La collaboration est essentielle pour un recyclage efficace

De l’industrie
Outils
Typographie

Jim Schneider, vice-président des opérations chez Fibres Sustana à l’usine de De Pere, aux États-Unis, explique comment les consommateurs, les fabricants et les recycleurs peuvent collaborer pour accélérer le passage à l’économie circulaire.

Que faut-il pour recycler davantage d’emballages et bâtir une économie circulaire ?

Vous êtes-vous déjà demandé à partir de quoi étaient fabriqués les produits et les emballages en fibres recyclées que vous voyez sur les étagères des magasins? En quelques mots : beaucoup de choses. Fibres Sustana regroupe deux usines de fibres recyclées dont une à Lévis au Québec et l’autre à De Pere au Wisconsin. Prenons l’exemple de l’usine de fibres recyclées de Fibres Sustana à De Pere, au Wisconsin. Quand cette usine a ouvert ses portes il y a 30 ans, elle traitait presque exclusivement du papier. Aujourd’hui, près de la moitié des fibres qu’elle reçoit provient d’emballages comme des barquettes, des cartons et même des sacs de croustilles doublés de papier d’aluminium, selon Jim Schneider, vice-président des opérations de l’entreprise à De Pere.

Grâce à sa technologie et à ses procédures, l’usine produit des fibres d’une qualité suffisante pour un processus véritablement circulaire – par exemple, elle transforme un gobelet de café en fibres, qui elles peuvent être utilisées pour fabriquer un autre gobelet de qualité alimentaire pour la même marque. Presque toutes les matières premières que l’usine reçoit sont utilisées à une fin ou une autre, que ce soit des emballages alimentaires ou de la litière pour animaux.

Mais de plus grandes capacités de traitement sont associées à un besoin d’approvisionnement accru – et l’accès à des matières recyclables nécessite une infrastructure efficace.

L’Agence américaine de protection de l’environnement signale que l’infrastructure de recyclage nationale américaine doit être renforcée à presque tous les points de vue : les consommateurs sont confus sur ce qu’ils peuvent recycler et comment le faire, les fabricants et les recycleurs manquent des occasions de collaborer, et le marché des matériaux recyclés est précaire. Joe Riconosciuto, directeur du marketing et du recyclage des matières chez Republic Services, a déclaré ce mois-ci à American Recycler que malgré les défis associés au recyclage des fibres, « l’esprit d’entreprise est bien vivant dans notre secteur ».

Pour sa part, Fibres Sustana n’a jamais attendu que le papier arrive miraculeusement à sa porte. Grâce à sa collaboration avec des intervenants à l’échelle locale et nationale, l’entreprise a réussi à élargir son offre, ce qui a donné plus de travail à son usine de fibres recyclées à un moment où les sources de fibres comme les déchets de papier des bureaux et les journaux sont en déclin. Cela signifie également que plus d’entreprises adoptent les principes de l’économie circulaire, et conservent la valeur maximale des produits et des matières tout en éliminant le plus de déchets et de pollution possible en cours de route.

Transformer les relations linéaires entre les entreprises et les usines de fibres recyclées en relations circulaires

Les partenariats avec les entreprises qui conçoivent et vendent des produits dans le but de les aider à utiliser plus de matériaux recyclés et à rendre leurs emballages plus faciles à recycler sont essentiels à l’essor des usines de fibres recyclées.

Par exemple, Fibres Sustana considère que les étiquettes et le matériel promotionnel représentent un marché prometteur. « C’est un exemple parfait d’utilisation de fibres d’une grande valeur qui prennent en grande partie le chemin des sites d’enfouissement », déclare M. Schneider. Fibres Sustana a développé une technologie pour enlever la couche de silicone de la doublure des étiquettes et de nettoyer suffisamment les fibres pour fabriquer de nouvelles étiquettes, un processus qui obstruerait les machines conventionnelles, et l’usine du Wisconsin travaille avec certains des plus gros fournisseurs d’étiquettes aux États-Unis pour créer un système plus circulaire.

