Le Maître Papetier

Vendredi 14 décembre 2018

twitteryoutube

Accueil Blogues Mathieu Régnier Papiers graphiques : anatomie d’une transformation annoncée

Papiers graphiques : anatomie d’une transformation annoncée

Envoyer Imprimer PDF

En Amérique du Nord, la demande pour le « papier graphique » diminue sans cesse depuis le début des années 2000. Retour sur les causes de ce déclin et aperçu de l'avenir de cette industrie.

Je propose aujourd'hui un résumé d'une série de trois articles sur les papiers graphiques parus dans « Coupes sélectives », le petit blogue très sérieux d'un « groupe d'économistes au Service canadien des forêts (SCF) de Ressources naturelles Canada (RNCan) ». Ils se penchent sur la façon dont les tendances et les événements affectent l'industrie. Le mois dernier ces économistes se sont penchés sur le cas du papier graphique. Chiffres à l'appui!

Cette réflexion en trois parties met d'ailleurs en contexte la situation commerciale liée à la malheureuse fermeture, hier, de l'usine Résolu de Grand-Mère. L'usine produisait notamment des papiers d'impression commerciale.

Le « papier graphique » se décline en cinq catégories, à savoir : le papier journal, le papier de pâte mécanique couché/non couché, et le papier de pâte maigre couché/non couché. Essentiellement, ces différents types de papier sont utilisés par les imprimeurs afin de transmettre de l'information. Autrement dit, ils servent à produire des journaux, des revues, des encarts, des catalogues, des annuaires et des livres brochés, toutes qualités confondues.

Ceci tuera cela

Si la presse à imprimer de Gutenberg a révolutionné la diffusion du savoir, de nos jours, c'est toute une nébuleuse de technologies de pointe qui révolutionnent le monde de la communication. Les auteurs en font une recension très intéressante. Il faut lire ces articles! Outre l'analyse particulièrement bien éclairée des auteurs sur la façon dont les médias électroniques sont en train de changer le marché, voici quelques chiffres à garder en tête :

  • « (...) entre 2000 et 2012, la demande nord-américaine de papier journal a baissé de plus de 65 % ».
  • « Depuis 2000, la demande d'une année à l'autre de papier journal a reculé d'environ 7,5 % par année, et de 2,5 à 4,0 % par année pour les autres catégories de papier graphique. »

Grâce au Cyberespace, dont l'ubiquité est démultipliée par une foule de plateformes et d'interfaces, on assiste à une dématérialisation toujours plus grande des contenus. Ainsi, aux ordinateurs branchés sur Internet, se sont récemment ajoutés les téléphones intelligents, les tablettes électroniques, lesquels offrent d'autant plus d'occasions aux diffuseurs de contenus pour rejoindre leur clientèle. Et ce, à moindre coût. Le monde de la musique offre un bel exemple de cette évolution à marche forcée. Car, en dépit d'une difficile transition, il a su se transformer pour développer de tout nouveaux modèles d'affaires.

Au Canada, l'effondrement de la demande pour le papier graphique semble légèrement plus prononcé qu'aux États-Unis. « Dans l'ensemble, la production de papier graphique a reculé de 54 % au Canada et de 36 % aux États-Unis. » La différence s'expliquant surtout par l'importance du bassin de population de nos voisins, ce qui permet à l'industrie de diminuer ses coûts de transports. Mais les causes de ce déclin restent les mêmes. Et la tendance semble irréversible en raison, notamment, de la qualité toujours plus grande des contenus électroniques et des supports d'affichages en haute définition qui n'ont plus rien à envier aux papiers glacés des meilleures publications.

L'industrie de la fibre forestière, traditionnellement associée à la production de papier, ne va pas pour autant disparaître. À terme, elle devrait profiter de cette « destruction créatrice » pour se trouver de nouveaux débouchés. Et, pour réaliser cette transformation nécessaire, elle devra investir dans de nouvelles technologies afin de revaloriser la fibre forestière, laquelle est déjà utilisée dans la production de carburant, de plastique et de textile. On lui souhaite donc longue vie, non sans avoir une petite pensée pour monsieur Gutenberg qui doit certainement se retourner dans sa tombe et, pendant ce temps, il faudra que l'industrie continue de favoriser l'investissement facilitant les virages technologiques.


 

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
le maitre papetier
le maitre papetier
Vision Biomase Québec
fpinnovations banner
buckman banner
cristini banner
le maitre papetier