papier journal et Papiers pour usages spéciaux ont tous deux diminué de 11 %, ce qui s'explique en grande partie par la fermeture d'une machine à papier journal à Augusta en mai 2016 et par les arrêts supplémentaires à notre usine de papier journal de Thorold (Ontario) ainsi que par la baisse du volume du secteur Papiers pour usages spéciaux attribuable aux baisses structurelles de la demande.

Les stocks ont augmenté de 15 % pour le secteur Papier journal et de 5 % pour le secteur Papiers pour usages spéciaux, alors qu'ils ont diminué de 5 % pour le secteur Produits du bois et sont demeurés essentiellement stables pour le secteur Pâte commerciale.

Siège social et données financières

Au cours du trimestre, la Société a emprunté un montant additionnel de 35 M$ sur ses facilités de crédit renouvelables disponibles pour financer l'investissement dans les installations de papiers tissus de Calhoun. En conséquence, la dette à long terme a été augmentée pour atteindre 762 M$, ce qui représente une hausse nette de 171 M$ en 2016. La trésorerie et ses équivalents ont été ramenés à 35 M$, alors que les liquidités sont demeurées solides, s'établissant à 468 M$.

L'obligation nette au titre des prestations des régimes de retraite et d'avantages complémentaires de retraite inscrite au bilan a augmenté de 184 M$ pour le trimestre, essentiellement en raison de la réduction du taux d'actualisation applicable, annulée en partie par les cotisations régulières.

Perspectives

M. Garneau a poursuivi en ces termes : « L'exercice 2016 représentait une étape critique de notre transformation. Nous avons investi des montants importants et avons augmenté notre endettement afin d'accélérer la mise en place de secteurs d'activité plus durables et rentables. Nous avons presque finalisé ces projets d'immobilisations, et nous demeurons convaincus de notre capacité à livrer concurrence dans ces secteurs en dépit d'une conjoncture de marché défavorable à court terme. Dans le secteur Pâte commerciale, les conditions du marché pour les deux prochains trimestres semblent plus favorables en raison des hausses de prix annoncées récemment, mais nous prévoyons que la dernière partie de 2017 sera plus difficile. Nous croyons que le marché nord-américain du secteur Produits du bois poursuivra sa reprise graduelle. Dans les secteurs de papiers, nous nous attendons à ce que les baisses de capacité que nous avions annoncées pour le premier trimestre favorisent un certain équilibre, surtout dans le secteur Papier journal. D'un point de vue financier, les changements de nos obligations au titre des prestations des régimes de retraite annoncés en décembre devraient nous permettre de libérer d'importantes liquidités au cours des quatre prochaines années, ce qui devrait améliorer notre marge de manœuvre financière.

En 2017, nous nous concentrerons sur l'optimisation de la capacité de production de notre installation de papiers tissus de Calhoun, sur le déploiement de notre plan d'amélioration à Atlas et tout particulièrement sur le rendement d'exploitation de manière à maximiser la rentabilité sur les marchés de papiers. Enfin, à mesure que nous avançons dans le processus de différends commerciaux entre le Canada et les États-Unis pour les papiers surcalandrés et le bois d'œuvre, nos dépenses en immobilisations diminueront, ce qui nous permettra d'examiner les opportunités de réduire notre dette nette et d'atteindre notre objectif de diminuer notre endettement. »

Voir le rapport complet

Source : Produits forestiers Résolu

 

inscription-infolettre

acces-infolettres
valmet
kytola
axchem canada
sdt ultrasound solutions
groupe vld
fpinnovations banner
Spi-Bio
cristini banner
domtar
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier