Le Maître Papetier

Mercredi 20 septembre 2017

twitteryoutube

Accueil Nouvelles De l'industrie Une entrevue avec Marie-Philippe Drouin

Une entrevue avec Marie-Philippe Drouin

Envoyer Imprimer PDF

Le programme des finissant(e)s en ingénierie de Résolu a servi de tremplin à la carrière professionnelle de Marie-Philippe Drouin. Rencontrez Marie-Philippe et profitez de l'occasion pour en apprendre davantage sur son parcours jusqu'au poste de surintendante PTM à notre usine de Kénogami située à Jonquière, au Québec. Nous sommes très fiers de ses réalisations.

Marie-Philippe a étudié en génie chimique à l'Université Laval et s'est jointe à l'équipe de Produits forestiers Résolu en août 2013 dans le cadre du programme coopératif des nouveaux diplômés en génie. L'intérêt de Marie-Philippe a suffisamment été suscité lors d'une présentation en classe d'un projet de recherche par le directeur général de l'usine Kénogami, qu'elle en a fait son projet de fin d'études.

Embauchée en tant qu'ingénieure chimique junior à la fin de ses études, elle s'est affairée à des projets qui servent à augmenter l'efficacité du procédé de fabrication de la pâte thermomécanique (PTM), dont plusieurs visent à optimiser la longueur des fibres de bois et à améliorer l'efficacité énergétique de l'usine.

En juin, elle accède au poste de coordonnatrice à l'opération de la PTM, où elle s'emploie à la gestion et au suivi des indices de performance clés, à la gestion du personnel et du procédé ainsi qu'au suivi de la qualité de la pâte.

En octobre de la même année, Marie-Philippe est promue au poste de surintendante, où elle supervise toutes les activités du secteur de la PTM, soit la planification, l'organisation, la direction et la coordination de l'ensemble du procédé de transformation de la pâte et ce, en fonction d'un budget et de délais préétablis.

RÉSOLU : Pourquoi vous intéressiez-vous à l'industrie des produits forestiers?

MPD : Quand je travaillais à mon projet de fin d'études pour Résolu, je devais souvent appeler des gens à l'usine pour obtenir de l'information, mais ils n'avaient pas toujours une réponse prête parce que les choses changent constamment dans une usine de pâtes et papiers. J'ai alors compris que le domaine de la fabrication du papier est dynamique, qu'il est toujours en évolution. Avant de commencer à travailler pour l'entreprise, je pensais que mes défis seraient tous pas mal clairs : on prend des copeaux de bois, on les raffine et on les blanchit pour faire du papier. Ce procédé existe depuis des générations et je ne pensais pas qu'on pouvait l'améliorer davantage.

Or, nous améliorons le procédé tous les jours en travaillant à des détails qui permettent d'améliorer la qualité, l'efficacité ou les coûts et qui aident à augmenter notre compétitivité sur un marché exigeant.

RÉSOLU : Que pensez-vous du travail dans un contexte industriel?

MPD : Je ne suis pas quelqu'un qui aime passer tout son temps derrière un bureau et le travail à l'usine est très actif. Il y a des défis importants à relever ici. C'est un milieu parfait pour ceux qui n'apprécient pas la routine. C'est aussi un travail très concret parce qu'on voit les matières premières au début et le produit fini à la fin.

RÉSOLU : Étiez-vous préoccupée par les questions de sécurité?

MPD : Quand mes amis ont su que j'allais travailler dans le secteur des pâtes et papiers, ils m'ont dit d'être prudente, que les usines de papier pouvaient présenter des dangers. Mais Résolu m'a donné beaucoup de formation avant de me permettre de circuler dans l'usine. J'ai vu de mes yeux le travail de sécurité que Résolu accomplit : les rapports, la formation, l'utilisation de l'équipement de protection des yeux, le port des gants, des bottes et des casques. C'est une partie importante de la culture ici et un aspect du travail qui me tient à cœur. Plus tôt cette année, l'usine Kénogami a souligné 996 000 heures de travail sans incident OSHA. Certaines de mes heures ont contribué à cette réalisation et j'en suis fière.

RÉSOLU : Quelles possibilités votre travail vous offre-t-il?

MPD : Ça fait un peu plus d'un an que je travaille ici et j'en ai déjà appris beaucoup plus qu'à l'université. J'ai des amis qui sont allés travailler pour des firmes d'experts-conseils en génie. Ils travaillent à un seul aspect d'un procédé à la fois et n'ont pas une vue d'ensemble de la situation. Ici, mon travail dépasse le génie chimique. Je collabore étroitement avec les ingénieurs en mécanique et en électricité et je continue à apprendre. Il y a aussi beaucoup d'employés qui prendront bientôt leur retraite, de sorte qu'il y aura beaucoup de possibilités d'avancement dans ce domaine.

RÉSOLU : Comment ce travail aidera-t-il votre carrière?

MPD : C'est une excellente occasion d'apprendre dans un contexte de collaboration. Tout le monde n'a pas la chance de travailler dans un milieu qui favorise l'apprentissage et le travail en équipe. Comme mon travail me met en contact avec de nombreux aspects différents de l'ingénierie, je sais que je deviendrai une meilleure ingénieure.

RÉSOLU : Que pensez-vous de votre emploi dans le secteur des produits forestiers?

MPD : Les gens parlent depuis longtemps de la disparition graduelle du papier, mais il trouvera toujours sa place dans les communications. Les usines qui s'efforcent d'améliorer leur compétitivité verront toujours des possibilités. Je crois en la viabilité de Résolu et de l'usine Kénogami. Bien sûr, il est toujours difficile de savoir, mais je crois que si nous continuons à travailler comme nous le faisons ici et si nous nous concentrons sur l'amélioration de l'efficacité, la santé et sécurité, le développement durable et la réduction des coûts d'exploitation, nous pourrons rester ici encore longtemps.

 

Source : Le blog de Résolu

 

 
paptac-portal

inscription-infolettre

acces-infolettres
banniere PaperWeek Canada
kemira banner
european paper week
tecumseth banner
cristini banner
buckman banner
banniere BIOFOR International
fpinnovations banner
le maitre papetier