Dans d’autres cas, Fibres Sustana travaille avec les entreprises au moment de la conception de nouveaux produits. Dans un monde idéal, les entreprises consulteraient leurs usines de recyclage locales pour s’assurer que les produits qu’elles conçoivent sont compatibles avec l’équipement des usines. « Je n’ai pas besoin de savoir ce que c’est, ajoute M. Schneider. Mais je peux vous dire très rapidement si nous pouvons le recycler à l’aide de notre processus. » Il conseille aux entreprises de bien réfléchir avant d’innover pour éviter le plastique. Même s’il présente certains problèmes, le plastique est l’un des matériaux les plus faciles à séparer des fibres pendant le recyclage et les matériaux utilisés pour remplacer le plastique dans certaines applications peuvent être plus difficiles à traiter.

Quand on s’associe à des entreprises, la relation commence généralement de manière linéaire – l’entreprise désire recycler ses produits ou ses emballages en fin de vie utile. « Au fur et à mesure de l’évolution de ces relations, ce qui était au départ une ligne à sens unique commence à se recourber et se transforme en cercle. Mais il faut tracer beaucoup de lignes droites avant d’obtenir un cercle », conclut M. Schneider. Éventuellement, certaines entreprises sont prêtes à passer du simple recyclage de leurs matières à l’intégration de ces matières recyclées dans de nouveaux produits.

Oubliez les stratégies de marketing de pression et aidez les consommateurs à faire avancer le recyclage

L’autre aspect de la sensibilisation concerne les consommateurs – et pour éduquer le public, le marketing de pression n’est pas très efficace. « Il faut que les détenteurs de marques ou les consommateurs soient ceux qui font avancer les choses », explique M. Schneider.

Dans le but d’augmenter l’adhésion des consommateurs, Fibres Sustana s’est associée en 2018 au Carton Council, une organisation sectorielle qui vise à augmenter le recyclage de cartons multicouches aux États-Unis. Cette collaboration d’un an comprenait des agents conversationnels et des jeux-questionnaires dans les médias sociaux, ainsi qu’un pacte. « Le Carton Council fait un excellent travail pour transmettre le message que ces matières sont recyclables, déclare M. Schneider. [Les cartons multicouches] sont une source de fibres très viable. »

Dans une autre initiative pour recueillir plus de matières recyclables grâce à l’éducation, Fibres Sustana a récemment signé un engagement à augmenter le recyclage des gobelets de papier. L’entreprise est aux côtés de papetières nord-américaines et de marchés finaux qui représentent collectivement 75 pour cent de la demande de papier mixte aux États-Unis et au Canada. « Le recyclage dépend des marchés finaux, et ce ne sont pas toutes les usines qui ont l’équipement nécessaire pour séparer le revêtement de plastique des gobelets de papier », a déclaré Natha Dempsey, présidente du Foodservice Packaging Institute, l’organisation à l’origine de l’engagement. « Les usines qui ont signé cette déclaration mettent en lumière non seulement leur capacité, mais aussi leur engagement à accepter les gobelets de papier. »

M. Schneider aimerait que tous les joueurs de la chaîne d’approvisionnement en fibres comprennent la valeur des matières dit en fin de vie utile. « Nous ne voulons pas que [les fibres] se retrouvent dans un site d’enfouissement, parce qu’elles sont d’excellentes matières premières qui ont une longue vie, au-delà de la première ou deuxième utilisation. » En général, il est optimiste à l’égard de la direction que prend l’industrie. « Je crois qu’en ce moment, nous sommes à un point où, vraiment, les gens ne se contentent plus de parler, mais passent à l’action. »

Cette série d’articles est commanditée par Fibres Sustana et produite par l’équipe éditoriale de TriplePundit.


Source : Fibres Sustana