Accueil Nouvelles De l'industrie Scierie de Maniwaki - Le gouvernement tient à donner l'heure juste aux travailleurs

Scierie de Maniwaki - Le gouvernement tient à donner l'heure juste aux travailleurs

Envoyer Imprimer PDF

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs et ministre responsable du Centre-du-Québec, M. Laurent Lessard, la ministre de la Justice et ministre responsable de l'Outaouais, Mme Stéphanie Vallée, et le député de Chapleau, M. Marc Carrière, tiennent à donner l'heure juste aux travailleurs et aux familles du secteur forestier de l'Outaouais relativement aux problèmes des deux usines de Produits forestiers Résolu inc.L'usine de Maniwaki a cessé ses activités le 16 mai dernier et ses 84 travailleurs sont sans travail depuis ce temps. L'usine fait face à un manque de volumes de bois lié à différents problèmes d'approvisionnement. Sa réouverture passe par l'obtention de volumes de bois de toute provenance autant de forêts publiques que de forêts privées. « Les problèmes d'approvisionnement de bois de sciage de Maniwaki sont structurels et perdurent depuis de nombreuses années, et n'incombent pas uniquement au nouveau régime forestier », a affirmé le ministre Lessard.

Rappelons que le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs a rencontré les acteurs du secteur forestier de la région de Maniwaki le 23 mai dernier afin de solliciter leur contribution pour relancer les activités de la scierie de Produits forestiers Résolu inc. Il leur a demandé de s'asseoir ensemble et de trouver à très court terme un compromis acceptable pour chacune des parties pour l'avenir des travailleurs et de l'économie locale; le comité Initiative Maniwaki était alors formé.

Au début des travaux du Groupe du comité, trois enjeux conflictuels ont été établis :

  • La récolte de bois provenant du secteur du Lac Barrière doit faire l'objet d'ententes d'harmonisation avec les communautés autochtones.
  • PFR et les syndicats de producteurs forestiers sont en arbitrage auprès de la Régie des marchés agricoles concernant le prix de vente des bois.
  • Les forêts publiques desquelles proviennent les bois offerts en garantie comportent une forte proportion d'essences feuillues pour lesquelles il y a très peu d'utilisateurs dans la région, ce qui limite la disponibilité de bois résineux pour l'usine de sciage.

Une rencontre de travail du comité Initiative Maniwaki s'est tenue mercredi. Les membres du Groupe du comité ainsi que le gouvernement du Québec mettent tout en œuvre pour trouver des solutions concrètes pour la réouverture à long terme de l'usine de Maniwaki.

« Les membres continuent de travailler. Mercredi, une quatrième rencontre de travail a eu lieu. Nous invitons les parties à continuer leur travail. Des avancées ont déjà eu lieu et il est impératif de trouver des solutions pour permettre aux travailleurs de réintégrer leur emploi. La priorité pour notre gouvernement, c'est de maintenir et même d'augmenter les actifs de l'industrie québécoise de transformation des produits forestiers. C'est l'avenir de toute la filière forestière régionale et des centaines d'emplois directs et indirects en Outaouais qui en dépend », a déclaré le député de Chapleau, M. Marc Carrière.

À la fin de cette rencontre et à mi-étape dans la résolution des conflits, le gouvernement tient à informer la population qu'il a déjà fait un important bout de chemin pour en venir à une réouverture d'usine dans les meilleurs délais.

« Dans le dossier des discussions avec les communautés autochtones, près de 60 % des surfaces à récolter ont été convenues entre les parties. Pour ce qui est de l'arbitrage, les deux parties en conflit se sont entendues pour faire parvenir une demande au tribunal administratif en vue de faire accélérer l'audit de leur dossier. La direction régionale de mon ministère est à pied d'œuvre afin d'élaborer des solutions qui nous permettraient d'accorder temporairement des volumes supplémentaires à la compagnie. Le gouvernement a fait ses devoirs », a soutenu le ministre Laurent Lessard.

« Nous avons rencontré les acteurs de l'industrie de la région de Maniwaki pour nous assurer qu'ils sont mobilisés dans l'atteinte d'un but commun : régler les problèmes d'approvisionnement de l'usine afin que les travailleurs puissent reprendre le travail. Les forêts de l'Outaouais présentent d'importants défis opérationnels, notamment en ce qui concerne l'utilisation des surplus de certaines essences de feuillus dans plusieurs secteurs. Cependant, plus de 50 % des volumes de la forêt publique nécessaires au bon fonctionnement de l'usine sont disponibles et respectent les ententes avec la communauté autochtone de Lac Barrière. La concertation des acteurs concernés est la voie à privilégier. Nous démontrerons que c'est une stratégie payante », a ajouté la députée de Gatineau et ministre responsable de la région de l'Outaouais, Mme Stéphanie Vallée.

Le ministre Lessard est d'avis qu'en faisant ainsi des avancées sur tous les fronts, la compagnie PFR sera suffisamment sécurisée pour procéder à la réouverture de son usine dans les meilleurs délais. Selon lui, ce n'est pas acceptable que cette usine soit fermée et il n'y a pas de raison qu'elle le demeure.

Source : Gouvernement du Québec

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
banniere PaperWeek Canada
kemira banner
european paper week
tecumseth banner
cristini banner
buckman banner
banniere BIOFOR International
fpinnovations banner
le maitre papetier