Accueil Blogues Sören Back SunPine : du tallöl brut au diesel vert, à l‘encre d’imprimerie et au parfum

SunPine : du tallöl brut au diesel vert, à l‘encre d’imprimerie et au parfum

Envoyer Imprimer PDF

La ville de Piteå, au Nord de la Suède est bien connue pour la production de Kraft-caisse des compagnies SCA et Smurfit Kappa, pour un total de 1,1 millions de tonnes et doit sans doute être la capitale mondiale du Kraft-caisse. On sait beaucoup moins que la société SunPine de Piteå a été la première au monde à extraire le diésel vert à partir du tallöl. La dernière étape importante date du 13 juin dernier quand la nouvelle section de bioraffinerie pour produire à leur usine de la colophane à partir du tallöl brut a été inaugurée.


La bioraffinerie SunPine est située directement sur la côte.

L'histoire derrière le développement de la compagnie SunPine est très intéressante, et d'une certaine façon assez unique; elle vaut bien qu'on en parle. L'idée d'extraire du diesel vert à partir du tallöl brut vient de Lars Stigsson, un chimiste et inventeur suédois qui étudia en 2005 la possibilité de le réaliser techniquement. Avec l'aide du chimiste Valeri Naydenov, il créa un procédé d'extraction du diesel vert à partir du tallöl.

Du laboratoire à l'industrie en une seule étape

Lars Stigsson publia son idée et réussit à y intéresser Sveaskog, plus grand propriétaire forestier de Suède, Södra, gros producteur de pâte et Preem, la plus importante compagnie de carburant. En fournissant chacun 100 MSEK (11 millions US$), il est bien évident qu'il ne s'agissait pas seulement pour eux que de bonnes paroles. Sveaskog, Södra et Preem, de concert avec la compagnie Kiram de Lars Stigsson fondèrent en 2006 la Société SunPine AB. Une usine de fabrication à grande échelle fut construite en un temps record, un investissement d'environ 350 MSEK (38 millions US$) et commença ses opération dès 2010.

Le plus remarquable, et ceci montre bien la confiance que les investisseurs avaient dans ce tout nouveau procédé, est que le projet soit passé sans heurts, d'un seul trait, de l'échelle laboratoire à l'échelle bioraffinerie de tallöl. Ceci pourrait être un bon exemple pour ceux qui voudraient s'aventurer dans un domaine plus vert. Parfois, il faut savoir se jeter à l'eau en sachant que la glace a fondu mais même si on ne sait pas la température de l'eau.

Piteå, le choix évident

« Peut-être qu'il semble illogique de choisir Piteå, qui est à l'extrême nord de la Suède, pour y établir une bioraffinerie » dit Monsieur Magnus Edin, Directeur Général de SunPine. « En réalité, il y a de bonnes raisons pour le faire. Piteå est située sur la mer avec un port comprenant des réservoirs existants et qui est de taille suffisante pour accueillir les bateaux-citernes pour transporter le diesel vert jusqu'aux raffineries de Gothenburg. En ce qui concerne les matières premières, nous avons deux usines de sulfates à notre porte et comme nous sommes situés dans un port, nous bénéficions de bonne facilités de transport de tallöl brut provenant de toutes les usines de sulfates situées le long de la côte de la Suède. La logique est donc là ».

Trois produits qui deviennent quatre

« Autrefois on extrayait trois produits à partir du tallöl brut : le diésel vert, la bio-huile et la térébenthine. Mais, en 2013, nous avons commencé à collaborer avec la compagnie de produits chimiques hollandaise Lawter qui cherchait à utiliser la colophane comme matière première pour leurs produits. Le résultat de cette coopération a fait que nous avons développé un procédé d'extraction de la colophane du tallöl brut et une décision fut prise d'investir dans ce procédé et Lawter a fini par devenir un partenaire de SunPine AB à concurrence de dix pour cent des actions ».


Les opérateurs de procédés Krister Franzén et Staffan Johansson dans la cabine de contrôle.

Le procédé de raffinage de SunPine

Actuellement donc, SunPine raffine 180 000 tonnes de tallöl brut en diésel vert, bio-huile, colophane et térébenthine. Ce procédé n'est pas chimique mais uniquement physique avec des variations de température, de pression et de débit. D'abord, on extrait l'eau et la térébenthine car elles ont les températures d'ébullition les plus basses. La deuxième étape est la colonne de distillation, le cœur du procédé, dans laquelle le diésel vert reste en surface tandis que la partie riche en colophane reste au fond. Ensuite, la partie colophane est enrichie, portée à une température de 195°C et amenée dans des contenants chauffés pour éviter qu'elle ne se solidifie pendant le transport jusque chez Lawter en Belgique. La colophane sert à la fabrication d'encres d'imprimerie, de rubans et de colles et également de gomme à mâcher.

Toute la production de diésel vert est expédiée par bateaux-citernes à la raffinerie de Preem à Gothenburg où on y extrait l'oxygène, le soufre, l'azote et les éléments aromatiques pour obtenir le produit diésel final. Ce produit est mélangé à l'Evolution Diesel de Preem et utilisé dans les moteurs diésel. L'un dans l'autre, 2% de la consommation totale de diésel en Suède qui est de 5 millions de m3 provient de l'usine SunPine à Piteå.

« De notre raffinerie, nous obtenons également environ 50 000 tonnes de bio-huile à partir du tallöl que nous achetons », dit Magnus Edin. « Ce produit est revendu aux usines de pâtes qui l'utilisent, entre autre dans les fours de brûlage des boues de chaux résiduelles.


Bouteilles de tallöl brut, de diésel vert et du produit diésel final.

De l'odeur au parfum

« Un étrange produit de notre catalogue est la quantité de 2 000 tonnes de térébenthine que nous extrayons chaque année. Il est très difficile d'en imaginer l'utilisation » dit Magnus Edin avec un sourire. « Tous ceux qui ont reçu un peu de ce produit sur leur vêtements savent comme il est impossible de l'enlever et que l'odeur en est quasiment aussi désagréable que le fameux «surströmming», ce hareng suédois de la Baltique fermenté objet de répulsion ou d'amour. Par contre, l'industrie de la parfumerie, qui l'eut cru, a trouvé un moyen d'en éliminer l'odeur tout en conservant au produit ses qualités de permanence. En additionnant de la térébenthine purifiée aux parfums, on en augmente la longévité des molécules et donc la fragrance d'une partie du corps.

La colophane est très utile

L'auteur de ce blogue, dans ses jeunes années, vint en contact avec la colophane lors de deux occasions bien différentes. La première fut en appliquant la colophane sur les crins de cheval d'un archet de violon afin de reproduire, pour le bénéfice de la famille, des professeurs ou d'autres auditeurs, le son d'un violoniste débutant. La deuxième, fut lorsque, méchant garnement, j'essayais de réveiller les gens en frottant de la colophane sur une ficelle tendue aux fenêtres des dormeurs. Dans ce dernier cas le son produit excède de plusieurs décibels celui du violon...


Inauguration de la nouvelle usine et coupe du ruban par monsieur Yoshihiro Hasewaga de Harima Chemicals, propriétaires de Lawter.


 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
buckman banner
paper & beyond
fpinnovations banner
cristini banner
le maitre papetier