Ce qu’il faut savoir de la forêt boréale canadienne en dix points

De l’industrie
Typographie
  • Smaller Small Medium Big Bigger
  • Default Helvetica Segoe Georgia Times

Les arbres constituent l’intrant principal de Résolu. Heureusement, il s’agit d’une ressource naturelle abondante et renouvelable.

La vaste forêt boréale du Canada fournit une bonne part des arbres que nous récoltons pour en faire des produits nécessaires au quotidien. Voici ce qu’il fait savoir de la forêt boréale en dix points. 

La forêt boréale canadienne est… 

  1. IMMENSE. Faisant plus de 1,9 milliard d’hectares, la forêt boréale entoure tout l’hémisphère Nord. Près d’un tiers de sa superficie (28 %) est situé au Canada, s’étendant du Yukon à la province de Terre-Neuve-et-Labrador. Environ 75 % des 362 millions d’hectares de forêt canadienne sont en région boréale. 
  1. DIVERSIFIÉE. La forêt boréale canadienne est surtout peuplée d’essences sempervirentes, soit l’épinette, le pin et le sapin. On peut aussi y trouver d’autres essences comme le bouleau, le peuplier et le cèdre blanc de l’Est. On recense des milliers d’espèces d’animaux, d’oiseaux, d’insectes et de végétaux qui prospèrent dans cet habitat, des faucons aux colibris et des orignaux aux rats musqués. 
  1. EN SANTÉ. On a récolté moins de 0,2 % des forêts canadiennes en 2020, soit 30 fois moins que la superficie qui est perturbée naturellement chaque année par les incendies, les insectes et les maladies. Le taux de déboisement au Canada, déjà l’un des plus bas du monde, est en baisse depuis au-delà de 25 ans.
  1. PUBLIQUE. Quelque 90 % des forêts canadiennes sont sur des terres publiques. Les Canadiens et Canadiennes tiennent beaucoup aux forêts, et c’est pourquoi le gouvernement fédéral est fermement engagé à l’égard de leur aménagement durable. De fait, une proportion d’environ 75 % des terrains forestiers aménagés du Canada est certifiée selon des normes indépendantes d’aménagement forestier durable. 
  1. CYCLIQUE. Bien que la région boréale soit ancienne, la forêt boréale se compose surtout d’arbres relativement jeunes, comparativement à bien d’autres qui poussent dans un climat plus tempéré. La forêt boréale se renouvelle sans cesse grâce aux incendies, aux insectes et autres perturbations naturelles. Aujourd’hui, les pratiques de récolte dans la région boréale imitent les perturbations naturelles. 
  1. RÉSILIENTE. En parlant d’une forêt, le terme « résiliente » s’emploie pour décrire sa capacité de résister au changement ou de se régénérer après une perturbation en rétablissant sa composition et sa structure. La forêt boréale du Canada, de nature cyclique, est renommée pour sa grande résilience. La communauté scientifique, les gouvernements et l’industrie, notamment, collaborent pour assurer de multiples façons la résilience et la santé à long terme de la forêt boréale, entre autres en adaptant les stratégies de gestion et en surveillant les incendies de forêt par satellite. 
  1. ABONDANTE. La forêt boréale fait vivre de nombreuses familles, soutient des emplois bien rémunérés et joue un rôle de premier plan dans l’économie circulaire émergente. Le secteur forestier canadien subvient aux besoins de quelque 300 collectivités qui dépendent de la forêt et emploie directement plus de 184 000 personnes. D’innombrables produits utiles sont fabriqués à partir d’arbres récoltés dans la forêt boréale au moyen d’opérations forestières toujours plus intégrées et efficientes, qui permettent de tirer le maximum de chaque arbre. En outre, le secteur forestier canadien s’adapte en investissant dans les technologies émergentes, en se diversifiant grâce aux bioproduits et en satisfaisant la demande croissante d’énergie renouvelable.
  1. STRICTEMENT RÉGLEMENTÉE. La forêt boréale du Canada compte parmi les mieux gérées de la planète, grâce à des politiques d’aménagement forestier de tout premier ordre, reconnues à l’échelle mondiale. L’activité commerciale menée dans la région boréale canadienne doit respecter des normes et des règlements environnementaux rigoureux visant à assurer la santé et la pérennité des forêts par un équilibre des valeurs environnementales, sociales et économiques. Par exemple, toutes les forêts récoltées sur des terres publiques doivent être régénérées. 
  1. DÉTERMINANTE POUR CONTRER LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES. Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies (GIEC), l’aménagement forestier durable tient un rôle clé dans l’atténuation des changements climatiques. Pour en savoir davantage sur les liens fondamentaux existant entre la foresterie et les changements climatiques, lisez notre billet de blogue intitulé Quelques faits sur la foresterie et le climat dans le cadre de la COP26.  
  1. ESSENTIELLE. On ne peut sous-estimer la valeur de la forêt boréale canadienne : elle fournit des services essentiels sur le plan écologique, des avantages socioculturels et économiques, de même que des produits courants. Sans la forêt boréale, la vie telle que nous la connaissons ne serait pas la même!

En célébrant la place des forêts dans notre vie, nous affirmons l’importance de les gérer de façon responsable. 
Pour en apprendre davantage au sujet de la forêt boréale canadienne, consultez L’état des forêts au Canada – rapport annuel 2022.


Source : Le blogue Résolu