Accueil Blogues Jaclin Ouellet Finlande: une industrie papetière en mouvement

Finlande: une industrie papetière en mouvement

Envoyer Imprimer PDF


Le groupe Metsä a lancé un projet de pré-ingénierie pour la construction d’une usine de bioproduits d’une capacité d’environ 1,5 million de tonnes de pâte de résineux et de feuillus à Kemi. Photo: Groupe Metsä.

L'industrie papetière finlandaise est un joueur d'importance sur l'échiquier économique du pays, comptant pour plus de 20% de ses exportations totales. De plus, le savoir-faire des équipementiers et consultants finlandais n'est plus à faire et c'est l'industrie mondiale des pâtes et papiers qui en bénéficie.

Selon la Fédération finlandaise des industries forestières, en 2018, les usines de pâte du pays ont produit 8,15 millions de tonnes de pâte chimique et une augmentation de 6,5% sur l'an dernier est rapportée pour le premier trimestre de 2019. Comme partout ailleurs, la production de papier a reculé en 2018 pour atteindre 6,73 millions de tonnes. La production de carton est demeurée stable à 3,81 millions de tonnes et celle de bois de résineux a touché les 11,81 millions de m3.

Les trois géants

L'industrie des pâtes et papiers est dominée par trois groupes majeurs en Finlande : UPM, Stora Enso et Metsä Group. En 2018, le pays comptait 19 usines de pâte (dont plusieurs intégrées), 17 papetières et 14 usines de carton. De ces nombres, 9 sont contrôlées par UPM, 15 par Stora Enso et 12 par Metsä Group. Stora Enso et UPM sont numéros deux et trois respectivement en Europe, septième et huitième au monde, avec toutes deux des ventes s'établissant à 10,5 milliards EUR en 2018.

Metsä Group : plus de pâte et de bioraffinage

Metsä Group investit pour sa part massivement dans ses usines finlandaises, mais aussi à celle de Husum, en Suède. L'entreprise déboursera jusqu'à 2 milliards EUR en 2019-2013, dont 1,5 milliard EUR à son usine de bioraffinage de Kemi, dans le nord de la Finlande. On remplacera la fabrique de pâte du complexe qui aura une capacité de production de 1,5 millions de tonnes de pâte de résineux et de bois franc.

Des Chinois en Finlande

Encore plus au nord, à Kemijärvi, Boreal Bioref Oy a l'intention de construire une usine de bioraffinage de 500 000 tonnes/année pour produire de la pâte dissolvante, de la pâte à fibre longue, de l'huile de pin et de la térébentine, ainsi que de la bioénergie. L'investissement atteindrait les 950 millions EUR. La production doit commencer au début de 2021.

Finnpulp Oy, une autre compagnie contrôlée par des intérêts sino-finlandais, planche sur un autre projet de bioproduits à son usine de Sorsasalo. L'étude de faisabilité doit être complétée en 2019. Ce qui serait la plus grande usine de pâte de feuillus dans le monde aurait une capacité annuelle de 1,2 millions de tonnes. Reste maintenant à savoir si ces trois projets se matérialiseront ou s'ils seront reportés dans le temps.


Finnpulp Oy, une entreprise finno-chinoise, prévoit de construire la plus grande usine de pâte à papier de résineux au monde à Sorsasalo. Illustration: Finnpulp Oy

Stora Enso se restructure et investit

Stora Enso Oulu est jusqu'à maintenant le plus important producteur de papier fin de tous les pays nordiques, mais l'usine subira d'importantes transformations. Selon les études de faisabilité, Stora Enso investira jusqu'à 350 millions EUR pour convertir l'usine à la production de carton d'emballage. La MP #7 subira des modifications alors que la MP #6 sera fermée ainsi que son usine de conversion en feuilles. La « nouvelle » machine #7 aura une capacité de 450 000 tonnes de carton brun et carton doublure d'ici la fin de 2020. Stora Enso a déjà converti la production de la MP en carton doublure kraft, à son usine de Varkaus.


The Stora Enso mill in Oulu will be converted to production of 450,000 tonnes brown and white kraftliner. Photo: Stora Enso

UPM se lance dans le bioraffinage

UPM compte plusieurs projets d'investissement, en Finlande bien entendu, mais aussi ailleurs dans le monde. Par exemple, le projet de nouvelle usine de pâte de 2 millions de tonnes en Uruguay suit son cours et entre dans la deuxième phase. On attend toujours une annonce sur l'enveloppe budgétaire du projet.


L'évaluation de l'impact sur l'environnement d'une éventuelle bioraffinerie d'UPM à Mussalo, dans la région de Kotka, est terminée. Le site proposé se trouve dans la zone d'une centrale électrique démantelée. Photo: UPM

En Finlande, l'étude d'impact environnemental est complétée pour la nouvelle usine de bioraffinage de Kotka. L'usine produira jusqu'à 500 000 tonnes de biocarburants de pointe. Autre projet, cette fois en Allemagne, ou on termine les travaux d'ingénierie sur une éventuelle raffinerie d'une capacité de 150 000 tonnes/année. UPM produit du biodiesel depuis 2015 à son usine Kaukas, à Lappeenranta, avec une capacité de 100 000 tonnes. Comme on le voit, UPM se lance à fond dans le bioraffinage.

Mentionnons enfin l'arrivée de Paptic Oy dans le décor papetier finlandais. L'entreprise a vu le jour en 2015 et est une excroissance VTT Technical Research Center. Le mandat de Paptic est de fabriquer du matériel d'emballage à partir de bioproduits recyclables et renouvelables. L'usine de 20 000 tonnes/année doit lancer la production d'ici la fin de 2019.


La technologie brevetée développée par Paptic donne un matériau à base de bois avec une fonctionnalité similaire aux plastiques. Photo: Paptic.


 

inscription-infolettre

acces-infolettres
cegep trois-rivieres
kytola
cegep trois-rivieres
bioservice
bioservice
cristini banner
fpinnovations
IST Boiler
le maitre papetier
valmet
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier
le maitre papetier