Réaction au reportage d’Enquête : Les producteurs forestiers revendiquent le droit à l’équité

De l’industrie
Outils
Typographie

Longueuil, le 8 octobre 2021. – La Fédération des producteurs forestiers du Québec (FPFQ) partage la frustration d’une majorité de producteurs devant une répartition inéquitable de la richesse générée par leurs forêts.

Selon le 2e vice-président de la FPFQ, M. Éric Cliche, « dans la dernière année, une majorité de producteurs fournissant les scieries n’ont pu bénéficier du prix record du bois d’œuvre. Au final, les grands perdants sont les producteurs dont le revenu a stagné et les consommateurs qui ont reçu la note finale ».

Devant l’iniquité constatée et afin de corriger une inefficience des marchés, les producteurs de plusieurs régions ont décidé, par voie démocratique, de réorganiser la mise en marché collective de leur bois livré aux scieries, tel que permis dans la Loi sur la mise en marché des produits agricoles, alimentaires et de la pêche. Bien que de telles initiatives aient déjà prouvé leur utilité dans les secteurs forestier et agricole, une poignée d’industriels s’opposent toujours au droit fondamental de négociation collective des producteurs devant la Régie des marchés agricoles et alimentaires du Québec (RMAAQ).

Selon M. Gaétan Boudreault, 1er vice-président de la FPFQ, « cette contestation occasionne des délais et des frais considérables pour les producteurs, mais est peu surprenante considérant les avantages que procure le statu quo à ces scieurs. La situation est d’autant plus déplorable puisqu’à travers le Québec, des organisations de producteurs et des scieurs négocient de meilleures conditions pour l’achat de ces bois ».

La FPFQ est d’avis qu’il faut trouver des solutions collectives pour partager équitablement la richesse forestière du Québec. L’amélioration des conditions de mise en marché des producteurs de bois est également tributaire d’une refonte en profondeur du principe de résidualité afin d’accorder au bois des forêts privées un véritable statut prioritaire sur celui des forêts publiques, qualifié de résiduel.

Rappelons qu’on retrouve 134 000 propriétaires forestiers au Québec, fournissant, à tour de rôle en fonction de l’état de leur boisé, environ 20 % des approvisionnements en bois des scieries, des papetières et des usines de panneaux.


Source : FPFQ